Netanyahu : le Hezbollah « joue avec le feu »
Rechercher

Netanyahu : le Hezbollah « joue avec le feu »

Aucun soldat blessé ; l'armée dément les rapports des médias libanais selon lesquels un missile guidé antichar Kornet aurait été tiré sur un char israélien et vice versa

Un char Merkava israélien prend position à la frontière entre Israël et la Syrie, sur le plateau du Golan, le 20 juillet 2018. (AFP Photo/Jalaa Marey)
Un char Merkava israélien prend position à la frontière entre Israël et la Syrie, sur le plateau du Golan, le 20 juillet 2018. (AFP Photo/Jalaa Marey)

L’armée israélienne a affirmé avoir déjoué une attaque du Hezbollah dans la région du mont Dov, en ouvrant le feu sur des membres du groupe terroriste chiite libanais qui avaient pénétré en territoire israélien depuis le Liban.

Des sources militaires ont indiqué à la Douzième chaîne que des combattants du Hezbollah ont tenté d’infiltrer la frontière et d’attaquer un avant-poste de l’armée israélienne. Ils ont été identifiés par l’armée, qui les a suivis en se déplaçant à travers les feuillages vers l’avant-poste, situé à Har Dov, à un endroit où il n’existe aucune clôture frontalière.

Lorsque les combattants ont franchi la Ligne bleue, la frontière internationale, les troupes israéliennes ont ouvert le feu.

De lourds bombardements de l’armée israélienne ont suivi pour empêcher toute autre attaque, y compris des tirs antichars sur les soldats, pendant près d’une heure. Des échanges de tirs ont eu lieu pendant environ une heure, selon un correspondant de l’AFP dans le village de Marjayoun, dans le sud du Liban.

L’armée israélienne affirme qu’aucun soldat n’a été blessé et dément les rapports des médias libanais selon lesquels un missile guidé antichar Kornet aurait été tiré sur un char israélien.

Selon le porte-parole de Tsahal, Hidai Zilberman, les militaires considèrent que l’incident est en cours. Il y a « des jours tendus et compliqués devant nous », a-t-il déclaré.

Selon Zilberman, la cellule du Hezbollah est entrée à quelques mètres en territoire israélien avant que les troupes n’ouvrent le feu avec des mitrailleuses, des chars et des canons d’artillerie, les repoussant.

« Nous ne connaissons pas encore leur état », a-t-il déclaré. Zilberman a déclaré que Tsahal ne savait pas encore précisément quel type d’attaque la cellule du Hezbollah avait l’intention de mener en Israël.

L’armée israélienne avait ordonné à la population sur le plateau du Golan et le long de la frontière avec le Liban de rester chez elle après l' »incident de sécurité ».

« A la suite d’un incident de sécurité dans le secteur du mont Dov », il est demandé aux habitants du côté israélien de la Ligne bleue, séparant Israël du Liban, « de rester chez eux », avait indiqué l’armée dans un communiqué, précisant que les routes dans ce secteur étaient bloquées. Entre-temps, les civils israéliens du nord ont été informés qu’ils pouvaient reprendre leurs activités quotidiennes, l’incident étant désormais sous contrôle.

« Nous vivons un incident sécuritaire difficile, » aurait déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu lundi aux membres de sa faction du Likud à la Knesset.

Avant que l’information sur « l’incident » ne soit rendue publique, Netanyahu avait évoqué les tensions le long de la frontière en disant : « nous contrôlons en permanence ce qu’il se passe sur notre frontière nord. Et quand je dis ‘nous’, cela signifie moi-même, le ministre de la Défense, le chef d’Etat-major – tous ensemble ».

« Notre politique est claire : D’abord, nous n’autoriserons pas l’Iran à s’ancrer militairement sur notre frontière avec la Syrie. C’est la politique que j’avais établie il y a des années et nous la maintenons constamment ». « Ensuite, le Liban et le Hezbollah assumeront la responsabilité de toute attaque commise à notre encontre et émanant du territoire libanais ». « Troisièmement », avait-il ajouté, « l’armée s’est préparée à tous les scénarios. Nous sommes actifs dans toutes les sphères pour la sécurité d’Israël – près de nos frontières comme loin d’elles ».

