Rechercher

Conflit maritime Israël/Liban : Nasrallah met en garde Israël

Le chef du Hezbollah dit que "la résistance agira" si Israël donne le feu vert à la prospection gazière avant conclusion d'un accord dans la zone contestée

Le leader du Hezbollah Hassan Nasrallah lors d'un discours retransmis par vidéo depuis un lieu secret pendant une cérémonie marquant l'anniversaire du prophète Mahomet dans une salle de Beyrouth, au Liban, le 22 octobre 2021. (Crédit : AP Photo/Hussein Malla)
Le leader du Hezbollah Hassan Nasrallah lors d'un discours retransmis par vidéo depuis un lieu secret pendant une cérémonie marquant l'anniversaire du prophète Mahomet dans une salle de Beyrouth, au Liban, le 22 octobre 2021. (Crédit : AP Photo/Hussein Malla)

Le chef du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah Hassan Nasrallah a mis en garde Israël, vendredi, contre des prospections unilatérales de gaz naturel dans une zone maritime contestée avant toute conclusion d’un accord entre le Liban et l’État juif.

Dans un discours-fleuve prononcé depuis un lieu tenu secret au cours d’une cérémonie marquant l’anniversaire du prophète Mahomet, Nasrallah a indiqué que s’il laissait toute la latitude nécessaire au gouvernement libanais concernant des négociations et la conclusion d’un accord mettant un terme à ce conflit, son groupe ne tolérerait pas des prospections israéliennes dans cette région disputée.

Accusant l’État juif de tourner un « regard cupide » sur les ressources naturelles libanaises, le chef terroriste a indiqué qu’Israël « se trompe s’il pense pouvoir extraire des ressources dans cette zone disputée avant la fin des négociations sur le sujet ».

« La résistance est capable de passer à l’acte et elle le fera à l’encontre de toute action israélienne qui sera entreprise » dans le secteur contesté, a continué Nasrallah, qui a accusé l’État juif d’avoir autorisé une entreprise à commencer des opérations de prospection.

Au cours de son allocution, Nasrallah a également répété sa condamnation des récents accords de normalisation qui ont été signés entre Israël et quatre nations arabes, recommandant vivement au monde arabe de faire connaître son mécontentement face à ces initiatives.

Israël et le Liban n’entretiennent aucune relation diplomatique et les deux pays sont techniquement en guerre. Ils revendiquent chacun un secteur d’environ 860 kilomètres-carrés de la mer Méditerranée, prétendant que ce secteur, selon eux, se situe dans leurs zone économiques respectives.

Une corvette de la marine israélienne Saar 5 protège une plateforme d’extraction de gaz naturel au large des côtes israéliennes, dans une photographie sans date. (Crédit : Armée israélienne)

Toutefois, des négociations pour résoudre ce conflit ont commencé sous les auspices des États-Unis. La dernière série de discussions a eu lieu au mois de mai.

Certains signes ont indiqué que Washington était prêt à reprendre ses médiations.

L’envoyé américain Amos Hochstein est arrivé mardi à Beyrouth, apparemment pour tenter de relancer ces pourparlers moribonds.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...