Comment le Likud a doté les bureaux de vote arabes de caméras et veut récidiver
Rechercher

Comment le Likud a doté les bureaux de vote arabes de caméras et veut récidiver

La commission électorale doit statuer sur l'opération "Normes morales" alors que le Likud veut envoyer des jeunes pour "surveiller" le vote arabe, dissuadant les électeurs de voter

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Un Arabe israélien se prépare à voter aux élections parlementaires israéliennes dans un bureau de vote installé dans une école à Taibé, dans le nord du pays, le 9 avril 2019. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Un Arabe israélien se prépare à voter aux élections parlementaires israéliennes dans un bureau de vote installé dans une école à Taibé, dans le nord du pays, le 9 avril 2019. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Quelques semaines avant les élections de la Knesset du 9 avril, Yuval Katz a reçu un message vague sur WhatsApp décrivant une opportunité de « travail facile tout en gagnant pas mal d’argent » le jour du scrutin national.

Le lien en pièce jointe l’a conduit à un formulaire Google qui expliquait de manière énigmatique le travail qu’il devait accomplir en apportant une assistance aux agents électoraux en poste dans des villes arabes. Il indiquait qu’un « petit détail supplémentaire » concernant la fonction serait communiqué lors d’un briefing, quatre jours avant les élections, avec le ministre du Likud Yoav Galant. Entre deux emplois à la fois et à la recherche d’une occasion de se faire un shekel rapidement, le jeune homme de 26 ans s’est inscrit.

Lors du briefing, les organisateurs de l’opération ont révélé à Katz et aux 40 autres jeunes adultes engagés comme « coordinateurs de terrain » qu’ils seraient chacun chargés de superviser une trentaine de jeunes qui seraient armés de caméras cachées, afin de documenter les allégations de fraude électorale dans les bureaux de vote de la communauté arabe.

Ils ont été avertis de certaines « situations inconfortables » qui pourraient survenir si l’une des caméras cachées devait être repérée.

Mais on était loin de la réalité dans laquelle Katz et presque tous les jeunes membres du personnel électoral dont il était responsable se sont retrouvés presque immédiatement après l’ouverture des bureaux de vote.

Un Israélien se présente à un bureau de vote pour les élections législatives du 9 avril 2019 dans la ville arabe de Taibe, dans le nord d’Israël. (Ahmad Gharabli/AFP)

Tout au long de la journée des élections, le nouveau coordinateur sur le terrain a répondu aux appels d’adolescents paniqués, qui n’étaient pas préparés à la réaction en chaîne provoquée par leur participation à l’opération de surveillance ciblée. La directive d’en haut était de les garder aux bureaux de vote, quoi qu’il arrive. Mais craignant pour leur sécurité, plusieurs des adolescents suppliaient Katz de les extraire.

Pratiquement au même moment où les observateurs du scrutin ont commencé à se faire démasquer, les médias ont dévoilé les détails de l’opération. L’indignation suscitée par la présence des caméras était généralisée, mais le projet clandestin financé par le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu – et sous son étroite supervision – s’est avéré suffisamment légal pour recevoir l’aval de la commission centrale électorale plus tard dans la journée.

La police a brièvement interdit l’accès des bureaux de vote aux jeunes scrutateurs munis d’une caméra lorsque le président de la commission électorale Hanan Melcer a pesé sa décision, mais la Cour suprême a finalement autorisé le recours à ces dispositifs dans les cas où il existait une « crainte non négligeable » de fraude électorale. Cependant, en ne précisant pas ce qui constituait une « crainte non négligeable », Melcer a laissé au personnel électoral du Likud le soin de décider par lui-même.

Les critiques ont fait valoir que les caméras ont contribué à un taux de participation arabe historiquement bas dans tout le pays, bien que certains membres de la communauté arabe aient eux-mêmes contesté cette affirmation. Peut-être parce que le projet a été jugé conforme à la loi, l’article n’a fait l’objet que d’un suivi limité dans la presse.

