Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Conclusions rapides du jury de Pittsburgh : le tireur passible de la peine de mort

En moins de 2 heures, les jurés ont conclu à l'unanimité que Robert Bowers répondait aux 4 critères de la peine capitale, ouvrant la voie à la phase finale du procès

Photo du permis de conduire de Robert Bowers, meurtrier présumé de la synagogue de Pittsburgh. (Crédit : Department of Transportation de Pennsylvanie)
Photo du permis de conduire de Robert Bowers, meurtrier présumé de la synagogue de Pittsburgh. (Crédit : Department of Transportation de Pennsylvanie)

PITTSBURGH (JTA) — Aux Etats-Unis, les jurés au procès du tireur qui a tué 11 Juifs dans une synagogue de Pittsburgh ont mis moins de deux heures, jeudi, pour le déclarer éligible à la peine de mort, ouvrant ainsi la voie à la phase finale d’un procès historique au terme duquel l’auteur des faits pourrait être condamné à mort.

Les sept femmes et cinq hommes membres du jury ont conclu à l’unanimité que Robert Bowers, qui avait attaqué la synagogue Tree of Life le 27 octobre 2018, répondait en tout point aux quatre critères d’intention ouvrant la voie à la peine capitale. Les jurés ont également conclu, comme les autorités, à la présence de quatre facteurs aggravants. Ils n’ont apparemment pas été touchés par l’argument de la défense selon lequel l’antisémitisme du tireur était le produit de son délire.

Le 16 juin, le jury a déclaré l’accusé coupable de 63 crimes, dont 22 crimes passibles de la peine capitale – deux pour chacune de ses victimes -.

La phase finale du procès débutera lundi. Le jury décidera alors s’il prononce une peine de mort ou une peine d’emprisonnement à perpétuité, sans possibilité de libération.

Au cours de cette phase, le jury entendra les déclarations de certains membres de la famille des 11 personnes assassinées. Les jurés entendront également le témoignage de personnes blessées, physiquement ou moralement.

Les procureurs ont annoncé la participation de sept témoins en l’espace de deux ou trois jours.

Durant cinq à sept jours, suivant les déclarations des avocats, la défense fera comparaitre des témoins dans l’espoir de faire valoir des facteurs atténuants, notamment les difficultés connues par le tireur au cours de sa vie.

« Cela fait près de cinq ans que ces 11 personnes nous ont été enlevées », a déclaré par voie de communiqué Maggie Feinstein, directrice du 10.27 Healing Partnership, qui s’exprime régulièrement au nom et dans l’intérêt des familles de victimes.

« Ils étaient aimés de leurs famille, amis et voisins », a déclaré Feinstein, qui était présente à l’audience.

« Puisqu’ils ne peuvent plus parler pour eux-mêmes, ce sont les membres de leur famille qui vont parler en leur nom. Au cours de la prochaine phase du procès, notre système judiciaire va devoir les écouter. Nous les soutenons de toutes nos forces et sommes à leurs côtés. »

Le 27 octobre 2018 à Pittsburgh, en Pennsylvanie, la synagogue Tree of Life, dans le quartier de Squirrel Hill. (Crédit : Jeff Swensen / Getty Images / AFP)

La rapidité du verdict – les jurés se sont réunis durant une heure après les plaidoiries finales mercredi, et moins d’une heure jeudi matin – suggère qu’ils ont rejeté les arguments de la défense selon lesquels l’antisémitisme du tireur était un signe de folie.

Les experts psychiatriques des deux parties, qui ont interrogé le tireur, disent qu’il ne manifeste aucun regret, ce que la défense a tenté d’utiliser pour conforter son argument de schizophrénie, qui aurait pour effet de disqualifier l’inculpé de la peine capitale.

En-dehors de l’audience, Jeffrey Finkelstein, PDG de la Fédération juive de Pittsburgh, a déclaré que l’argument selon lequel l’antisémitisme était le produit de la folie du tireur n’était pas valide.

« Il est clair qu’il était animé par la haine des Juifs. C’est de l’antisémitisme. Ce n’est pas une question de santé mentale. Ce sont deux choses différentes », a-t-il précisé.

Des proches des victimes – morts et blessés – et deux des policiers blessés lors de l’attaque se trouvaient dans la salle d’audience lorsque le juge Robert Colville a lu le verdict.

Le calme régnait : il y a eu finalement peu de tensions et les discussions entre familles, dans l’attente du verdict, laissent penser qu’elles s’attendaient au verdict, sans doute en raison de la rapidité avec laquelle le jury avait délibéré.

Des membres de la famille du tireur étaient également présents dans la salle d’audience et l’un des avocats de la défense a apporté à la tante de l’inculpé une boîte de mouchoirs, à laquelle elle n’a pas touché.

Sur ce croquis de salle d’audience, Robert Bowers, le suspect du massacre de la synagogue de 2018, est jugé par un tribunal fédéral à Pittsburgh, le 30 mai 2023. (Crédit : David Klug via AP)

L’accusé, comme il le fait depuis le début du procès, n’a manifesté aucune émotion. Vêtu d’un pull bleu foncé et d’une chemise à col bleu clair, penché sur un cahier, il a passé son temps à écrire. Fait nouveau, il portait des lunettes à monture noire.

Judy Clarke, célèbre avocate spécialisée dans la peine de mort et avocate principale de Bowers, s’est à un moment penchée dans sa direction pour lui parler avant l’arrivée du jury. Elle lui a donné une tape dans le dos avant de retourner s’asseoir.

Les membres du jury étaient vêtus de vêtements d’été légers, à l’image du temps humide qui régnait à Pittsburgh ce jeudi.

Après le renvoi de l’audience à lundi, avocats de la défense et de l’accusation se sont querellés sur les facteurs atténuants que la défense entendait présenter à la barre.

Conscients de la présence du public dans la salle d’audience, les avocats n’ont pas souhaité en dire plus sur la nature de ces facteurs, mais il semble que l’accusation estimait que certains d’entre eux n’étaient pas admissibles.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.