COVID-19 : Cluster dans l’équipe féminine de foot après un match pour l’Euro
Rechercher

COVID-19 : Cluster dans l’équipe féminine de foot après un match pour l’Euro

Les joueuses attribuent les cas de virus à leur voyage à bord d'un vol commercial en provenance du Danemark, une option de déplacement choisie par la Ligue

Une employée de la Clalit réalise un test de dépistage à la COVID-19 dans un centre de type drive-in à Lod, le 17 septembre 2020 (Crédit : Yossi Aloni/FLASH90)
Une employée de la Clalit réalise un test de dépistage à la COVID-19 dans un centre de type drive-in à Lod, le 17 septembre 2020 (Crédit : Yossi Aloni/FLASH90)

Cinq joueuses de l’équipe nationale israélienne de football ont contracté le coronavirus ou sont soupçonnées de l’avoir attrapé suite à un match contre le Danemark entrant dans le cadre des qualificatifs à l’Euro 2021.

Au moins une joueuse de l’équipe nationale – la gardienne de but Fortuna Rubin — est porteuse confirmée du virus tandis que quatre autres doivent passer un deuxième test après des résultats « positifs limites », a fait savoir la Fédération israélienne de football.

Si la source des infections n’a pas été confirmée, les joueuses ont déploré avoir embarqué à bord d’un vol commercial bondé après le match de mercredi, les exposant au virus, alors que l’équipe masculine s’était déplacée en jet privé.

« C’est ça qui nous rend folles, parce que, quel est le message qu’on envoie ? Celui que notre santé est moins importante », a expliqué la capitaine de l’équipe, Karin Sandel, devant les caméras de la chaîne Kan. « Là où on peut couper les coûts, on coupe. Peu importe le nombre d’escales dans les aéroports ou le nombre d’heures passées à attendre un avion. »

L’équipe féminine avait quitté Israël dimanche pour disputer un match en Géorgie, sans aucune suspicion de contamination au coronavirus. Elles s’étaient alors déplacées en avion privé, a précisé Sandel.

« Ce n’était pas par bonté de cœur », continue-t-elle. « Ce coup-ci, c’était un jet privé parce qu’il n’y avait pas de vol commercial allant en Géorgie. Si nous n’avions pas eu droit à un avion privé, on n’aurait pas pu se rendre au match et là, ça aurait fait scandale. »

La ministre de la Culture et des Sports Miri Regev, au centre, participe à un match d’exhibition avec l’équipe féminine de football au Malcha Stadium de Jérusalem, le 30 juin 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Les joueuses ont indiqué avoir été blâmées par la fédération israélienne de football parce qu’elles avaient quitté leurs chambres d’hôtel, au Danemark, pour prendre un peu l’air frais, ajoutant qu’elles avaient respecté la distanciation sociale et qu’elles avaient porté le masque quand elle avaient été à l’extérieur.

La Fédération de football a fait savoir dans un communiqué qu’elle avait offert « les meilleures conditions possibles » à sa Ligue féminine « avant et, très certainement, au cours de la pandémie de coronavirus. »

« Rien n’indique qu’elles ont été contaminées pendant ce vol ou un autre, et il faut rappeler que la Ligue masculine a, elle aussi, connu une propagation du coronavirus chez ses joueurs et parmi son staff », a-t-elle ajouté. « La Fédération a pris la peine de faire en sorte que les joueuses de l’équipe soient installées dans des chambres séparées… avec pour objectif de s’assurer autant que possible de leur bon état de santé. D’autres Ligues de football utilisent, elles aussi, des vols commerciaux après avoir effectué des tests au coronavirus. Cette démagogie non-nécessaire nous attriste et nous envoyons nos souhaits de bonne santé à tous, hommes et femmes », a conclu le communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...