Corona/Récession : le nombre d’emplois dans la hi-tech baisse en Israël
Rechercher

Corona/Récession : le nombre d’emplois dans la hi-tech baisse en Israël

Le nombre d'employés du secteur a augmenté de 0,6 % ; 13 000 postes sont à pourvoir ; la progression des femmes, des Arabes et des ultra-orthodoxes dans ce secteur a "ralenti"

Une entreprise du secteur high-tech qui emploie des femmes ultra-orthodoxes à Modiin Elit, le 17 août 2009 (Crédit : Abir Sultan/Flash 90)
Une entreprise du secteur high-tech qui emploie des femmes ultra-orthodoxes à Modiin Elit, le 17 août 2009 (Crédit : Abir Sultan/Flash 90)

Alors que la pandémie de coronavirus a fait des ravages dans l’économie israélienne, provoquant une hausse du chômage, le secteur de la technologie a connu une pénurie de travailleurs professionnels, comme le révèle un nouveau rapport de l’Autorité israélienne de l’innovation et de Start-Up Nation Central.

Selon le Human Capital Report publié jeudi, il y avait 13 000 postes vacants à la fin du mois de décembre 2020. Ce chiffre est inférieur de 30 % au nombre d’emplois disponibles en juin 2019, date de publication d’un précédent rapport, ce qui montre que même si l’économie technologique s’est maintenue pendant la pandémie, elle n’en est pas sortie indemne.

Israël, en revanche, semble sortir de la pandémie grâce à une campagne de vaccination très réussie. Cela permet à l’économie de se remettre sur les rails après une contraction de 2,5 % en 2020 due à la pandémie, avec une distanciation sociale imposée qui a fermé des entreprises et des activités économiques.

Malgré la récession, l’économie israélienne s’est révélée en meilleure forme que celle d’autres pays développés, car son industrie technologique a continué à se développer, mais non sans difficultés.

Certaines populations, entreprises et secteurs ont été plus touchés que d’autres par la pandémie, indique le rapport. Les plus touchées ont été les femmes, les ultra-orthodoxes et les femmes arabes, qui se sont impliquées davantage ces dernières années dans l’essor technologique du pays.

Les entrepreneurs et les investisseurs participent à Demo Day of the Hybrid Program, qui vise à promouvoir les start-ups avec un ou plusieurs fondateurs arabes, druzes ou bédouins. (Autorisation)

« La crise du coronavirus a stoppé les tendances positives de ces dernières années concernant l’intégration accrue des femmes et des membres des communautés arabes et ultra-orthodoxes dans la haute technologie », souligne le rapport.

En 2020, « on a constaté une baisse alarmante du nombre de femmes ayant fondé des entreprises technologiques en Israël », ont indiqué les auteurs du rapport dans un communiqué.

Les femmes ayant fondé une entreprise technologique ne représentaient que 11 % de l’ensemble des 7 544 fondateurs en 2020, contre 14 % en 2019, une année record. La part globale des femmes dans la haute technologie était toutefois similaire à celle de l’année précédente et s’est maintenue à 28 %.

On observe une stagnation du ratio d’employés ultra-orthodoxes sur l’ensemble des employés de la haute technologie, à 3,3 %, similaire à 2019, après cinq années d’augmentation continue. En 2014, ce chiffre était légèrement supérieur à 2 %, selon les données.

Uri Gabai va diriger un centre de recherche affilié à Start-Up Nation Central (Crédit : Miri Davidovitz)

La part des femmes arabes sur l’ensemble des employés de haute technologie du secteur arabe a diminué de 10 %, passant de 42 % à 32 %. La proportion d’employés arabes sur l’ensemble des employés de la tech a diminué à 2,3 % en 2020, contre 3 % en 2018 et 2,5 % en 2019, ont montré les données. En 2012, ce chiffre était inférieur à 2 %.

Les Arabes représentent 21 % de la population israélienne, ils sont donc nettement sous-représentés dans le secteur de la tech.

La crise du coronavirus a également touché les acteurs du secteur de manière inégale – plus d’un tiers des petites entreprises, comptant de un à dix employés, ont déclaré avoir été « gravement touchées par la crise. » Elles étaient plus susceptibles d’avoir gelé le recrutement, d’avoir été confrontées à une diminution du nombre d’employés expérimentés dans le domaine technologique et d’avoir réduit leur demande de postes technologiques par rapport à leur effectif, indique le rapport. En revanche, les multinationales et les grandes entreprises ont mieux survécu à la crise.

Malgré la pandémie, le nombre d’employés de haute technologie a augmenté en 2020 à un taux modéré de 0,6 %, contre une croissance annuelle moyenne de 6 % au cours des sept à huit années précédentes. L’impact de la pandémie s’est fait durement sentir au deuxième trimestre de l’année, lorsque de nombreux employés ont été mis en congé sans solde, mais une reprise s’est manifestée dès le trimestre suivant, selon les chiffres.

