Chypre, Israël et la Grèce travaillent à un gazoduc vers l’Europe
Rechercher

Chypre, Israël et la Grèce travaillent à un gazoduc vers l’Europe

Le premier sommet tripartite vise à renforcer « la sécurité et la stabilité » dans la région en renforçant les liens en Méditerranée orientale

Le président chypriote, Nicos Anastasiades (au centre), le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (à gauche) et le Premier ministre grec, Alexis Tsipras se serrant la main lors de leur rencontre au palais présidentiel à Nicosie, à Chypre, le 28 janvier 2016 (Crédit : POOL/AFP / Yiannis Kourtoglou)
Le président chypriote, Nicos Anastasiades (au centre), le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (à gauche) et le Premier ministre grec, Alexis Tsipras se serrant la main lors de leur rencontre au palais présidentiel à Nicosie, à Chypre, le 28 janvier 2016 (Crédit : POOL/AFP / Yiannis Kourtoglou)

Israël, la Grèce et Chypre vont travailler sur un projet de gazoduc reliant les trois pays afin d’exporter à terme le gaz naturel de Méditerranée orientale vers l’Europe, ont annoncé jeudi les leaders des trois Etats réunis à Nicosie.

Le président chypriote Nicos Anastasiades a accueilli Netanyahu et le Premier ministre grec, Alexis Tsipras au premier sommet tripartite entre les pays.

Ils se sont engagés à travailler ensemble pour saisir les opportunités émergentes des nouvelles découvertes de réserves de gaz au large des côtes afin de renforcer la stabilité et la sécurité dans une région ravagée par les conflits.

Les trois pays ont affirmé que la coopération est la clé de la stabilité régionale.

Alors que l’alliance a émergé grâce aux réserves de gaz dans la partie orientale de la Méditerranée, les ressources en eau et en tourisme étaient également en haut dans l’ordre du jour des pourparlers, a déclaré le porte-parole du gouvernement chypriote Nikos Christodoulides.

Netanyahu a déclaré que les trois pays devaient former un comité trilatéral pour étudier des plans pour construire un pipeline entre Israël et Chypre et vers la Grèce pour les exportations de gaz vers l’Europe.

Chypre et Israël ont annoncé avoir découvert d’importantes réserves de gaz naturel au large de leurs côtes, ce qui pourrait à terme intéresser l’Union européenne, aujourd’hui très dépendante du gaz russe.

Le gazoduc EastMed aurait une longueur d’environ 1.700 kilomètres, selon la compagnie énergétique grecque qui le soutient, IGI-Poseidon, et permettrait de transporter 15 millions de m3 de gaz vers l’Europe par an. 

Les dirigeants ont également discuté des plans pour un câble sous-marin pour relier les réseaux électriques de ces trois pays, a déclaré le Premier ministre lors d’une conférence de presse après leurs réunions.

« Nous vivons une [période de] grande turbulence », a déclaré Netanyahu, se référant aux multiples conflits au Moyen-Orient.

Le développement de la coopération entre les trois démocraties ferait avancer « la stabilité, la sécurité et la prospérité » pour leurs peuples et la région dans son ensemble, a-t-il ajouté.

Netanyahu a déclaré avoir également discuté de la coopération dans la gestion de l’eau, du tourisme, dans le secteur de la haute technologie et la lutte contre les incendies ainsi que des missions de recherche et de sauvetage en Méditerranée orientale.

« Notre partenariat n’est pas exclusif dans sa conception ou dans sa nature, et nous sommes prêts à accueillir d’autres acteurs qui ont le même état d’esprit à se joindre à nos efforts pour promouvoir la coordination et la coopération, ainsi que la paix et la stabilité régionale », ont déclaré les trois dirigeants dans un communiqué commun.

« La découverte d’importantes réserves d’hydrocarbures en Méditerranée orientale peut servir de catalyseur pour la paix, la stabilité et la coopération dans la région », ont-ils dit dans la déclaration.

Les dirigeants ont également dit qu’ils s’étaient « engagés à lutter contre la contrebande de personnes et nous réitérons notre volonté à contribuer aux efforts visant à répondre aux aspects humanitaires de la crise actuelle des réfugiés ».

Après des entretiens séparés avec Netanyahu à Jérusalem mercredi, Tsipras a déclaré que leur coordination « n’est dirigée contre quiconque », dans une référence apparente au partenaire de la Grèce à l’OTAN mais historiquement son rival, la Turquie.

Netanyahu, a pour sa part, déclaré après cette réunion, « Notre coopération avec la Grèce et Chypre se dresse seule… Il ne dépend pas de nos efforts pour normaliser nos relations avec la Turquie ».

Israël a appelé la Turquie à respecter le droit de Chypre d’exploiter son gaz naturel et éviter de créer des étincelles et des tension supplémentaire dans la région.

Avec Israël qui a trouvé de grandes réserves de gaz à proximité de l’endroit où Chypre fore, les deux pays sont à la recherche d’une mise en place d’une coopération sur les questions énergétiques comme l’exportation de gaz israélien.

Le groupe américain Noble Energy a découvert en 2011 un important gisement au large de Chypre qui renfermerait environ 127,4 milliards de m3 de gaz. D’autres groupes, comme le Français Total font également des recherches. L’île méditerranéenne espère commencer à exporter du gaz à partir de 2022.

D’importants champs gaziers ont également été découverts au large d’Israël à la fin des années 2000. L’un d’entre eux, Tamar, au large de Haïfa est exploité depuis 2013 tandis qu’un autre Leviathan doit l’être dans les années qui viennent.

Les responsables de Chypre, d’Israël et de Grèce ont convenu de se rencontrer à nouveau au cours du second semestre en Israël.

La Turquie était un allié régional clé d’Israël jusqu’à ce que les relations des deux pays se soient effondrées au cours de la prise d’assaut par des commandos israéliens en 2010 d’un navire turc, le Mavi Marmara, à destination de Gaza.

Mais les deux pays seraient en train de progresser dans le cadre de négociations secrètes visant à un rapprochement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...