Copenhague convoque l’ambassadeur d’Iran après une affaire de divorce religieux
Rechercher

Copenhague convoque l’ambassadeur d’Iran après une affaire de divorce religieux

Plusieurs femmes musulmanes auraient été obligées d'accepter des accords de divorce rédigés selon la charia ; l'ambassade iranienne se serait directement impliquée dans une affaire

Illustration du drapeau du Danemark (Crédit : Jacob Bøtter/CC BY 2.0/Wikimedia commons)
Illustration du drapeau du Danemark (Crédit : Jacob Bøtter/CC BY 2.0/Wikimedia commons)

Le ministère danois des Affaires étrangères a convoqué mercredi l’ambassadeur d’Iran au Danemark suite à des révélations dans la presse faisant état de l’implication de l’ambassade dans des divorces religieux.

« Nous n’accepterons en aucun cas qu’une ambassade soit impliquée dans des affaires contraires à la loi danoise – et contraires à nos valeurs démocratiques fondamentales », a indiqué le chef de la diplomatie danoise, Jeppe Kofod dans un communiqué.

D’après les médias locaux, au Danemark, plusieurs femmes musulmanes ont été obligées d’accepter des accords de divorce rédigés selon la charia par des imams et une chaîne de télévision affirmait mardi que l’ambassade iranienne avait été directement impliquée dans une affaire en 2014.

« Le genre de contrôle religieux dont nous avons entendu parler dans les médias n’a pas sa place au Danemark », a insisté M. Kofod.

« Je prends très au sérieux les informations selon lesquelles l’ambassade iranienne contacte des femmes vivant ici pour faire pression sur elles pour que leurs papiers de divorce danois soient validés religieusement », a-t-il souligné.

La cheffe du gouvernement, Mette Frederiksen, avait réagi fin septembre aux révélations des médias soulignant que la « charia (n’avait) pas sa place au Danemark ».

« Un imam ne doit pas du tout intervenir dans le divorce », avait-elle écrit sur son compte Instagram.

Le gouvernement danois a indiqué travailler à un projet de loi visant à pénaliser la rédaction de contrat de divorce religieux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...