Mais les détails de l’exécution de la campagne révèlent jusqu’où le Likud était prêt à aller pour empêcher ce qu’il prétend être une fraude électorale endémique dans le secteur arabe – la même circonscription qui, le jour des élections précédentes, en 2015, avait été notoirement mise en garde par Netanyahu, « se rendait en masse aux urnes ». Ensuite, la participation des électeurs arabes au processus démocratique a été considérée comme une menace. Cette fois-ci, il a également été qualifié d’illégal.

Une caméra cachée sur un observateur du Likud, dans un bureau de vote d’une ville arabe, lors des élections du 9 avril 2019. (Crédit : Hadash-Taal)

Une fois le vote terminé le 9 avril, le Likud a transféré aux autorités électorales des centaines d’enregistrements de ces caméras cachées, ce qui a prouvé l’étendue de la tricherie qui a eu lieu dans les villes arabes. Mais en ce qui concerne la police, l’élection s’est déroulée avec à peine plus qu’un bémol et les preuves présentées n’étaient rien de plus que des anecdotes.

Aujourd’hui, ravi par l’opération d’avril et imperturbable face aux critiques, le Likud se prépare à nouveau à la mener à bien lors des élections de septembre prochain, mais cette fois à une échelle encore plus grande. La commission centrale électorale s’est réunie jeudi pour discuter de la question de savoir si elle allait changer sa position sur les caméras, mais les organisateurs de l’opération qui se sont entretenus avec le Times of Israel se sont dits confiants de pouvoir à nouveau se rendre dans les bureaux de vote arabes, caméras en main, une fois encore.

Opération Normes morales

Le « coordonnateur de terrain » Katz – qui a demandé à être identifié par un pseudonyme pour protéger sa vie privée – a admis s’être senti mal à l’aise au début avec la nature de l’opération, mais s’est dit rassuré en apprenant l’implication de Galant, un ancien général de Tsahal ayant servi plusieurs années comme ministre du Logement.

« Si un ministre est présent, c’est apparemment légitime », se souvient-il en pensant à lui-même avant le rassemblement préélectoral.

La séance d’information a débuté par de brefs discours des organisateurs de l’“Operation Moral Standards” [normes morales] de la société de communication Kaizler-Inbar. Sagi Kaizler et Ofer Inbar avaient été impliqués dans un projet presque identique pendant les élections de 2015 – également avec le financement et la coopération du Likud – mais avaient choisi de passer inaperçus à l’époque.

« Le but est très simple. Il s’agit de combattre la fraude électorale », a déclaré un responsable du Likud impliqué dans le projet, qui s’est ensuite adressé au Times of Israel sous couvert de l’anonymat. Il a expliqué la motivation de l’opération du mois d’avril et de sa reprise plus importante au mois de septembre.

« Nous avons remarqué au fil des ans qu’il y avait certaines villes où le taux de participation se situait entre 90 et 100 %, ce qui n’était pas conforme à tous les appels au boycott des élections lancés par la population arabe », a déclaré cet organisateur, sans toutefois fournir d’exemples statistiques pour étayer sa thèse.

Certains militants arabes israéliens et personnalités des médias ont appelé les membres de leurs communautés à boycotter les élections ces dernières années, mais le taux de participation dans cette communauté n’a pas dépassé 80 % depuis 1965 et n’a été que de 55,8 % en moyenne au cours des cinq dernières élections, selon les chiffres de l’Institut israélien de la démocratie.

Néanmoins, dans le but de mettre fin au « phénomène incontrôlé », le responsable du Likud a expliqué que Kaizler-Inbar avait recruté quelque 1 200 militants de yeshiva sionistes religieux avant le vote d’avril, les avait armés de caméras cachées et les avait déployés comme représentants des commissions électorales dans les villes arabes du pays.

