Rechercher

Chypre : L’opposition dénonce l’accueil de l’exercice militaire israélien

Critiquant le gouvernement, le parti communiste Akel a comparé Tsahal aux forces turques occupant le nord de l'île divisée ; les résidents auraient déploré beaucoup de bruit

Des soldats israéliens prennent part à un exercice de grande ampleur à Chypre, selon une image publiée par les militaires le 2 juin 2022. (Crédit : Forces armées israéliennes)
Des soldats israéliens prennent part à un exercice de grande ampleur à Chypre, selon une image publiée par les militaires le 2 juin 2022. (Crédit : Forces armées israéliennes)

Le principal parti d’opposition chypriote a fustigé le gouvernement qui a accepté d’accueillir récemment des exercices militaires de l’armée israélienne, évoquant une « évolution dangereuse pour Chypre ».

Tsahal a terminé, jeudi, un exercice militaire majeur à Chypre qui simulait une offensive de terrain dans les profondeurs du Liban dans le cadre d’une potentielle guerre contre le groupe terroriste du Hezbollah, qui est soutenu par l’Iran.

L’île méditerranéenne a été choisie pour son terrain – à la fois montagneux et avec une plaine côtière, comme au Liban – et pour sa proximité avec Israël. L’entraînement a simulé diverses difficultés se posant dans une attaque terrestre – comme le réapprovisionnement en produits alimentaires, en eau ou en munitions ; les problématiques liées à la communication et les complications générales susceptibles de survenir sur un territoire non-familier.

Toutefois, le principal parti d’opposition, la formation communiste Akel, a déclaré jeudi que cette initiative avait sapé la sécurité de Chypre et elle a comparé l’armée israélienne aux militaires turcs qui occupent le nord de l’île divisée.

« Les territoires et les villes de nos pays ne peuvent pas se transformer en terrains d’exercice pour les armées étrangères, quelles qu’elles soient », a noté le parti, selon le Cyprus Mail.

« Et par dessus tout, Chypre devrait éviter de coopérer avec une armée étrangère qui a des antécédents d’occupation, de colonisation, de crimes de guerre et de violations du droit international – autant d’éléments qui, tous autant qu’ils soient, nous rappellent à tous l’occupation turque de l’île », a dit le parti.

Akel est connu pour ses politiques anti-israéliennes et a été la seule formation à voter contre l’accord sécuritaire signé entre Chypre et l’État juif en 2020.

Des troupes israéliennes organisent un exercice majeur à Chypre, sur une image publiée par l’armée, le 2 juin 2022. (Crédit : Tsahal)

Le Cyprus Mail a aussi fait savoir qu’il y avait eu un bon nombre de plaintes de la part des résidents locaux concernant le bruit entraîné par les véhicules militaires et les tirs d’artillerie.

Ces dernières années, l’État juif, Chypre et la Grèce ont mis en place une alliance qui ne cesse de se resserrer avec pour objectif de contrer la Turquie, leur adversaire stratégique commun en Méditerranée.

Chypre n’a pas pris part de manière directe à ces exercices. Le ministre de la Défense Benny Gantz et le chef d’état-major Avi Kohavi ont toutefois salué « l’alliance stratégique » unissant les deux pays pendant l’entraînement.

L’armée considère l’Est de la Méditerranée comme une région déterminante pour le maintien de la stabilité sécuritaire, où la « coopération stratégique » avec ses partenaires – comme Chypre et la Grèce – sont de haute importance, ont déclaré les responsables.

Et pendant la dernière semaine de cet entraînement qui a duré un mois – intitulé « Chariots de feu – l’armée israélienne a simulé des frappes aériennes sur des structures nucléaires iraniennes sur la mer Méditerranée.

Chariots de feu est l’exercice militaire le plus large à avoir été organisé depuis des décennies.

Il s’est intéressé à la possibilité d’événements soudains survenant sur de multiples fronts en même temps tout se concentrant sur le combat contre le Hezbollah au Liban.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...