“Corruption profonde” aux Industries aérospatiales israéliennes : 13 arrestations
Rechercher

“Corruption profonde” aux Industries aérospatiales israéliennes : 13 arrestations

Une enquête de plusieurs mois a débouché sur des accusations de fraude et de blanchiment d’argent contre des employés des Industries et un ancien officier de l’armée israélienne

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le siège de Lahav 433, l'unité anti-corruption de la police israélienne, à Lod. Illustration. (Crédit : Flash90)
Le siège de Lahav 433, l'unité anti-corruption de la police israélienne, à Lod. Illustration. (Crédit : Flash90)

La police a arrêté mercredi matin 13 personnes, dont un ancien officier haut gradé de l’armée israélienne, suite à des mois d’enquête pour « corruption profonde » menée dans l’entreprise de haute technologie israélienne, Israel Aerospace Industries (IAI), a indiqué la police.

Les 13 personnes sont suspectées de plusieurs chefs d’accusation de corruption, notamment de fraude et de blanchiment d’argent.

Les suspects travaillent aux IAI ou dans des entreprises privées qui sont des clients ou des fournisseurs de l’IAI, et le déjà cité ancien officier de l’armée, qui, selon la police, était « très connu au sein de l’establishment militaire. »

Plusieurs autres personnes ont été « arrêtées pour [les besoins de l’] enquête, mais pas officiellement placées en détention, a annoncé la police.

Blanchiment d'argent. Illustration. (Crédit : iStock)
Blanchiment d’argent. Illustration. (Crédit : iStock)

Mercredi matin, la police a également perquisitionné les domiciles des suspects, leurs entreprises et leurs bureaux de l’IAI.

« C’est une enquête complète, avec une large portée, qui comprend plusieurs sous-scandales, et soulève des soupçons de plusieurs accusations : corruption, fraude aggravée, blanchiment d’argent, vol par des fonctionnaires, pratiques commerciales illégales, fraude, et abus de confiance », a déclaré la police dans un communiqué.

L’IAI n’a pas immédiatement répondu à une demande du Times of Israël pour commenter ces accusations.

L’ « enquête sous couverture » a été menée par l’unité anti-corruption Lahav 433 de la police israélienne, spécialisée dans la lutte contre la corruption, avec des enquêteurs du Trésor public et du Directeur de la sécurité de l’establishment militaire, une unité d’enquête interne du ministère de la Défense.

Le département des crimes financiers du bureau du procureur de l’Etat a également été impliqué dans cette enquête, a précisé la police.

« L’enquête sous couverture sur cette affaire a jusqu’à présent montré des pratiques criminelles systématiques et des soupçons de corruption profonde, qui serait commune aux Industries aérospatiales israéliennes », a déclaré la police.

Ceux qui seraient impliqués dans ces activités criminelles sont notamment des membres du conseil d’administration et des directeurs, ainsi que des employés moins haut placés, et « ceux qui sont censés être les gardiens et les conseillers », a déclaré la police.

Plusieurs des personnes arrêtées doivent être présentées dans la journée de mercredi à un juge de la cour de Rishon Lezion afin d’être placées en détention, a annoncé la police.

IAI, qui assure à lui seul près de la moitié des exportations d’armement israélien, est spécialisé dans les systèmes satellite, les missiles, les drones, les radars, la robotique et le design d’avions d’affaires.

Son chiffre d’affaires a atteint 3,7 milliards de dollars en 2016 et il emploie 16 000 salariés.

Les ventes à l’étranger représentent 78 % de l’activité du groupe.

Les trois-quarts des ventes d’IAI sont assurées par le secteur militaire contre un quart pour les produits et services civils.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...