Les règlements électoraux israéliens permettent aux membres de partis distincts de constituer trois des quatre agents électoraux à chaque bureau de vote. Une cinquième ou sixième personne affiliée à un autre parti peut également être présente à titre d’observateur désigné.

Des Arabes israéliens brandissent un drapeau palestinien lors d’une manifestation contre le projet de loi sur l’Etat-nation juif à Tel Aviv, Israël, le samedi 11 août 2018. (AP/Ariel Schalit)

Le nombre d’agents électoraux que chaque parti reçoit est proportionnel au nombre de sièges qu’il a obtenus lors des dernières élections, ce qui a donné au Likud le plus grand nombre de représentants en avril. La grande majorité des agents électoraux recrutés par Kaizler-Inbar ont ensuite travaillé pour le Likud, mais le parti de Netanyahu a également passé des accords avec d’autres factions de droite, qui ont « prêté » leurs agents et observateurs électoraux pour la cause.

Le responsable du Likud a affirmé que le placement même de représentants juifs de la commission électorale dans les villes arabes avait empêché une fraude massive, tant dans l’opération discrète de 2015, que dans la plus importante, en avril. En 2015, a-t-il affirmé, « nous avons déterminé à partir de nos chiffres que nous avons déjoué une fraude équivalant à 3 sièges à la Knesset (environ 108 000 votes) ». Il n’a pas fourni les données internes prouvant la découverte et a par la suite précisé que celle-ci était fondée sur des preuves officieuses.

Comme il l’a fait lors de la réunion d’information avec les organisateurs sur le terrain, le responsable du Likud a poursuivi en détaillant les différents types de fraudes qui, selon lui, sont susceptibles de se produire le jour des élections. Le plus important, a-t-il dit, a lieu après le vote et la fermeture des bureaux de vote.

« Disons que la commission électorale remarque que seulement 50 % des résidents ont voté. Ils peuvent alors conclure des accords dans lesquels ils acceptent de donner un certain pourcentage de voix supplémentaires au Likud, par exemple, en échange d’un pourcentage supplémentaire à la Liste arabe unie », a-t-il expliqué en substance.

En conséquence, a-t-il dit, le but des caméras était de surveiller le comportement des autres membres de la commission électorale plutôt que celui des électeurs eux-mêmes. Ceux qui étaient armés de caméras ne sont pas allés derrière les isoloirs, où les électeurs ont mis leurs bulletins de vote dans leurs enveloppes, et sont restés aux tables d’enregistrement toute la journée, a ajouté le responsable du Likud.

La séance d’information préélectorale s’est terminée par une allocution de Galant, qui a souligné aux organisateurs sur le terrain l’importance de la tâche à accomplir. « Il n’a pas parlé d’être contre les Arabes, mais il a encadré une discussion basée sur les valeurs qui a mis en évidence l’importance d’avoir des élections équitables », a rappelé Katz.

Le ministre du Likud Yoav Gallant (à droite) lors d’une visite au marché Hatikva de Tel Aviv, le 28 mars 2019. (Raoul Wootliff/Times of Israel)

Là où le coordonnateur de terrain de 26 ans a estimé que les organisateurs avaient dépassé les bornes, c’est lorsqu’une question a été soulevée concernant l’endroit où les membres des bureaux de vote voteraient eux-mêmes.

Les règlements électoraux exigent que les citoyens votent dans leur ville d’origine. Toutefois, ces militants, compte tenu de leur fonction d’observateurs électoraux, ne seraient pas en mesure de le faire, étant donné que les organisateurs s’attendent à ce qu’ils restent présents dans leurs bureaux de vote respectifs dans les villes arabes durant toute la journée.

Katz a ajouté que l’un des organisateurs leur a dit que les observateurs du scrutin pourraient voter à n’importe quel bureau à condition qu’ils signent un formulaire indiquant qu’ils ne peuvent pas voter ailleurs. Ces déclarations sont destinées à être réservées aux personnes handicapées, mais « ils nous ont dit que personne ne vérifie jamais cela ».

