Rechercher

COP27 : Israël en force pour établir des partenariats et promouvoir ses solutions

Des dizaines d’événements seront organisés par le pavillon israélien, le premier du genre en Egypte depuis 37 ans, pour la conférence des Nations Unies sur le changement climatique

Photo illustrant les effets de la sécheresse. (Crédit : piyaset, 18 octobre 2019, iStock de Getty Images)
Photo illustrant les effets de la sécheresse. (Crédit : piyaset, 18 octobre 2019, iStock de Getty Images)

Des centaines d’Israéliens prendront une part active à la conférence des Nations Unies sur le changement climatique – la COP27 -, à Charm el-Cheikh, en Égypte le mois prochain.

Des dizaines d’événements seront organisés par la délégation israélienne, dont beaucoup autour de ce qui sera le premier pavillon israélien depuis la création de la conférence, il y a de cela 27 ans.

C’est aussi le tout premier pavillon israélien sur le sol égyptien depuis une conférence commerciale, au Caire, en 1985.

Selon une présentation faite lundi par les ministères de la Protection de l’environnement et des Affaires étrangères, le pavillon sera officiellement ouvert dans l’après-midi du 7 novembre et les événements publics commenceront dès le lendemain, autour d’un programme de 36 événements (choisis parmi 60 propositions) liés à l’innovation climatique.

Le ministère des Affaires étrangères a déjà lancé une campagne publicitaire.

La capacité d’accueil du pavillon étant limitée à 45 personnes, les événements seront également diffusés en direct.

L’accent sera mis sur les besoins des pays en développement, explique Yuval Laster, chef de l’unité des politiques et de la stratégie du ministère de la Protection de l’environnement.

Le pavillon sera situé dans la zone bleue de la conférence, dont l’accès est réservé aux détenteurs de badges officiels – ministres, représentants du gouvernement, médias et autres personnes accréditées.

Comme lors des précédentes COP, une zone verte accueillera les expositions et événements des organisations représentant la société civile.

On estime de 500 à 600 le nombre d’Israéliens, hors délégation officielle, qui y participeront.

La ministre de la Protection de l’environnement, Tamar Zandberg, s’entretient avec des ONG vertes d’Israël participant à la COP26 de Glasgow, en Écosse, le 2 novembre 2021. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

La conférence se tiendra jusqu’au 18 novembre.

L’un des messages clés de la délégation israélienne, explique Laster, est que l’innovation climatique est la plus-value d’Israël à l’échelle mondiale, que ce soit pour réduire les émissions de carbone (atténuation) ou pour aider les pays à se préparer et faire face aux conséquences du changement climatique (adaptation).

Le vif intérêt d’Israël pour la coopération à l’échelle régionale est également l’un des messages forts qui sera véhiculé.

Les événements aborderont des sujets allant de la coopération à la biodiversité, du transport intelligent aux défis auxquels sont confrontés les gouvernements, en passant par les moyens d’atteindre l’objectif de zéro émission d’ici 2050 et la garantie que la transition profite à tous les secteurs de la société.

Plusieurs réunions bilatérales se tiendront à cette occasion.

La délégation israélienne présentera une carte des risques climatiques sur laquelle le ministère de la Protection de l’environnement travaille depuis quelque temps.

La ministre de la Protection de l’environnement, Tamar Zandberg, a précisé que cette carte serait évoquée avec les voisins d’Israël.

Plan du pavillon d’Israël pour la conférence de l’ONU sur le climat COP26 à Charm el-Cheikh en novembre 2022. (Crédit : Ministère de la protection de l’environnement)

La COP27 présentera également des événements israéliens en-dehors du cadre de son pavillon.

Le principal événement commercial israélien en matière technologies climatiques aura lieu le 8 novembre de 16 h à 21 h. L’Institut israélien des exportations s’associera à l’Administration du commerce extérieur du ministère de l’Economie, au ministère des Affaires étrangères et à l’Association des fabricants israéliens pour présenter les solutions israéliennes innovantes dans les domaines de l’énergie, de la pénurie d’eau, de l’agriculture et des technologies alimentaires.

PLANETech, centre d’innovation à but non lucratif spécialisé dans les technologies liées au changement climatique, organisera un événement le 7 novembre à 20 h à l’hôtel Domina, à proximité immédiate du lieu de la conférence, doublé le lendemain, à 10h, d’une présentation au pavillon israélien.

Le Good Food Institute s’associera à Brighter Green et FAIRR (Farm Animal Investment Risk and Return) pour un événement à 16 h 45 le 11 novembre. Il présentera l’état de l’art en matière de protéines alternatives au pavillon Smart Food.

YKCenter organisera un Sommet mondial sur les solutions financières, en partenariat

Vue de la vieille ville, de la mosquée Al Mustafa et de la mer Rouge à Charm el-Cheikh en Égypte. (Crédit : Ioanna_alexa, 30 janvier 2020, iStock by Getty images)

Tomorrow.io, plate-forme de sécurité météorologique, exposera au pavillon de la CCNUCC, tandis que les autorités israéliennes organiseront un événement – dont la date est encore à fixer – au pavillon de l’Union pour la Méditerranée.

L’organisation pour la conservation du milieu marin, Zalul, co-organisera des croisières et baptêmes de plongée en apnée pour explorer les magnifiques récifs coralliens de la mer Rouge et mettre en garde contre l’impact désastreux des marées noires.

Au cœur des préoccupations se trouve un projet controversé visant à acheminer le pétrole brut du Golfe de la mer Rouge via Israël, vers le port méditerranéen d’Ashkelon, pour le transporter vers l’Europe.

Plus de 100 chefs d’État sont attendus à la COP27.

Les Israéliens étant attendus aux urnes1er novembre prochain, on ignore encore si le Premier ministre Yair Lapid y assistera.

Six ministres, 14 directeurs généraux d’administrations publiques et des dizaines de responsables gouvernementaux ont déjà fait part de leur intention de se joindre à la délégation officielle.

Ils représenteront les ministères des Affaires étrangères, de l’Éducation, des Transports, de l’Énergie, de la Coopération régionale, des Finances et de la Protection de l’environnement et des organismes publics tels que les autorités de l’électricité et de l’eau, l’Autorité de l’innovation, la Banque centrale d’Israël, l’Autorité israélienne de la nature et des parcs et le Conseil de l’enseignement supérieur.

La délégation comprendra également des universitaires, des représentants du monde des affaires et de l’industrie, de Start Up Nation Central et de dizaines de start-ups, ainsi que des représentants de groupes de jeunes et d’autorités locales.

A l’occasion d’une présentation en ligne préalable à la COP27, dimanche dernier, Alon Tal, député de la Knesset et militant écologiste bien connu, a annoncé que 12 jeunes bénévoles juifs américains pour le climat assisteraient également à la conférence dans le cadre d’une délégation montée en partenariat avec l’organisation Hazon.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...