Israël en guerre - Jour 195

Rechercher

Chine : Depuis le massacre du 7 octobre au Hamas, l’antisémitisme a explosé en ligne

Une vidéo devenue virale raille les parents de Noa Argamani, Israélienne d'origine chinoise, retenue en otage par le Hamas ; d'autres messages comparent Israël à l'Allemagne nazie

Illustration : Des visiteurs au Sommet de la vague à Pékin, en Chine, le 16 août 2023. (Crédit : Andy Wong/AP Photo)
Illustration : Des visiteurs au Sommet de la vague à Pékin, en Chine, le 16 août 2023. (Crédit : Andy Wong/AP Photo)

TAIPEI, Taïwan, JTA – En grandissant en tant que Juif boukharien en Chine, Uriah s’est toujours entendu dire par ses parents de cacher sa judéité en public et d’essayer de s’assimiler à l’ensemble de la population chinoise.

Uriah, qui a demandé à n’être identifié que par son prénom hébraïque pour assurer la sécurité de sa famille, a déclaré que lorsqu’il a commencé à parler publiquement de son identité juive, les gens lui ont dit qu’il ne serait « jamais l’un d’entre nous [les Chinois Han] ».

Mais Uriah ne s’était jamais senti physiquement ou personnellement menacé jusqu’au lendemain du 7 octobre, lorsque quelque 3 000 terroristes ont fait irruption en Israël depuis la bande de Gaza, tuant plus de 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et prenant au moins 239 otages, dont des bébés, des enfants et des personnes âgées.

En ligne, il a vu des gens se moquer des parents de Noa Argamani, l’otage d’origine israélienne à moitié chinoise que l’on voit se faire kidnapper par le Hamas dans une vidéo devenue virale. Les gens maudissaient sa mère d’origine chinoise pour avoir demandé de l’aide à la Chine.

Ensuite, des amis et des connaissances ont commencé à se moquer d’Uriah et des membres de sa famille, leur envoyant des messages antisémites sur les réseaux sociaux et des messages disant qu’Argamani avait été capturée à juste titre par les terroristes du Hamas, a-t-il déclaré.

« La Chine sera-t-elle un endroit sûr pour les hommes d’affaires juifs, par exemple, dont on saurait qu’ils sont Juifs ? Y aura-t-il de l’hostilité verbale, voire physique ? Dans le passé, ma réponse était non, mais aujourd’hui, je n’en suis pas sûr », a-t-il déclaré.

L’Israélienne Noa Argamani en train d’être enlevée par des terroristes du Hamas dans le sud du pays, le 7 octobre 2023. (Crédit : Capture d’écran ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Après le 7 octobre, l’internet chinois – des panneaux d’affichage aux plateformes vidéo en passant par les réseaux sociaux – a soudainement été inondé de commentaires violemment anti-Israël et antisémites. En évoquant les actions d’Israël contre les Palestiniens, les internautes ont tenu des propos allant du soutien à Hitler et à l’Allemagne nazie à l’idée que les Juifs opprimés sont devenus des nazis oppresseurs.

Le classique de la Shoah « La liste de Schindler » de Steven Spielberg, très apprécié en Chine, a fait l’objet d’un tel bombardement de critiques sur la plateforme vidéo Bilibili que sa note est passée de 9,7 à 4,3. « Où est le Schindler palestinien ? », pouvait-on lire dans un commentaire très bien noté.

Les commentaires sont devenus si viraux que les comptes des ambassades d’Israël et d’Allemagne sur Weibo, la populaire plateforme de microblogging chinoise, ont commencé à filtrer les réponses à certains messages.

« Nous croyons au pouvoir de la liberté d’expression et du débat rationnel (…). Mais tout cela n’est pas sans limites : les invectives qui portent atteinte à la dignité humaine seront supprimées », a écrit l’ambassade d’Allemagne. « Nous tenons également à préciser que ceux qui associent délibérément le drapeau israélien à des symboles nazis dans leurs photos de profil sont soit des idiots ignorants, soit des salauds sans vergogne ! Nous bloquerons définitivement les comptes de ce type. »

Ce n’est pas seulement un phénomène sur les réseaux sociaux. Les médias d’État, comme la chaîne d’information nationale CCTV, soutenue par le Parti communiste chinois, ont affirmé que « les Juifs ne représentent que 3 % de la population américaine mais contrôlent 70 % de ses richesses […] ces facteurs peuvent être utilisés pour exercer une influence incomparable sur la politique ».

La vidéo de CCTV a depuis été retirée, mais le hashtag « Les Juifs ne représentent que 3 % de la population américaine mais contrôlent 70 % de sa richesse » est devenu un « sujet brûlant » sur Weibo, et cette statistique infondée est apparue à de nombreuses reprises dans d’autres messages sur les réseaux sociaux cherchant à imputer la responsabilité de la guerre actuelle contre le Hamas à une conspiration juive mondiale.

