Clubhouse ferme des salons de discussion après des plaintes pour antisémitisme
Rechercher

Clubhouse ferme des salons de discussion après des plaintes pour antisémitisme

Le réseau social audio dit avoir fermé un certain nombre de groupes en raison d'une "violation directe" des règles de la communauté en matière de racisme et de discours de haine

L'application Clubhouse sur un iPhone. (Rafael Henrique/SOPA Images/LightRocket via Getty Images)
L'application Clubhouse sur un iPhone. (Rafael Henrique/SOPA Images/LightRocket via Getty Images)

JTA – Clubhouse, le nouveau réseau social basé sur l’audio, a annoncé avoir « fermé un certain nombre de salles » à la suite de plaintes pour antisémitisme.

Dimanche, un utilisateur de Twitter portant le pseudonyme @EliKohn3 a écrit au sujet d’un chat sur Clubhouse qui discutait du « privilège juif », où, selon lui, les utilisateurs répétaient et promouvaient des stéréotypes antisémites.

« Près de 200 personnes parlent de la façon dont les Juifs contrôlent la réserve fédérale, les juifs étaient derrière la traite transatlantique des esclaves, les minorités sont des pions pour les juifs afin de détruire les blancs », a écrit @EliKohn3. « Je ne peux pas croire la quantité d’antisémitisme omg. »

Plus tard dans la journée, Clubhouse a annoncé qu’il avait fermé les groupes qui violaient ses politiques anti-discrimination.

« Nous avons fermé un certain nombre de forums jugés en infraction et, le cas échéant, prononcé des suspensions et exclu des utilisateurs pour une durée indéterminée », a-t-il déclaré, répondant au tweet de @EliKohn3 mais ne faisant pas spécifiquement référence à des comptes ou des groupes. « Toutes les formes de racisme, d’antisémitisme, de discours de haine et d’abus sont interdites sur Clubhouse et constituent une violation directe des règles de la communauté. »

L’application, qui a été lancée il y a environ un an et compte déjà plus de 8 millions de téléchargements, connecte les utilisateurs en leur permettant de se réunir dans des « salons » pour parler entre eux.

Elle a été accusée de tolérer l’antisémitisme par le passé et, en septembre, le site Verge a indiqué qu’elle « se bat toujours contre la modération ».

« L’antisémitisme que nous avons vu se répandre sur Clubhouse ces dernières semaines, en particulier l’affreuse poussée de ce week-end, est un rappel douloureux de la persistance de la haine anti-juive et de la façon dont elle infecte une si grande partie des médias sociaux », a déclaré le PDG de l’Anti-Defamation League, Jonathan Greenblatt, au Jewish Insider. « Ce week-end, nous savons qu’il y a eu un torrent de haine hideuse et irréfutable, allant du négationnisme brut aux mensonges répugnants sur le peuple juif et aux affirmations calomnieuses contre l’État juif. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...