« Ils parlent de normes morales alors qu’ils emploient illégalement des militants le jour de l’élection », a déploré Katz.

Le responsable du Likud a nié cette accusation.

Chaos planifié

Katz a dit qu’il s’attendait à pouvoir passer sa journée dans un café quelque part dans le nord de la région, communiquer par téléphone avec les 30 agents électoraux dont il était responsable et se rendre aux différents bureaux si des problèmes survenaient.

« Ce qui s’est passé dans la pratique, c’est que [les responsables arabes du scrutin] ont commencé à remarquer les caméras juste une heure après le début du scrutin, et [les jeunes militants] ont commencé à recevoir des menaces », a rappelé Katz.

A 10h28, le site d’information Ynet a publié des images vidéo exclusives d’un Arabe surprenant un enquêteur du Likud avec une caméra cachée.

Les critiques ont émis l’hypothèse que quelqu’un travaillant pour Kaizler-Inbar aurait divulgué les images à la presse dans le but de créer un buzz autour de l’emplacement des caméras dans les villes arabes, décourageant ainsi la population ciblée d’aller voter. Les électeurs arabes inquiets que leurs pairs soient au courant de leur participation au processus électoral à la lumière des appels de plus en plus nombreux au boycott, se sont maintenant rendus compte qu’ils seraient filmés en train d’entrer dans un bureau de vote.

Lorsqu’on lui a demandé s’il était à l’origine de l’article de Ynet, l’un des organisateurs a ri. « Je ne vais pas répondre à ça. Déduisez-en ce que vous voulez. »

Quoi qu’il en soit, la publicité a compliqué davantage la tâche de Katz.

Il a commencé à recevoir des appels frénétiques de la part des membres des bureaux de vote de 18 et 19 ans qu’il supervisait, qui lui demandaient de l’aide.

« J’ai essayé de les calmer et je leur ai rappelé que tout ce qu’ils faisaient était légal », explique-t-il.

Les règlements électoraux actuels ne contiennent aucune disposition interdisant l’accès des caméras dans les bureaux de vote, et des dispositions concernant la protection de la vie privée sont prises en référence aux citoyens derrière l’isoloir, et non aux autres membres du personnel électoral présents à la table d’enregistrement.

L’ordre venant d’en haut était que les jeunes membres du personnel électoral ne devaient en aucun cas quitter les bureaux de vote, mais Katz a déclaré qu’il avait décidé très tôt d’abandonner cette mission.

« L’opération n’était pas conforme à mon programme politique, donc ma seule préoccupation était d’assurer la sécurité de ces gosses. »

Il a dit que les organisateurs de l’opération l’avaient placé « dans une situation impossible », ajoutant que beaucoup d’adolescents n’avaient pas été informés à l’avance de la situation dans laquelle ils se trouvaient.

« Ils nous ont vaguement dit qu’il était possible que certains militants se retrouvent dans des situations inconfortables… mais nous ne savions pas que cela se produirait pour tous », dit Katz.

Les dirigeants de la communauté arabe ont demandé aux policiers d’évacuer les membres du Likud et leurs caméras des dizaines de bureaux de vote. Katz a été appelé à plusieurs reprises afin d’intervenir au nom de certains de ces adolescents. Dans trois autres cas, des membres de son équipe ont eux-mêmes demandé à être retirés des bureaux de vote. Le coordonnateur sur le terrain a dit qu’il s’était conformé aux demandes des adolescents.

Une famille vote lors d’élections dans la ville à prédominance bédouine de Rahat, le 9 avril 2019. (AP/Tsafrir Abayov)

Tendance ou preuve anecdotique ?

Entre-temps, tard dans la matinée du jour du scrutin, les partis arabes Hadash-Taal et Raam-Balad ont déposé des plaintes auprès de la commission centrale électorale pour exiger que les caméras soient retirées des bureaux de vote.