« Je suis profondément préoccupée par la propagation des tropes antisémites et des théories du complot au cours des dernières semaines, y compris la hausse sur les plus grands réseaux sociaux de la RPC [République populaire de Chine] », a tweeté Deborah Lipstadt, l’envoyée américaine chargée de la lutte contre l’antisémitisme, mercredi. « Cette augmentation spectaculaire de la rhétorique antisémite est une source d’inquiétude. »

Comment le « philosémitisme » peut se transformer en antisémitisme

L’envoyée spéciale des États-Unis pour combattre et surveiller l’antisémitisme, Deborah Lipstadt, s’exprimant lors d’une conférence sur les interdictions de l’abattage rituel qui ont été proposées et approuvées dans les pays européens, à Bruxelles, le 20 octobre 2022. (Crédit : Département d’État américain)

Le judaïsme n’est pas l’une des cinq religions reconnues en Chine, ce qui signifie que l’identité des Juifs chinois comme Uriah ou la communauté historique de Kaifeng n’est pas reconnue comme légitime. Mais les Juifs sont depuis longtemps vénérés en Chine, où des stéréotypes vieux de plusieurs siècles sont courants, comme la théorie du complot selon laquelle les Juifs contrôlent les institutions américaines, de Wall Street aux médias.

Il ne s’agit pas seulement d’argent et de pouvoir : les Chinois ont toujours considéré les Juifs comme une sorte de miroir d’eux-mêmes, une nation démunie qui a survécu à une adversité extrême et s’est hissée à une position de pouvoir et de proéminence contre vents et marées.

Ces stéréotypes sont présentés sous un jour positif et sont souvent qualifiés de « philosophiques ». Les Juifs d’ici ont raconté qu’ils recevaient tout, des courses de taxi gratuites aux compliments sur leur intelligence. Les librairies proposent des livres de développement personnel sur la façon de ressembler aux Juifs qui ont « réussi ». Le sentiment philosémite chinois a été adopté par les gouvernements israélien et chinois tout au long du développement des relations diplomatiques, comme l’ont noté les spécialistes.

Mais la frontière entre le philosémitisme et l’antisémitisme peut être poreuse. Contrairement à l’Occident, où l’antisémitisme est une tradition séculaire et profondément ancrée, les théories du complot juif sont un phénomène relativement nouveau en Chine. Selon Mary J. Ainslie, de l’Université de Nottingham à Ningbo, même les stéréotypes raciaux « positifs » peuvent devenir négatifs, en particulier dans le contexte d’un sentiment anti-occidental accru en Chine au cours des dernières décennies.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, troisième à gauche, et le président chinois Xi Jinping, troisième à droite, assistant à leur réunion à la maison d’hôtes d’État de Diaoyutai, à Pékin, en Chine, le 21 mars 2017. (Crédit : Etienne Oliveau/Pool Photo via AP)

Comme l’a décrit l’influenceur Lu Kewen dans un message WeChat de 8 000 mots en 2021 devenu viral : « L’image des Juifs en Chine était autrefois celle de saints se préparant à sauver les gens du peuple : fermes, saints, intelligents, riches et bienveillants tout en étant pleins de traumatismes. » Bien qu’après en avoir appris davantage sur l’histoire de « divers pays », Lu a écrit que « des noms juifs revenaient sans cesse (…) après les avoir classés et avoir analysé leurs comportements, mon impression des Juifs a lentement changé ». Son article comprend des passages copiés-collés de Mein Kampf d’Hitler et des Protocoles des Sages de Sion.

La libre propagation des théories du complot juif en dépit de la puissante machine de censure de la Chine indique une approbation de la part du parti-État, qui a rejeté sur les États-Unis la responsabilité de la guerre en Israël par l’intermédiaire de ses médias d’État.

« On remarque ici que les stéréotypes sur le peuple juif, en particulier les stéréotypes négatifs sur le peuple juif, sont en réalité assez puissants en ligne. Et comme les discours conspirationnistes sont encouragés par l’État et sont en réalité souvent liés à l’État, c’est quelque chose que [les autorités] ne sont pas disposées à remettre en question », a déclaré Ainslie.

Lors d’une conférence de presse la semaine dernière, en réponse à une question sur les rapports d’antisémitisme sur les réseaux sociaux chinois, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a réitéré la position de la Chine sur le conflit – qui appelle à une solution à deux États – ajoutant que « les lois chinoises interdisent sans équivoque la diffusion d’informations sur l’extrémisme, la haine ethnique, la discrimination et la violence via Internet. »

Les liens entre la Chine et Israël sont au plus bas

La Chine cultive des relations économiques fortes avec Israël depuis qu’elle a établi des liens avec ce pays en 1992, faisant souvent référence à l’amitié « millénaire » entre le peuple chinois et le peuple juif et aux milliers de réfugiés juifs qui ont trouvé refuge à Shanghaï pendant la Seconde Guerre mondiale. La Chine reste aujourd’hui le deuxième partenaire commercial d’Israël, derrière les États-Unis.

