Rechercher

Comment le mouvement juif réformé US tente de développer une nouvelle éthique

Un nouveau rapport commandé par la CCAR révèle notamment comment Michael Cook a pu continuer à enseigner après que des allégations formelles ont été déposées contre lui

Le rabbin Michael Cook donne un cours au Hebrew Union College de Cincinnati en 2016. (Crédit : Janine Spang)
Le rabbin Michael Cook donne un cours au Hebrew Union College de Cincinnati en 2016. (Crédit : Janine Spang)

JTA – Alors que le rabbin Michael Cook enseignait à des étudiants rabbiniques réformés en 2000, deux rabbins qui avaient étudié sous sa direction ont déposé des plaintes auprès de leur association professionnelle commune, alléguant qu’il avait été violent.

Mais avant que l’association rabbinique, la Conférence centrale des rabbins américains (CCAR), ne prenne des mesures, Cook a démissionné. Cette décision l’a exclu du processus d’embauche du mouvement réformé, mais lui a également permis d’échapper à une enquête qui aurait pu aboutir à une expulsion publique.

N’étant plus membre du CCAR, Cook a continué à enseigner au Hebrew Union College-Jewish Institute of Religion (HUC) de Cincinnati, travaillant avec les étudiants rabbiniques dont il avait la charge. Ce n’est qu’à sa mort, en mars dernier, qu’il a été publiquement accusé de mauvaise conduite, ce qui a contribué à déclencher une réflexion sur le traitement des allégations d’abus sexuels au sein du mouvement réformé.

La révélation que le CCAR avait reçu des accusations contre Cook est contenue dans un nouveau rapport, publié mercredi, qui a émergé de cette réflexion. Il s’agit du résultat de l’une des trois enquêtes menées simultanément ces derniers mois dans différentes branches du mouvement réformé américain.

Les dirigeants du CCAR affirment que bon nombre des lacunes identifiées dans le rapport ont été corrigées au cours des dernières années, et ils citent le cas de Cook comme exemple.

L’une des failles de notre système historique est que quelqu’un comme Michael Cook pouvait démissionner et continuer à travailler à la HUC sans que son dossier ne soit entaché », a déclaré la rabbine Hara Person, directrice générale du CCAR, à la Jewish Telegraphic Agency.

« Aujourd’hui, ces plaintes seraient traitées différemment », a ajouté Person. Par exemple, une personne qui quitte l’association au milieu d’un examen éthique peut toujours être officiellement exclue et être publiquement citée comme telle, a-t-elle noté. De même, les règles permettent désormais au CCAR de préciser publiquement lorsqu’une violation de l’éthique concerne un mineur.

La chapelle S.H. et Helen R. Scheuer sur le campus de Cincinnati du Hebrew Union College-Jewish Institute of Religion. (Crédit : Ady Manory)

Aujourd’hui, l’association rabbinique est confrontée à un nouveau défi : Il y a beaucoup plus de plaintes éthiques que le système, un comité bénévole qui enquête sur les allégations, n’est équipé pour en traiter.

« L’augmentation du nombre et de la complexité des cas a été vraiment écrasante pour le comité d’éthique », a déclaré M. Person. « Ce que nous leur demandons de faire n’est pas très juste. Le système original n’aurait pas pu imaginer ce que nous voyons aujourd’hui. »

En tant qu’association rabbinique du mouvement réformé, le CCAR est chargé de faire respecter les normes éthiques parmi ses quelque 2 200 membres – pratiquement tous les rabbins ordonnés et les professeurs de séminaire du mouvement.

L’association fonctionne un peu comme le barreau pour les avocats. Les dirigeants laïcs et les fidèles comptent sur le CCAR pour enquêter sur les allégations et rendre publiques les violations de l’éthique.

Mais l’association a peu à gagner en attirant l’attention du public sur le mauvais comportement de ses membres. Et certains de ses membres pensent que le dépôt de plaintes peut se retourner contre eux lorsque vient le moment d’entrer en « placement », le processus annuel d’embauche du mouvement réformé.

« Il existe toujours un réseau de vieux garçons et, quelle que soit la qualité du processus éthique, je crois – et les femmes le comprennent – qu’il y a des conséquences sur le placement si vous déposez une plainte éthique contre un rabbin de haut rang », a déclaré une personne anonyme citée dans le rapport. « Tous ces rabbins se parlent entre eux et cela devient alors une chose difficile et déstabilisante ».