À 12h30, Melcer a rendu une décision – une décision que le fonctionnaire du Likud qui s’est entretenu avec le Times of Israel a qualifiée de « sceau d’approbation sur l’ensemble du projet ».

M. Melcer a déclaré que les caméras ne pouvaient être utilisées pendant les heures de vote « que dans les cas où l’on craint une violation substantielle de l’intégrité des élections… comme les menaces proférées contre les membres des commissions électorales, les propositions de corruption ou la crainte de violence pendant le jour du scrutin ».

Interrogé par la suite sur la question de savoir si chaque personne était censée être en mesure de déterminer par elle-même ce qui constitue une « crainte de violation substantielle de l’intégrité des élections », un porte-parole de la commission centrale électorale a refusé de répondre et a affirmé que la règle était claire.

« Chacun peut décider seul quand il y a une telle crainte. Nous pensons qu’il y en a toujours une », a dit l’un des organisateurs de l’Opération normes morales.

Melcer a également autorisé l’utilisation de caméras vidéo pendant le dépouillement du scrutin, à condition que les autres membres du bureau de vote soient informés qu’ils étaient filmés.

Le juge Hanan Melcer, président de la commission centrale électorale de la 21e Knesset, assiste à une réunion de la CCE à la Knesset, le 3 avril 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Katz a cité les décisions de Melcer dans sa défense de l’opération normes morales, malgré son malaise face à la « situation impossible » dans laquelle ses organisateurs l’avaient mis.

« Je comprends qu’elle a été présentée au public comme une sorte de tentative pour empêcher les Arabes de voter, mais d’après ce que j’ai vu tout au long de la journée, ils ont vraiment triché pas mal », a dit Katz. Il a rappelé les tentatives des électeurs de se présenter deux fois au même bureau de vote avec des pièces d’identité différentes ; un membre du personnel électoral qui leur a remis deux enveloppes chacune pour remettre leur bulletin de vote ; et les offres de corruption faites au personnel électoral du Likud en fin de journée lors du dépouillement du scrutin.

« Cela ne représente peut-être pas beaucoup de choses… mais on pouvait voir qu’ils préparaient quelque chose, essayant toujours de vous sortir de la pièce pour qu’ils aient les mains plus libres pour agir », se rappelle Katz.

Dans le village arabe de Nahaf, dans le nord du pays, Avia Katan, membre du Likud, a déclaré qu’une personne au bureau de vote lui avait offert, ainsi qu’à un autre membre de la commission électorale, du café. Tandis que Katan refusait la boisson, son collègue a fini la tasse et a remarqué qu’il y avait une paire de pilules au fond. Ce dernier membre a rapidement commencé à se sentir nauséeux et s’est précipité aux toilettes. Katan vida le café qu’on lui avait offert et trouva aussi une paire de pilules au fond de la tasse.

Le jeune homme de 24 ans a appelé la police qui est arrivée sur les lieux, a emmené le suspect hors du bureau de vote et a recueilli les preuves.

Katan a dit plus tard qu’en dépit d’une brève période pendant laquelle il a été malmené par les autres membres du personnel électoral pour avoir emporté une caméra cachée, l’expérience était intéressante et agréable.

« J’ai été payé 1 200 shekels (300 euros) et j’ai aidé la droite à assurer sa victoire », a-t-il déclaré avec fierté.

Mais pour Muhammad Diab, qui a fait partie d’une commission électorale dans le village voisin de Tamra, la seule fois où il a entendu parler de fraude électorale, c’était dans les médias.

« Ils parlent toujours du fait qu’il y a de la fraude électorale dans notre ville, mais je ne l’ai jamais vue. Qui est assez bête pour risquer d’aller en prison pour le salaire de 1 200 shekels qu’ils nous donnent, » a-t-il demandé.

