Rechercher

Cisjordanie: 2 policiers des frontières blessés dans un attentat à la voiture-bélier

L'attaque survenue à Silat al-Harithiya a eu lieu alors que les soldats se prépareraient à raser l'habitation d'un suspect impliqué dans des coups de feu meurtriers en décembre

La voiture qui a servi à lancer une attaque à la voiture-bélier contre des membres de la police des frontières dans la ville de Silat al-Harithiya, en Cisjordanie, le 7 mars 2022. (Crédit : Police israélienne)
La voiture qui a servi à lancer une attaque à la voiture-bélier contre des membres de la police des frontières dans la ville de Silat al-Harithiya, en Cisjordanie, le 7 mars 2022. (Crédit : Police israélienne)

Deux agents de la police des frontières ont été légèrement blessés dans une attaque à la voiture-bélier présumée à leur arrivée dans la ville de Silat al-Harithiya en Cisjordanie, a fait savoir la police. Ils venaient, avec un renfort de troupes, procéder à la démolition de l’habitation d’un suspect mis en cause dans une affaire de coups de feu meurtrier.

Selon la police, un Palestinien au volant de sa voiture a vivement accéléré en direction des soldats qui se trouvaient dans un véhicule blindé, entrant en collision avec lui à grande vitesse et blessant les militaires.

Ces derniers ont été pris en charge sur une base voisine où ils ont été soignés.

La police a ajouté que le conducteur palestinien avait été arrêté et qu’il était soumis à un interrogatoire.

Cette attaque est survenu dans un contexte d’affrontements dans le secteur, alors que les forces militaires et de police entraient dans la ville. Les médias palestiniens ont noté que des coups de feu avaient été entendus à proximité et qu’au moins un Palestinien avait été blessé par balle.

De son côté, l’armée israélienne n’a pas commenté l’attaque.

Des dizaines de militaires étaient entrés dans la ville pour démolir l’habitation d’un suspect mis en examen dans une attaque à l’arme à feu meurtrière qui avait eu lieu à proximité de l’avant-poste illégal de Homesh, dans le nord de la Cisjordanie, ont fait savoir les médias palestiniens.

Selon les services de sécurité du Shin Bet, une cellule appartenant au groupe terroriste du Jihad islamique palestinien avait été à l’origine de cet attentat qui avait fait un mort, Yehuda Dimentman, et deux blessés légers.

Le logement de l’un des suspects avait été démoli, le mois dernier, et trois autres ordonnances de démolition ont été émises dans ce dossier, sanctionnant trois autres individus mis en cause dans l’affaire et leurs familles.

Yehuda Dimentman. (Crédit : Autorisation)

Les autorités israéliennes mettent souvent en place des actions punitives, comme la démolition de maison, avant une condamnation dans le cadre d’un attentat terroriste. Israël affirme que cette pratique aide à dissuader les futurs attentats et les autorités estiment que la rapidité est déterminante dans l’exécution d’une démolition, la dissuasion s’affaiblissant avec le temps.

Au fil des années, toutefois, un certain nombre de responsables israéliens de la Défense ont mis en doute l’efficacité de la pratique et les activistes des droits de l’Homme dénoncent pour leur part une sanction collective.

Les tensions n’ont cessé de s’accroître dans toute la Cisjordanie au fil des derniers mois. Il y a eu, au mois de janvier, des attaques de type « loup solitaire » répétées, avec des tentatives d’attentats au couteau ou à la voiture-bélier contre des Israéliens. Il y a eu aussi deux attaques au couteau, dimanche et lundi, dans la Vieille Ville de Jérusalem qui ont fait quatre blessés, tous des policiers. Par ailleurs, deux hommes Juifs d’une quarantaine d’années ont été poignardés lors de deux agressions distinctes dans une ville de Cisjordanie près de Jérusalem et dans des circonstances quasiment identiques, la semaine dernière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...