Parce qu’Alcalaw, le cabinet d’avocats engagé par le CCAR pour mener l’enquête, a été chargé d’examiner le processus d’éthique de l’association plutôt que d’enquêter sur les allégations, le rapport est pauvre en noms et en révélations de mauvaise conduite. Au lieu de cela, une grande partie du nouveau rapport est consacrée à expliquer comment le système a évolué et comment il fonctionne aujourd’hui, tout en soulignant certains des facteurs conduisant à la confusion et à la méfiance parmi ceux que le système est censé protéger.

« Le rapport montre que notre système n’est pas brisé, mais aussi qu’il a besoin d’être réparé et amélioré », ont déclaré les dirigeants du CCAR dans un communiqué.

Le rabbin Alfred Gottschalk, à droite, s’adresse au public dans le cadre d’une cérémonie d’installation du rabbin Raymond Zwerin, à gauche, comme chef spirituel du Temple Sinaï à Denver, en 1968. Trois ans plus tard, Gottschalk est devenu le président de l’école rabbinique du mouvement réformé. (Crédit : Denver Post via Getty Images via JTA)

L’accent mis sur le processus éthique, et non sur des allégations spécifiques, différencie la dernière enquête d’une enquête connexe mais indépendante qui s’est terminée en novembre lorsque le séminaire du mouvement réformé a rendu publiques des allégations portées à l’encontre de six de ses dirigeants, dont deux anciens présidents du séminaire. Ce rapport a révélé que la culture du Hebrew Union College-Jewish Institute of Religion a permis à des comportements de harcèlement et d’abus sexuels commis par des hommes de perdurer pendant des décennies.

Les responsables du CCAR affirment qu’ils ont l’intention d’agir en fonction de ce qu’ils ont appris dans le nouveau rapport, qui fournit de nouveaux détails sur plusieurs cas très médiatisés en plus de celui de Cook. Le rapport indique que les allégations de trois personnes concernant le rabbin Alfred Gottschalk, longtemps président et chancelier de la HUC, sont parvenues au CCAR à la fin des années 1990. Le comité d’éthique de l’association a commencé à se pencher sur la question mais a constaté qu’il n’avait pas assez de preuves pour justifier une enquête plus approfondie et qu’il ne pouvait pas aller de l’avant puisque aucune plainte officielle n’avait été déposée, selon les notes conservées par le groupe. Gottschalk est décédé en 2009, et les allégations de mauvaise conduite n’ont été rendues publiques que cette année.

Mme Person a déclaré que le nombre croissant d’allégations récentes suggère que, plusieurs années après le début de l’affaire #MeToo, davantage de personnes se sentent autorisées à se manifester.

« Nous vivons dans un environnement très différent de celui dans lequel le système a été créé en 1991, et même de celui d’il y a dix ou cinq ans », a déclaré Mme Person. « Les gens se sentent plus à l’aise pour dénoncer, mais je pense aussi que nous vivons dans un monde dominé par les réseaux sociaux. L’information est diffusée aujourd’hui de manière tellement diverse et les gens sont beaucoup plus conscients de ce qui se passe ailleurs, ce qui les encourage à agir. »

La rabbine Mary Zamore, directrice exécutive du Women’s Rabbinic Network, est l’une des personnes qui suivent de près les efforts du mouvement réformé pour s’attaquer aux schémas de sexisme et de mauvaise conduite dans ses rangs. Selon elle, les conclusions du rapport peuvent contribuer à améliorer le processus d’éthique.

La rabbine Mary Zamore, directrice exécutive du Réseau des Femmes Rabbiniques (Crédit : Steve Shawl via JTA)

« Les rabbins ont une responsabilité sacrée envers la communauté juive et doivent être tenus de respecter les normes éthiques les plus élevées », a déclaré Mme Zamore. « Ce rapport révèle qu’il y a beaucoup de travail à faire. Nous attendons avec impatience que le CCAR mette en œuvre les nombreuses recommandations de ce rapport. »

Le mouvement réformé attend également les résultats d’une troisième enquête, qui sera publiée par l’Union for Reform Judaism (URJ), une organisation représentant environ 850 synagogues et leurs congrégations. La portée de l’enquête de l’URJ est la plus complète des trois et inclura le harcèlement et les abus sexuels qui ont eu lieu dans les camps d’été réformés et d’autres programmes pour la jeunesse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...