Mohammed Diab, observateur électoral à l’école Ibn Sina de Tamra le 9 avril 2019. (Adam Rasgon/Times of Israel)

« Je comprends que la loi autorise les caméras, mais ce qui me dérange, c’est qu’ils ont choisi de nous cibler uniquement » dans le secteur arabe, a poursuivi Diab. « J’ai veillé à ce que l’observateur du Likud ait un repas casher à manger et il croit toujours que je suis là pour tricher. »

Lorsqu’on lui a demandé s’il comprenait le malaise des critiques face à la nature ciblée de l’opération, le responsable du Likud a répondu : « Bien sûr que je les comprends ».

« Ce que nous aimerions voir, c’est une législation exigeant l’installation de caméras dans tous les bureaux de vote, et pas seulement dans les villes arabes », a-t-il dit.

Le responsable du Likud a pointé du doigt les citoyens ultra-orthodoxes d’Israël comme étant un autre secteur devant être surveillé dans leurs bureaux de vote.

Cependant, il a expliqué qu’en attendant l’adoption d’une loi réglementant la surveillance des bureaux de vote, le Likud choisit d’utiliser ses ressources pour cibler la fraude avantageant les partis arabes plutôt que ceux qui votent pour des factions que Netanyahu estime être ses « partenaires naturels de coalition ».

Définir la victoire

Les responsables du Likud qui se sont entretenus avec le Times of Israel pour cet article ont déclaré que le parti, et surtout le Premier ministre, étaient plus que satisfaits du travail accompli par Kaizler-Inbar.

Un organisateur de l’opération a déclaré que bien que Netanyahu n’ait- pas initié le projet, il s’y est rapidement accroché et a été en contact avec les personnes impliquées tout au long du projet, à la fois en 2015 et maintenant.

Quelques instants après que le Premier ministre a eu connaissance des résultats des élections tard dans la soirée du 9 avril, il a contacté les personnes impliquées dans la campagne du Likud dans les coulisses de la salle Kvuzat Shlomo à Tel Aviv pour les remercier de leur travail. Kaizler et un autre collègue étaient parmi ceux qui avaient été invités au rassemblement de la victoire du Likud tard dans la nuit et ils ont réussi à prendre une photo avec Netanyahu et son épouse Sara.

Cette photo a été largement partagée le lendemain lorsque Kaizler-Inbar l’a attachée à un message Facebook dans lequel la société de relations publiques a fièrement revendiqué le fait d’avoir « installé » des caméras qui ont fait baisser la participation arabe sous la barre des 50 %. (L’Institut israélien de la démocratie a calculé que le taux de participation arabe en avril était de 49,2 %, contre 68,5 % au niveau national. Lors de l’élection de 2015, ces chiffres étaient respectivement de 63,8 % et 68,5 %).

(En haut à droite) Sagi Kaizler et Gadi Deee posent pour une photo avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu (en bas à gauche) et son épouse Sara après les résultats des élections, le 9 avril 2019. (Crédit : Kaizler-Inbar))

« Chut… Ne le dites à personne. C’était nous. Avez-vous vu les articles dans les médias qui ont suscité l’indignation le jour du scrutin ? Celles concernant les caméras installées dans les bureaux de vote du secteur arabe et qui ont empêché des milliers de faux votes… » ainsi commençait le message de la société de relations publiques.

« Alors oui, nous sommes ‘coupables’ d’avoir été derrière cette opération. »

« Après une longue période de préparation, le travail d’une équipe logistique incroyable et un partenariat profond et étroit avec les meilleurs éléments du Likud, nous avons réussi à mener une campagne qui a été un facteur décisif dans l’une des réussites les plus importantes du camp de la droite : Normes morales dans le secteur arabe. »

« Et grâce au fait que nos observateurs ont été placés dans tous les bureaux de vote arabes, le taux de participation électorale a chuté en dessous de 50 % – le plus bas enregistré ces dernières années », s’est vanté la société.

