Cisjordanie : des habitants d’implantations s’en prennent aux forces de sécurité
Rechercher

Cisjordanie : des habitants d’implantations s’en prennent aux forces de sécurité

Après avoir mis un terme à des affrontements entre Israéliens et Palestiniens, les forces de sécurité israéliennes auraient été attaquées par des dizaines d'individus masqués

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Des résidents de l'implantation cisjordanienne d'Yitzhar s'opposent aux forces de sécurité lors de la démolition d'une construction illégale le 25 juin 2017. 
(Capture d'écran: YouTube)
Des résidents de l'implantation cisjordanienne d'Yitzhar s'opposent aux forces de sécurité lors de la démolition d'une construction illégale le 25 juin 2017. (Capture d'écran: YouTube)

Samedi après-midi, des dizaines d’habitants d’implantations masqués ont attaqué un convoi de police dans le nord de la Cisjordanie. Les forces de sécurité présentes sur place ont demandé des renforts après que des militants d’extrême droite leur ont lancé des pierres et crevé les pneus de leurs véhicules, ont déclaré les autorités.

D’après la police, les forces de sécurité ont répondu à des signalements au sujet d’affrontements entre des Palestiniens et des Israéliens dans les environs de l’avant-poste de Kipah Srugah, au nord de l’implantation de Yitzhar.

Les forces de sécurité ont mis un terme aux affrontements et s’apprêtaient à quitter la zone quand elles ont été attaquées par des habitants d’implantations, a déclaré la police. Les forces de sécurité ont demandé les renforts de la police et de l’armée, mais les suspects ont réussi à quitter les lieux.

Un véhicule de la police israélienne après que ses pneus ont été creusés par des habitants d’implantations à proximité d’Yitzhar dans le nor de la Cisjordanie le 25 mai 2019. (Police Israël)

Des photos fournies par le police montrent les pneus de deux véhicules entièrement crevés et les rétroviseurs détruits par des militants d’extrême droite, armés de couteaux et de pierres.

Dans un communiqué faisant le point sur « l’incident sérieux et violent », la police a indiqué qu’elle tentait de retrouver les assaillants.

Le secrétariat d’Yitzhar a publié un communiqué rejetant catégoriquement le récit de la police sur l’incident de samedi après-midi. Les responsables de la ville ont déclaré que contrairement à ce que les autorités avaient affirmé, il n’y avait pas eu d’affrontements entre Israéliens et Palestiniens dans le secteur.

Selon le communiqué, un groupe de jeunes d’Yitzhar s’était arrêté devant l’implantation après être rentré d’une randonnée dans la région, quand la police des frontières est arrivée pour leur dire d’évacuer immédiatement les lieux.

« Sans aucune justification, les forces de police ont eu recours à la violence contre eux », a déclaré le secrétariat d’Yitzhar. Au lieu d’admettre leur erreur, la police a fait un usage disproportionné de la force contre les résidents, ce qui a agrémenté les tensions ».

Un résident israélien a été blessé à la tête et transporté à l’hôpital après la fin du Shabbat, d’après le communiqué.

Yitzhar et les implantations de la zone ont été le théâtre de dizaines d’affrontements violents ces derniers jours.

Vendredi dernier, des Israéliens de la communauté du nord de la Cisjordanie et des voisins palestiniens se sont affrontés, chaque groupe accusant l’autre d’avoir incendié les champs. Plusieurs jours plus tard, l’ONG de défense des droits humains B’Tselem a publié des images montrant deux Israéliens entrer dans la prairie, se baisser et partir en marchant. Quelques secondes plus tard, des flammes sont apparues dans la zone où ils se trouvaient.

Un véhicule de la police israélienne après que ses rétroviseurs ont été frappés par des pierres lancées par des habitants d’implantations à proximité d’Yizhar dans le nord de la Cisjordanie le 25 mai 2019. (Police d’Israël)

En outre, on peut voir des groupes d’hommes issus des implantations lancer des pierres sur des maisons palestiniennes à proximité des villages de Burin et Asirah al-Qibliyah, au sud de la ville de Naplouse.

BTselem a accusé l’armée israélienne de ne pas avoir réussi à retenir les Israéliens de se livrer à ces attaques, tout en empêchant les résidents palestiniens de la zone d’éteindre les flammes.

Yitzhar et les implantations alentours sont également considérées par les responsables sécuritaires comme l’épicentre de la violence des habitants d’implantations et ont souvent été liées à des attaques contre des Palestiniens et leurs biens, y compris le mois dernier à Urif.

Des Israéliens d’extrême droite justifient le fait de cibler des Palestiniens dans ce qu’ils qualifient d’attaques du “Prix à payer”, en représailles directes d’attaques terroristes, et de s’en prendre parfois à des soldats pour des actions du gouvernement israélien jugées hostiles au mouvement d’implantation.

En décembre, le Bureau des Nations unies pour la Coordination des Affaires humanitaires a publié un rapport révélant une augmentation de 69 % des attaques d’habitants d’implantations sur des Palestiniens en 2018 par rapport à 2017.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...