Chercheurs israéliens : L’ozone tue le coronavirus sur les surfaces
Rechercher

Chercheurs israéliens : L’ozone tue le coronavirus sur les surfaces

Le gaz connu pour protéger la terre contre les rayons nocifs, peut également désinfecter les surfaces de la contamination par le coronavirus, selon l'université de Tel Aviv

Le centre de lutte contre les pandémies de l’Université de Tel Aviv. (Crédit : Ronit Sachi / Site de l'Association française de l'Université de Tel Aviv)
Le centre de lutte contre les pandémies de l’Université de Tel Aviv. (Crédit : Ronit Sachi / Site de l'Association française de l'Université de Tel Aviv)

L’ozone, le gaz de l’atmosphère connu pour protéger la terre contre les rayons nocifs, peut également être utilisé pour désinfecter les surfaces de la contamination par le coronavirus, selon des chercheurs de l’université de Tel Aviv.

Une étude montre que l’utilisation du gaz a inactivé le virus même dans des endroits difficiles d’accès qui ne sont normalement pas désinfectés avec des désinfectants liquides appliqués à la main et avec un taux de réussite de 90 %, a indiqué l’université dans un communiqué mercredi.

« Pour la première fois, nous avons réussi à prouver qu’il est également très efficace dans la lutte contre le coronavirus », a déclaré la chercheuse principale, le Dr Ines Zucker, de l’école d’ingénierie mécanique de la faculté d’ingénierie Ivy and Eldar Fleischman et de la Porter School of the Environment and Earth Sciences de l’université de Tel Aviv.

Le coronavirus, ou SARS-CoV-2, est capable de rester actif sur des surfaces pendant des heures, voire des jours, selon la surface et les conditions environnementales.

Les chercheurs ont démontré que l’ozone, qui est déjà utilisé comme agent anti-bactérien et antiviral dans le traitement de l’eau, peut également être utilisé pour assainir les surfaces.

« Son avantage par rapport aux désinfectants courants (tels que l’alcool et l’eau de Javel) est sa capacité à désinfecter rapidement et sans danger pour la santé publique les objets et les aérosols dans une pièce, et pas seulement les surfaces exposées », a expliqué Mme Zucker.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...