En juin, signe d’un réchauffement des liens, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait déclaré à des hommes politiques américains qu’il prévoyait de se rendre à Pékin dans un avenir proche. Il s’était senti obligé de publier une déclaration soulignant que « les États-Unis seront toujours l’allié le plus vital et le plus irremplaçable d’Israël » (cette visite semble aujourd’hui peu probable).

Mais la Chine a toujours entretenu des relations étroites avec les dirigeants palestiniens depuis l’époque de Mao. Ces dernières années, le pays a montré qu’il souhaitait jouer un rôle plus important dans le processus de paix au Moyen-Orient.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas serrant la main du président chinois Xi Jinping après une cérémonie de signature, au Grand Hall du Peuple, à Pékin, le 14 juin 2023. (Crédit : Jade Gao/POOL/AFP)

Depuis le 7 octobre, la Chine n’a pas spécifiquement condamné l’attaque du Hamas contre Israël et ne l’a pas qualifiée de terrorisme, ce qui a suscité une profonde déception et une grande frustration de la part d’Israël. Contrairement à de nombreux pays occidentaux, la Chine ne considère pas le Hamas comme un groupe terroriste.

Jeudi dernier, le représentant d’Israël à Taïwan a qualifié de « très inquiétante » l’hésitation de la Chine à condamner l’attaque du Hamas. La Chine a également publié peu d’informations sur l’agression à l’arme blanche de l’épouse d’un diplomate israélien à Pékin, bien que la police ait déclaré que l’agresseur était un étranger.

En revanche, la Chine a appelé à plusieurs reprises les deux parties à faire preuve de retenue et à trouver une solution fondée sur la coexistence de deux États, avec l’aide des Nations unies. Le ministre des Affaires étrangères de la Chine, Wang Yi, a également déclaré qu’Israël était allé « au-delà de l’autodéfense ».

La Chine s’est en outre attiré le soutien de la Ligue arabe, au point que plusieurs de ses pays ont commencé à rejeter les préoccupations internationales concernant les violations des droits de l’Homme commises à l’encontre des musulmans ouïghours du Xinjiang. Le musée américain du Mémorial de la Shoah a déclaré que le gouvernement chinois « pourrait être en train de commettre un génocide » dans la région, où les Ouïghours auraient fait l’objet d’emprisonnements massifs et de travaux forcés.

Le président de l’Autorité palestinienne (AP), Mahmoud Abbas, avait déclaré en juin que les actions de la Chine au Xinjiang visaient à lutter contre le terrorisme et n’avaient « rien à voir avec les violations des droits de l’Homme ».

De nombreux Chinois soutiennent encore les Juifs et Israël

Les messages viraux sur les réseaux sociaux ne déterminent pas nécessairement l’opinion publique du Chinois moyen, et le sujet de l’antisémitisme en Chine reste sous-étudié. Les condamnations de l’antisémitisme en réponse au phénomène récent dans le cyber-espace chinois existent – de nombreux utilisateurs ont condamné le terrorisme du Hamas et remis en question la réponse de leur gouvernement au conflit.

Le sentiment pro-Israël existe également. Israël suscite depuis longtemps l’admiration de la Chine pour sa riche culture et ses solides secteurs de l’éducation et de la technologie, que de nombreux entrepreneurs ont tenté d’acquérir ou de reproduire.

Ayala, à droite, une chrétienne sioniste de Pékin, lors de la marche de l’ambassade chrétienne internationale de Jérusalem, le 4 octobre 2023 (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)

De nombreux Chinois expriment leur soutien à l’État juif sur les posts Weibo de l’ambassade d’Israël en Chine. « Soutenez Israël ! Anéantissez le groupe terroriste », peut-on lire dans un commentaire récent.

Dans un message publié sur X, la plateforme anciennement connue sous le nom de Twitter, Ping Zhang, professeur d’études est-asiatiques à l’Université de Tel Aviv, a déclaré que ses tentatives d’expliquer à des amis israéliens « qu’il y a encore beaucoup de Chinois qui soutiennent Israël » n’ont reçu que peu de réponses.

« La bonne volonté suscitée par 1 000 voix chinoises favorables à Israël ne vaut pas les dommages causés par une seule déclaration antisémite », écrit-il. « En d’autres termes, les fondements des bonnes relations établies entre les deux parties au cours des trois dernières décennies ont volé en éclats. »

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.