Commémoration de la Shoah à l’ONU : Amir Benayoun privé de visa américain
Rechercher

Commémoration de la Shoah à l’ONU : Amir Benayoun privé de visa américain

L’artiste a déclaré qu’il n’a pas réussi à convaincre les autorités américaines qu’il rentrerait dans son pays après le spectacle

Amir Benayoun, le chanteur israélien qui a composé la musique de 'The Last One', une ode aux survivants de l'Holocauste (YouTube)
Amir Benayoun, le chanteur israélien qui a composé la musique de 'The Last One', une ode aux survivants de l'Holocauste (YouTube)

L’Ambassade américaine en Israël a refusé d’accorder un visa au chanteur Amir Benayoun à l’approche de sa représentation prévue aux Nations unies, jetant le doute sur sa présence à la Journée Internationale du Souvenir de l’Holocauste.

Benayoun devait interpréter « Le Dernier », une chanson qu’il a composée en 2014, à une cérémonie des Nations unies le 27 janvier, avec les chanteurs Miri Mesika et David D’Or.

Pourtant, alors que Mesika et D’Or ont pu obtenir des visas, la demande de Benayoun a été refusée. Le chanteur n’a pas réussi à convaincre le consul américain de son intention de rentrer dans son pays après la fin de sa visite.

Le site d’informations Ynet a annoncé que le ministère des Affaires étrangères a tenté de faire modifier la décision, mais ses efforts n’ont pas rencontré de succès jusqu’à présent.

Certains médias en hébreu se sont demandés si le refus opposé à Benayoun n’était pas lié à une chanson de 2015 au sujet d’un corbeau « corrompu et artificiel » qu’il appelle Obama et à qui il souhaite une mort rapide.

Benayoun a dit que la chanson cherchait à donner une voix aux survivants de l’Holocauste, étant donné qu’ils ne seront bientôt plus en vie pour raconter leurs histoires. Il a dit que la chanson, qui doit être chantée en hébreu, en arabe et en anglais, sera l’un des outils pour combattre le négationnisme de l’Holocauste.

Le compositeur des paroles, et stratégiste politique Moshe Klughaft, a déclaré à Ynet qu’il pensait à une réalité dans laquelle il y « aura seulement un Juif vivant qui a fait l’expérience de l’Holocauste », a-t-il déclaré. « J’ai écrit la chanson en l’ayant à l’esprit ».

Je suis le dernier qui reste, Des Profondeurs je vous appelle ;
Mon âme demande de l’espoir, pour que je reste en vie même si je suis mort.
Je suis le dernier qui reste, je suis resté un être humain même quand j’étais juste un numéro ;
Une miche de pain se mange, mais je la gardais toujours sous mon oreiller.

Chœur :
Et dans cette course de relai je suis resté le seul ;
Le flambeau est maintenant relayé de main en main
Prenez-moi tout, je suis comme le buisson ardent
Vous resterez ici pour raconter l’histoire.

Je suis le dernier qui reste, toujours attaché aux Israélites dans le désert ;
Je n’ai pas de repos, j’erre et je rôde
Tout ce qui reste sont les mémoires des wagons à bétail.

Je suis le dernier qui reste, revenant maintenant aux provinces du passé ;
L’herbe est verte de terreur ;
J’en appelle à toi, Mère Nature.

Chœur :
Et dans cette course de relai je suis resté seul ;
Le flambeau est maintenant relayé de main en main
Prenez-moi tout, je suis comme le buisson ardent
Vous resterez ici pour raconter l’histoire.

Il y a des millions d’yeux qui me fixent maintenant, comment puis-je abandonner ?
Je suis le seul qui reste, pour raconter l’histoire.

Ecrit comme un hymne aux survivants, la chanson est accompagnée d’une vidéo, créée avec l’aide des membres d’Amcha, une organisation israélienne qui offre un soutien et une aide psychologique aux survivants de l’Holocauste et à leurs familles.

Plusieurs survivants ont été filmés pour la vidéo, qui inclut également des photos des survivants quand ils étaient enfants.

Jessica Steinberg a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...