Coronavirus: une communauté juive du Québec en isolement après des cas positifs
Rechercher

Coronavirus: une communauté juive du Québec en isolement après des cas positifs

"Ils ont fourni une collaboration extraordinaire" en prenant eux-mêmes des mesures drastiques pour se placer 14 jours en isolement, a précisé un responsable de la Santé publique

L'entrée à Kiryas Tosh au Canada, le 30 mars 2020. (Capture d'écran/Twitter)
L'entrée à Kiryas Tosh au Canada, le 30 mars 2020. (Capture d'écran/Twitter)

Les quelque 4 000 membres d’une communauté juive hassidique recluse de la région de Montréal ont été mis en quarantaine après qu’une « quinzaine » de membres ont testé positif pour le coronavirus suite à un voyage à New York, ont annoncé lundi les autorités canadiennes.

« Ils ont commencé à avoir des symptômes la semaine dernière. Nous avons eu hier les résultats des premiers tests », a dit lors d’un point de presse Eric Goyer, responsable de la santé publique pour la région québécoise en charge de la ville de Boisbriand, où est située cette communauté.

Sur les 40 premiers tests, près de la moitié étaient positifs, un résultat jugé inquiétant par les autorités.

Plusieurs membres de la communauté Tosh, qui compte près de 4 000 personnes et des familles nombreuses, avaient participé au début du mois à une fête religieuse dans l’Etat de New York, épicentre de la pandémie aux Etats-Unis.

Des hommes juifs respectent la « distanciation sociale » alors qu’ils prient devant le siège mondial du mouvement Habad Loubavitch à Brooklyn, New York, le 20 mars 2020. (AP/Mark Lennihan)

« Ils ont fourni une collaboration extraordinaire » en prenant eux-mêmes des mesures drastiques pour se placer en isolement pour 14 jours, a précisé M. Goyer, directeur de la Santé publique des Laurentides.

Des barrages filtrants sont en place sur les rues menant dans la collectivité, située à une cinquantaine de kilomètres au nord de Montréal, et écoles et synagogues ont été fermées.

« On veut tout faire pour éviter de les stigmatiser », a ajouté M. Goyer.

Les membres de cette communauté, dont le yiddish est la langue courante, ont une pratique très rigoriste de la religion, plusieurs hommes se consacrant exclusivement à la lecture des textes sacrés.

Les Tosh n’écoutent pas la radio ni ne regardent la télévision et les familles de dix, douze enfants sont courantes. La plupart n’ont qu’une connaissance sommaire de l’anglais ou du français.

Heureusement, « ils ont plusieurs publications en yiddish sur le coronavirus », qu’ils ont eux-mêmes traduites de l’anglais, a souligné le responsable de la santé publique.

Le Québec est la province la plus touchée par le coronavirus au Canada, avec environ le tiers des 6 671 cas et des 67 morts recensés lundi matin au pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...