Selon le rapport, le secteur des hautes technologies employait en moyenne 334 000 personnes par an en 2020, soit 9,8 % de la main-d’œuvre totale, un niveau record.

La baisse du nombre de postes ouverts l’an dernier s’explique en partie par le fait qu’en raison de l’incertitude économique, un nombre nettement plus faible de travailleurs ont démissionné volontairement, par rapport aux années précédentes.

« Le fait que la demande en termes de ressources humaines dans le secteur de la haute technologie reste élevée même en année de crise mondiale suggère que la pénurie est chronique », a déclaré Eugene Kandel, le PDG de Start-Up Nation Central, dans une préface au rapport. L’augmentation de la demande de technologie, mise en évidence par la pandémie, rendra la pénurie de travailleurs encore plus aiguë, et la demande d’employés capables de développer des solutions augmentera, tant dans le secteur de la haute technologie que dans les autres secteurs en pleine transformation numérique, a-t-il ajouté.

Le moyen de combler cette pénurie, a-t-il dit, est d’exploiter les populations sous-représentées.

« Privé de carburant »

« Sans l’intégration à grande échelle des femmes, des Arabes et de la population ultra-orthodoxe dans la haute technologie, le principal moteur de croissance de l’économie israélienne sera privé de carburant, et l’impact négatif dépassera de loin la taille relative de l’industrie technologique dans l’économie », a déclaré Kandel. « Ils représentent le principal potentiel d’augmentation de l’offre d’employés de haute technologie. »

La numérisation accélérée alimentée par la pandémie s’est faite au détriment des activités physiques. Cela s’est également reflété dans les chiffres de l’emploi high-tech israélien : les secteurs qui ont démontré la plus forte augmentation annuelle du nombre d’employés (3,5 %-5,2 %) étaient basés sur les logiciels. En moyenne, les secteurs basés sur le matériel, tels que les télécommunications et les solutions technologiques pour le secteur industriel, réduiront leurs effectifs d’environ 3 % en 2020.

Sagi Dagan, vice-président et chef de la division de la croissance au sein de l’Autorité israélienne de l’innovation (Autorisation)

« 2020 a été l’une des meilleures années pour la haute technologie israélienne, avec des levées de capitaux record, une demande sans précédent pour les technologies israéliennes et un nombre impressionnant d’entreprises israéliennes rejoignant le club des licornes », a déclaré Uri Gabai, codirecteur général de Start-Up Nation Central. « Toutefois, les chiffres présentés dans ce rapport indiquent que nous ne sommes pas sortis indemnes de la crise. Les petites entreprises technologiques, en particulier, ont perdu des employés expérimentés dans le domaine de la technologie et ont embauché moins de nouveaux employés. »

L’impact négatif de la crise sur l’activité économique des start-ups peut difficilement se faire sentir à court terme, mais peut se traduire plus tard par une diminution du nombre d’entreprises en croissance qui auraient employé des milliers de salariés avec des niveaux de productivité et de salaire élevés, a-t-il ajouté.

Le « plafond de verre » pour le secteur est le talent, a déclaré Gabai lors d’un entretien téléphonique. « L’heure est à un gouvernement intelligent et efficace. Nous avons de vrais problèmes et sans un gouvernement fonctionnel, nous n’avons aucun moyen de traiter les défis auxquels nous sommes confrontés. »

Israël vient de sortir d’un quatrième cycle d’élections générales en deux ans sans qu’un vainqueur clair ou un gouvernement de coalition ne se dessine.

Le gouvernement israélien doit être un « acteur principal » dans la création d’un vivier de talents pour l’industrie, en définissant des politiques d’éducation et des programmes de formation pour préparer la population aux emplois du futur, dans lesquels il n’y aura plus de chauffeurs de taxi, car les voitures seront autonomes, ni de caissières, a déclaré Gabai. « Les emplois bas de gamme disparaissent sous nos yeux… si nous ne formons pas les jeunes aux métiers de demain, nous aurons une énorme poussée de chômage dans la nation des startups. »

Même si l’industrie technologique a bénéficié d’une relative stabilité pendant la crise du coronavirus, il serait erroné d’en conclure qu’elle « a besoin de moins d’investissements de la part de l’État et peut s’en remettre uniquement aux forces du marché », a déclaré Sagi Dagan, vice-président, chef de la division de la croissance, à l’Autorité israélienne de l’innovation. « Bien au contraire : les pays du monde entier se rendent compte que l’investissement dans la recherche et le développement civils est crucial pour une économie florissante, une productivité élevée et l’adoption de la technologie. Ces pays augmentent, et non diminuent, leurs investissements dans la technologie. »

Le capital humain est un obstacle important à la prospérité continue et au leadership de la haute technologie israélienne, a déclaré Dagan. Le marché du travail en Israël est diversifié, et les entreprises qui savent comment recruter et garder un ensemble diversifié d’employés « sont celles qui pourront avoir une meilleure croissance, être plus stables » et plus compétitives.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...