Netanyahu et le ministre de la Défense Benny Gantz se sont rendu au quartier général de l’armée israélienne à Tel Aviv pour des consultations.

S’exprimant avant l’incident lors d’une réunion de faction à Jérusalem, Gantz avait évoqué les tensions croissantes à la frontière nord.

« L’Iran et ses mandataires essaient toujours d’étrangler notre frontière nord dans un étau iranien », a-t-il déclaré. « Tsahal et nos forces de sécurité continueront à empêcher l’enracinement des Iraniens, ainsi que le transfert d’armes déstabilisatrices et de systèmes d’armes de précision. »

« En tant que ministre de la Défense, je suggère qu’aucun ennemi ne se permette de nous mettre à l’épreuve. Quiconque tentera de le faire trouvera une armée prête et résolue, prête à protéger les citoyens d’Israël et sa souveraineté », a-t-il déclaré. « Permettez-moi d’insister une fois de plus sur ce point : la responsabilité repose sur les épaules de la Syrie et du Liban pour toute activité sur leur territoire ou en provenance de celui-ci ».

Gantz avait déjà menacé dimanche le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah alors qu’il effectuait une visite sur la frontière nord du pays, affirmant que l’Etat juif était prêt à passer à l’action avec force contre « tous ceux qui nous testent ». La milice libanaise était soupçonnée de préparer une attaque de représailles contre Israël pour venger la mort de l’un de ses combattants, la semaine dernière.

Ces incidents surviennent aussi au lendemain de la chute d’un drone israélien au Liban et après le renforcement de la présence des forces israéliennes à la frontière.

La Finul, force de l’ONU qui est censée maintenir la paix dans le sud Liban, a appelé lundi à « la plus grande retenue » après des combats rapportés à la frontière avec le voisin israélien.

Le Hezbollah a plus tard nié toute participation à des « accrochages » avec Israël, après des combats à la frontière rapportés par l’Etat hébreu et déclenchés selon lui par une « tentative d’infiltration » menée par des « terroristes ».

Dans une déclaration du groupe terroriste lue à haute voix sur sa chaîne de télévision al-Manar, le Hezbollah déclare : « Tout ce que l’ennemi prétend dans les médias sur le fait de contrecarrer une opération d’infiltration du territoire libanais vers la Palestine occupée, ainsi que sur la chute des martyrs et des membres du Hezbollah blessés lors d’opérations de bombardement qui ont eu lieu à proximité des sites d’occupation dans les fermes de Shebaa – est absolument faux. »

Il affirme que « ces annonces sont des tentatives absolument fausses pour générer des victoires illusoires et fausses ».

« La Résistance islamique affirme qu’il n’y a eu ni attaque ni fusillade de sa part. C’était plutôt une seule partie, qui était l’ennemi craintif, anxieux et tendu », dit-il, ajoutant que « l’ennemi court effrayé à la fois sur le terrain et dans les médias, ayant peur de sa propre ombre ».

Semblant indiquer que l’affaire n’est pas terminée, le Hezbollah affirme que sa réponse au meurtre de l’un de ses combattants lors d’une prétendue frappe aérienne israélienne en Syrie la semaine dernière « est certainement à venir. Les sionistes n’ont qu’à attendre que leurs crimes soient punis. »

Il dit également qu’il répondra aux tirs d’artillerie d’Israël qui ont eu lieu lors des affrontements d’aujourd’hui.

« Le Hezbollah et le gouvernement libanais sont responsables de toute attaque qui sortira du territoire » libanais, a déclaré Netanyahu lors d’une conférence de presse lundi soir. « Le Hezbollah joue avec le feu, notre réaction sera très forte », a-t-il prévenu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...