Le message est cité dans les diverses requêtes qui ont été soumises à la commission centrale électorale avant la réunion de jeudi contre l’autorisation d’une telle opération lors des élections du 17 septembre.

Normes internationales

Parmi ceux qui ont tenté d’intenter une action en justice contre les normes morales internationales se trouve Adalah, le groupe de défense des droits de l’homme et Centre juridique pour les droits des minorités arabes en Israël. Sawsan Zaher, avocat de l’ONG de gauche, a fait valoir que le post Facebook de Kaizler-Inbar prouvait que les organisateurs n’étaient pas intéressés par la tenue d’élections équitables, mais plutôt par une « incitation contre le public arabe ».

De plus, Zaher a affirmé que les caméras cachées violaient les règles électorales qui exigent que le processus de vote se déroule « dans le secret ».

De toute évidence, Melcer a ressenti le contraire lorsqu’il a décidé d’autoriser conditionnellement l’utilisation des appareils d’enregistrement en avril.

Bien que filmer dans les bureaux de vote soit interdit dans de nombreuses démocraties occidentales, notamment au Canada et en Australie, il existe des exceptions qui créent un certain précédent pour la décision du président de la commission centrale des élections.

Au Royaume-Uni, la loi électorale n’interdit pas explicitement l’utilisation de caméras, ce qui amène certains experts en droit à soutenir qu’il y a lieu de filmer les incidents qui surviennent dans les urnes afin que ceux-ci puissent être correctement rapportés.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu salue ses sympathisants après la clôture du scrutin des élections générales israéliennes à Tel Aviv, Israël, le mercredi 10 avril 2019. (AP Photo/Ariel Schalit)

Dans la grande majorité des États américains, dont la Floride, le Nevada et le Texas, la réglementation électorale interdit explicitement l’utilisation de caméras dans les bureaux de vote, mais une poignée d’autres États américains – comme la Louisiane – permettent aux observateurs autorisés de tourner dans les bureaux de vote tant que cela ne perturbe pas le processus électoral.

Avant l’élection présidentielle de 2016, le leader néo-nazi pro-Trump Andrew Anglin, ainsi que des activistes du site web « the Right Stuff », ont annoncé leur intention d’installer des caméras cachées dans les bureaux de vote à Philadelphie dans le but de tenir les électeurs noirs loin des urnes. La nouvelle de leur plan s’est rapidement répandue, suscitant l’indignation nationale et même une lettre du sénateur de Pennsylvanie, Bob Casey, exhortant le ministère de la Justice à prendre des mesures. Moins de 24 heures plus tard, les organisateurs sont revenus sur leur plan et ont insisté sur le fait qu’ils n’avaient pas vraiment l’intention de le réaliser.

Le Times of Israel n’a trouvé aucun exemple rapporté de programmes ciblés de surveillance du jour des élections menés par un parti particulier aux États-Unis au cours des dernières décennies.

Normes morales 2.0

Évidemment satisfait du travail de Kaizler-Inbar, le Likud a fait appel à ses services pour septembre prochain, doublant ainsi son budget à environ
2 millions de shekels (500 000 euros).

Un organisateur de l’opération a déclaré que les fonds supplémentaires iraient à l’affectation d’observateurs supplémentaires aux « endroits les plus problématiques ».

Le député du Likud David Bitan, qui a été l’un des adjoints de Melcer au sein de la commission centrale électorale tout en supervisant de près les normes morales en avril dernier, a déclaré que « l’opération avait réussi ».

Le député du Meretz, Issawi Freij, (à gauche), s’en prend au député du Likud David Bitan, (à droite), en marge de la réunion de la commission centrale électorale à la Knesset le 6 mars 2019 concernant la candidature à la Knesset du parti extrémiste Otzma Yehudit. La présidente de Meretz, la députée Tamar Zandberg, est au centre.

