Rechercher

Contrebande avec le Liban : la police saisit une centaine de grenades

Aucune arrestation n’a été effectuée après que les suspects ont abandonné le sac avec des armes ; les forces de l’ordre enquêtent sur une possible implication du Hezbollah

Armes saisies par les forces de l'ordre israéliennes dans le cadre d'actes de contrebande depuis le Liban, le 26 avril 2022. (Crédit : Police israélienne)
Armes saisies par les forces de l'ordre israéliennes dans le cadre d'actes de contrebande depuis le Liban, le 26 avril 2022. (Crédit : Police israélienne)

Les forces de l’ordre israéliennes ont déjoué, lundi soir, une tentative de contrebande depuis le Liban portant sur des dizaines de grenades et deux armes à feu. La police soupçonne enquête sur ce qu’elle redoute être un complot terroriste.

Selon la police israélienne, une centaine de grenades à fragmentation et deux fusils ont été retrouvés dans un sac abandonné à la frontière par deux suspects.

« Nous pensons que les armes étaient destinées à être utilisées lors d’attentats terroristes », a fait savoir la police.

Les responsables des forces de l’ordre ont indiqué mener l’enquête pour déterminer dans quelle mesure la contrebande avait été menée pour le compte du groupe terroriste libanais Hezbollah.

Ils ont indiqué que le Hezbollah cherchait à armer les Arabes israéliens afin qu’ils commettent des attentats terroristes en cas de nouvelle flambée de violence entre Juifs et Arabes.

« Le fait que des grenades à fragmentation aient été saisies, une arme inhabituelle qui n’avait jamais été saisie à ce jour, nous laisse penser qu’elles étaient destinées à servir lors d’attentats contre des endroits très fréquentés par le public », a précisé la police.

L’armée a publié une vidéo dans laquelle on peut voir deux suspects à l’approche de la frontière. Le réseau al-Manar du Hezbollah a indiqué que l’armée israélienne avait lancé des fusées éclairantes au-dessus de la rivière Wazzani, près de la ville de Ghajar, lors de la tentative de contrebande.

L’opération n’a pas donné lieu à interpellation.

Le Premier ministre, Naftali Bennett, a salué l’action des forces de l’ordre, indiquant que les armes étaient soupçonnées d’avoir été introduites pour servir à commettre des attentats. Il a assuré que les autorités « continueraient à agir jusqu’à ce que la criminalité soit éradiquée au sein de la communauté arabe ».

Le mois dernier, la police avait indiqué avoir saisi des dizaines d’armes à feu aux mains de trafiquants d’armes arabes israéliens, dans la plus importante saisie d’armes jamais réalisé en provenance du Liban.

Cette nouvelle tentative de contrebande a lieu quelques jours après l’annonce par l’agence de sécurité Shin Bet que deux Arabes israéliens avaient été interpellés pour avoir opéré pour le compte du Hezbollah, ou sous les ordres de l’Iran, pour faire entrer clandestinement des armes en Israël.

Armes saisies par les forces de l’ordre israéliennes dans le cadre d’actes de contrebande depuis le Liban, le 26 avril 2022. (Crédit : Police israélienne)

Un responsable des forces de l’ordre avait indiqué le mois dernier que l’Iran cherchait à s’en prendre à Israël, en faisant passer des armes aux « cellules dormantes » du Hezbollah chargées d’attaquer de hauts responsables israéliens, des militaires de haut rang de même que des politiciens.

Lundi, le porte-parole arabophone de Tsahal, Avichay Adraee, a déclaré que l’armée avait déjoué les méthodes du Hezbollah en matière de trafic d’armes et de drogue à la frontière nord.

Dans une série de tweets, Adraee a déclaré que Hatem Sheet, un habitant de Kafr Kila dans le sud du Liban, utilisait sa maison près de la frontière pour jeter des colis depuis son balcon par-dessus la clôture. Les colis étaient ensuite récupérés du côté israélien.

Il a ajouté que Sheet avait également mené des travaux de reconnaissance sur les activités de l’armée le long de la frontière nord pour le compte du groupe terroriste libanais.

Adraee a également évoqué le cas d’un homme du Hezbollah, Hasan Sara’eni,  responsable, selon lui, de la coordination des opérations de contrebande à la frontière avec Sheet. Il a indiqué que Sara’eni était un assistant du haut commandant du Hezbollah, Khalil Harb, considéré de longue date par l’armée israélienne comme responsable des opérations de contrebande des groupes terroristes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...