Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Coupe budgétaire pour les Palestiniens de Jérusalem-Est: Fridlender fustige Smotrich

Le directeur du Hadassah Academic College déclare que les programmes préparatoires pour l'intégration académique des étudiants arabes sont un "atout stratégique pour Israël"

Des étudiants le jour de la rentrée universitaire, à à l'Université hébraïque, à Jérusalem, le 23 octobre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/FLASH90)
Des étudiants le jour de la rentrée universitaire, à à l'Université hébraïque, à Jérusalem, le 23 octobre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/FLASH90)

Le directeur d’un grand établissement d’enseignement supérieur de Jérusalem a lancé un avertissement contre les réductions de financement des programmes de préparation à l’université pour les Palestiniens de Jérusalem-Est, qualifiant ces programmes « d’atout stratégique » pour Israël et avertissant que leur annulation réduirait considérablement les perspectives de mobilité sociale pour les habitants de Jérusalem-Est.

Lundi dernier, le ministre des Finances Bezalel Smotrich a en effet annoncé une coupe de 200 millions de shekels d’un programme préparatoire – ou mehina en hébreu – pour les étudiants arabes de Jérusalem-Est.

« Le financement de cette mehina a commencé sous un gouvernement de droite », a déclaré au Times of Israel le professeur Bertold Fridlender, directeur du Hadassah Academic College de Jérusalem.

« La raison en est simple : les programmes ne sont rien de moins qu’un atout stratégique national, social et économique. »

La décision de réduire le financement, que Smotrich a justifiée en citant la présence présumée de « cellules islamiques radicales » dans les universités israéliennes, entraînera le gel temporaire d’un plan quinquennal beaucoup plus large de 2,5 milliards de shekels pour le développement de Jérusalem-Est. Contacté par le Times of Israel, un porte-parole de Smotrich n’a pas fourni de preuves de l’existence de ces cellules radicales.

« Les allégations d’une présence islamique radicale dans les institutions universitaires israéliennes sont absolument fausses », a déclaré Fridlender, rejetant les allégations selon lesquelles les réductions sont nécessaires pour des raisons de sécurité.

« L’un de nos principaux rôles en tant qu’institution universitaire est d’offrir une voie vers la mobilité sociale aux jeunes issus de milieux défavorisés. Cette mehina est un pont qui permet aux jeunes de Jérusalem-Est d’entrer dans l’économie et la société israéliennes et de prévenir les conséquences d’une intégration ratée et d’un faible revenu », a-t-il déclaré.

Bertold Fridlender, directeur du Hadassah Academic College à Jérusalem. (Crédit : Shachar Regev)

Le programme a été lancé par le Hadassah Academic College en 2017, en coopération avec la municipalité de Jérusalem, afin de faciliter l’accès des étudiants de Jérusalem-Est au monde universitaire israélien. Il a ensuite été adopté par l’Université hébraïque et d’autres instituts d’enseignement supérieur de la ville, en raison du financement du plan quinquennal.

Des programmes préparatoires subventionnés similaires existent au Hadassah College pour les étudiants aspirant à d’autres segments défavorisés de la population israélienne, tels que les Juifs ultra-orthodoxes.

Selon Fridlender, la mehina a permis de « corriger un échec vieux de dix ans des gouvernements israéliens successifs, qui ont permis aux écoles publiques de Jérusalem-Est de travailler sous la supervision du ministère de l’Éducation, mais d’enseigner le programme jordanien ou palestinien sans enseigner la langue hébraïque ».

La plupart des écoles de Jérusalem-Est fonctionnent selon le programme palestinien et n’enseignent pas l’hébreu. Par conséquent, de nombreux futurs étudiants de Jérusalem-Est voient leurs demandes d’inscription dans les universités israéliennes rejetées en raison de leurs faibles compétences en hébreu.

« Les jeunes de Jérusalem-Est viennent souvent chez nous sans connaître un seul mot d’hébreu. Leur exposition à la société israélienne se fait le plus souvent dans des contextes négatifs qui creusent le fossé entre Juifs et Arabes à Jérusalem », a expliqué Fridlender. « Dans le cadre du programme préparatoire, nous les aidons, avec d’autres institutions universitaires de la ville, à surmonter les barrières linguistiques et culturelles et à rapprocher les Juifs et les Arabes. »

« Les participants – une centaine par an au Hadassah College et beaucoup plus à l’Université hébraïque – découvrent les nuances de la société israélienne, se font des amis parmi leurs pairs juifs sur le campus et apprennent que les mauvaises expériences auxquelles ils ont pu être exposés plus tôt dans leur vie ne constituent pas le tableau complet de ce qu’est Israël », a déclaré Fridlender.

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich dirigeant une réunion de sa faction d’extrême-droite Hatizonout HaDatit, le 10 juillet 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

L’Université hébraïque a également publié une déclaration dénonçant les coupes budgétaires, affirmant que la suppression de la mehina pour les habitants de Jérusalem-Est « reléguera des centaines de jeunes à une vie d’ignorance, de pauvreté, de criminalité et de terrorisme » et les laissera « sans la capacité de vivre dans une société partagée », et a averti que l’abrogation du programme « augmentera l’hostilité, l’inimitié et la violence entre les deux communautés ».

La suppression de la mehina pour les étudiants de Jérusalem-Est a été annoncée un jour après que Smotrich a fait savoir qu’il supprimait 200 millions de shekels supplémentaires de financement pour les municipalités arabes, une décision qui a suscité de vives critiques, même de la part de ses propres partenaires de la coalition.

« La plupart des étudiants de ma mehina ont reçu des bourses complètes, et beaucoup d’entre eux, issus de milieux défavorisés, n’auraient pas pu y assister sinon », a déclaré Aya Murrar, 20 ans, étudiante en première année de géographie et de relations internationales à l’Université hébraïque, à propos de son expérience à la mehina Sadarah, subventionnée, située sur le campus de l’Université hébraïque.

« La grande majorité d’entre eux ont commencé l’apprentissage de l’hébreu niveau « débutant », certains ont même appris l’alphabet hébreu pour aller à la mehina. Et presque tous, à la fin de l’année (parfois avec un semestre d’été supplémentaire) ont réussi l’examen Yael », a-t-elle ajouté, faisant référence à la certification de la langue hébraïque qui permet d’entrer dans les universités israéliennes.

Aya Murrar, 20 ans, étudiante en géographie et relations internationales à l’Université hébraïque, qui a suivi le programme préparatoire « mehina » pour les étudiants de Jérusalem-Est en 2022. (Autorisation)

« Nous avions au moins deux heures d’hébreu par jour, ainsi qu’une série d’autres cours – certains facultatifs, d’autres obligatoires, parmi lesquels l’éducation civique – ou comment fonctionnent les institutions israéliennes, la Knesset, etc. »

« Le fait d’être en contact avec des enseignants juifs et de rencontrer des étudiants israéliens juifs sur le campus lors d’activités extra-scolaires, telles que des échanges linguistiques, a eu un impact certain sur les étudiants arabes. »

« Le programme a aidé tous ses participants à entrer à l’université, mais il a aussi changé notre perception de la société israélienne. Au fil des ans, il a acquis une réputation extrêmement positive auprès des jeunes de Jérusalem-Est », a poursuivi Murrar.

« Les jeunes de Jérusalem-Est ont un grand potentiel pour étudier, réussir dans ce qu’ils choisissent et s’intégrer dans la société israélienne. Il suffit de leur donner une chance. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.