Quant au matériel que les observateurs du scrutin du Likud ont rassemblé en avril, M. Bitan a déclaré que tout avait été soumis à la commission centrale électorale. Un organisateur de l’opération a déclaré qu’elle comprenait plus de 400 éléments de preuve, principalement des enregistrements audio et une petite quantité de séquences vidéo.

L’organisateur a envoyé quatre de ces enregistrements audio au Times of Israel, disant qu’ils provenaient de bureaux de vote situés dans les villes d’Oum al-Fahm et d’Arraba au nord du pays. Dans chacun d’entre eux, les agents électoraux locaux peuvent être entendus en essayant de convaincre leurs homologues du Likud d’ajouter des bulletins de vote supplémentaires aux totaux des différents partis pendant le dépouillement.

En fin de compte, cependant, la police n’a ouvert des enquêtes sur des soupçons de fraude électorale que dans deux bureaux de vote – l’un dans la ville d’Afula et l’autre dans la ville druze de Kisra-Sumei. Aucun des deux bureaux de vote n’a été visé par le Likud dans son programme de surveillance.

M. Bitan a déclaré que les militants des normes morales avaient trouvé des preuves d’une fraude électorale considérable dans 58 bureaux de vote.

Interrogé sur la manière dont il pouvait expliquer l’écart entre le nombre d’enquêtes policières ouvertes et la quantité de preuves accablantes que Kaizler-Inbar prétendait avoir recueillies, un responsable du Likud a répondu : « C’est une question de priorités. Je suis plus préoccupé par l’adoption d’une loi exigeant des caméras dans tous les bureaux de vote. »

Le fonctionnaire a ajouté que, dans la foulée de ses efforts le jour des élections, le Likud avait inclus une clause dans les dernières négociations de la coalition exigeant que les partis s’engagent à adopter une loi de réforme électorale au sein du prochain gouvernement. Bien que Netanyahu n’ait pas réussi à former une coalition après le vote d’avril, le fonctionnaire a déclaré que la même clause serait incluse dans la prochaine ronde de négociations si elle était menée par le parti du Premier ministre.

Le responsable du Likud s’est dit confiant que les normes morales joueront à nouveau un rôle pour assurer une autre victoire de Netanyahu.

Afin d’éviter une répétition des scènes du mois d’avril au cours desquelles la police avait initialement décidé d’expulser des dizaines de membres du Likud des bureaux de vote soupçonnés de porter atteinte à l’ordre public, un organisateur de l’opération a déclaré que Bitan avait demandé à Melcer de préciser par écrit ce que les observateurs armés de caméras pouvaient et ne pouvaient pas faire cette fois. Il a également demandé au président de la commission de déployer des policiers dans les bureaux de vote « plus problématiques » pour protéger les représentants du Likud armés de caméras, a déclaré cet organisateur.

En revanche, plusieurs demandes ont été soumises par des partis de gauche à Melcer ces dernières semaines, lui demandant d’interdire complètement les caméras.

Une Israélienne vote lors d’élections dans la ville à prédominance bédouine de Rahat, le 9 avril 2019. (AP/Tsafrir Abayov)

C’est pourquoi il a fixé la date de l’audience à jeudi, et sa décision devrait être rendue peu après.

Quelques heures avant la session, le procureur général Avichai Mandelblit a soumis son opinion à Melcer. Semblant contredire ou du moins miner la décision prise par Melcer le jour du scrutin d’avril, M. Mandelblit a averti que l’utilisation de caméras dans les bureaux de vote pourrait, dans certains cas, constituer une ingérence dans le processus électoral – elle-même une infraction pénale.

Néanmoins, le responsable du Likud impliqué dans la planification de l’opération Normes morales a déclaré qu’avec Bitan dans la commission électorale avec Melcer, il n’était pas trop préoccupé par la possibilité que les caméras soient totalement interdites.

« Ces caméras sont en quelque sorte devenues notre arme secrète lors des élections, même si elles ne sont plus si secrètes que ça », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...