Chef du Hezbollah : l’EI pose une ‘menace existentielle’ tout comme Israël
Rechercher

Chef du Hezbollah : l’EI pose une ‘menace existentielle’ tout comme Israël

Nasrallah dit qu'Israël soutient le groupe djihadiste, vante la victoire du groupe chiite sur l’armée israélienne 15 ans après son retrait du sud Liban

Des partisans du Hezbollah libanais se réunissent dans la ville de Nabatiyeh, le 24 mai 2015, pour assister à un discours télévisé prononcé par Hassan Nasrallah, le chef du mouvement, marquant le 15e anniversaire du retrait israélien du sud du Liban. (Crédit : Mahmoud Zayat / AFP)
Des partisans du Hezbollah libanais se réunissent dans la ville de Nabatiyeh, le 24 mai 2015, pour assister à un discours télévisé prononcé par Hassan Nasrallah, le chef du mouvement, marquant le 15e anniversaire du retrait israélien du sud du Liban. (Crédit : Mahmoud Zayat / AFP)

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a qualifié dimanche l’Etat islamique de « menace existentielle » contre le groupe chiite et a vanté ce qu’il a qualifié de victoire de la milice libanaise sur Israël pour le 15ème anniversaire du retrait israélien du sud Liban.

S’exprimant devant des soutiens du groupe chiite libanais dans la ville du sud de Nabatiyeh, Nasrallah a déclaré qu’Israël aurait conquis tout le Liban si sa milice ne l’avait pas combattu. Il a qualifié le retrait d’israël du sud Liban en 2000 de « victoire claire, forte et pure de la résistance ».

Lundi marque le 15ème anniversaire du retrait de l’armée du sud Liban. Après des années de guérilla menée par le Hezbollah qui a tiré des roquettes Katiousha sur les villes israéliennes en Galilée et a lancé des raids contre les troupes israéliennes, l’armée s’est retirée en 2000 du Liban vers la Ligne Bleue 18 ans après avoir envahi le Liban en 1982.

Nasrallah a déclaré que le Hezbollah resterait au sud Liban tout en menant une guerre contre des groupes syriens rebelles, y compris l’Etat islamique, le long de la frontière est du Liban.

« Nos yeux sont tournés vers l’ennemi principal dans la campagne principale, a-t-il dit en faisant référence à Israël. Nous n’avons pas abandonné ce front et nous ne l’abandonnerons pas. Nous devons être présents aujourd’hui sur les deux fronts. Nous continuons à être actif sur le front avec Israël et d’autres questions ne nous en détourneront pas ».

« Vous devriez savoir que la résistance est à un haut niveau de préparation et l’ennemi le sait même plus que le peuple du Liban. C’est pourquoi ils ont peur de la résistance et continuent leur guerre psychologique », a-t-il déclaré.

Il a reconnu pour la première fois que le Hezbollah combattait dans toute la Syrie et pas seulement dans les zones près de la frontière du Liban.

« Nous combattons à côté de nos frères syriens, à côté de l’armée et le peuple et la résistance populaire à Damas, à Aleppe, à Deir Ezzor, à Qusayr, à Hasakeh et Idlib », a-t-il dit.

« Nous sommes aujourd’hui présents dans de nombreux endroits et nous serons présents dans tous les endroits de Syrie où il faudra se battre ».

Le chef chiite libanais a déclaré que les efforts des Américains pour empêcher l’avance du groupe terroriste sunnite ont échoué. Le nombre de frappes aériennes conduites par les forces de la coalition menée par les Américains contre l’Etat islamique lors des derniers mois était beaucoup plus réduit que celles qu’Israël a mené contre le Hezbollah au Liban et contre le Hamas à Gaza dans une période de temps plus courte.

Samedi, Nasrallah a déclaré que toutes les forces du groupe chiite pourraient bientôt devoir être mobilisées pour défendre le pays contre les ennemis sunnites.

L’Etat islamique « n’est pas plus fort qu’Israël et les Etats-Unis, et les peuples de la région ont déjà vaincu Israël et le Etats-Unis », a-t-il déclaré.

Nasrallah a déclaré que l’un des raisons pour lesquelles Israël est resté dans une position de puissance au cours des années est la « politique de division que la région a adopté ». Il a appelé le monde arabe à s’unir avertissant que la menace posée par l’Etat islamique « n’est pas moins importante que celle d’Israël ».

Il a averti les opposants intérieurs de ne pas rester silencieux contre la brutalité de l’Etat islamique. « Les premières victimes de [l’EI] au Liban seront al Mustakbal », nommant un groupe libanais sunnite qui s’oppose au Hezbollah chiite.

« Nous devons prendre l’initiative et chercher des options pour combattre ces groupes armés. Nous faisons face à un danger aujourd’hui différent que tout autre dans l’histoire, la menace est contre toute entité humaine », a-t-il déclaré.

« La victoire de la résistance contre Israël est une bénédiction d’Allah. [Le Hezbollah] a résisté pendant 18 ans jusqu’à ce que l’entité sioniste soit humiliée et se retire du Liban en disgrâce », a déclaré Nasrallah.

On pouvait lire en hébreu et en arabe sur une affiche à Nabatiyeh, où les soutiens du Hezbollah regardaient le discours projeté sur un écran géant : « L’invasion de la Galilée, la promesse ne sera pas rompue ».

Le Hezbollah a dans le passé menacé d’envahir la région nord d’Israël et le renseignement militaire estime que le groupe pourrait tenter de prendre le contrôle d’une communauté du nord dans une prochaine guerre.

Les officiels de la défense israélienne ont averti indirectement le Hezbollah la semaine dernière avec un article dans le New York Times basé sur des photos aériennes données au journal par l’armée israélienne. Ces photos montraient à quel point les infrastructures de terreur sont imbriquées dans des communautés du sud Liban.

Le journal a cité un officier haut gradé déclarant que la grande proximité des bases de terreur avec de maisons civiles n’empêchera pas l’armée d’attaquer le Hezbollah en cas de conflit.

AFP contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...