Covid-19 : Paris, Berlin et Londres vont aider l’Iran
Rechercher

Covid-19 : Paris, Berlin et Londres vont aider l’Iran

Donald Trump, qui revendique une politique de "pression maximale" face à Téhéran, s'est aussi dit prêt à aider les Iraniens, à condition qu'ils le demandent

Des gens portent des masques pour se protéger du coronavirus dans une rue du centre-ville de Téhéran, en Iran, le 23 février 2020. (Ebrahim Noroozi/AP)
Des gens portent des masques pour se protéger du coronavirus dans une rue du centre-ville de Téhéran, en Iran, le 23 février 2020. (Ebrahim Noroozi/AP)

La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni vont fournir un « soutien matériel et financier » à l’Iran, un des pays les plus touchés par l’épidémie de coronavirus Covid-19, ont annoncé lundi leurs ministères des Affaires étrangères dans un communiqué commun.

Les trois pays, par ailleurs cosignataires de l’accord sur le nucléaire iranien, vont envoyer en avion dès lundi de « l’équipement pour des tests de dépistage » ainsi que des « combinaisons de protection et des gants ».

Ils se sont « également engagés à fournir via l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) et les autres agences de l’ONU » une aide de près de cinq millions d’euros.

Le président américain Donald Trump, qui revendique une politique de « pression maximale » face à la République islamique, s’est aussi dit prêt samedi à aider les Iraniens à faire face à l’épidémie, à condition qu’ils le demandent.

L’Iran est visée par un régime de sanctions draconien des Etats-Unis depuis que ces derniers sont sortis en 2018 de l’accord encadrant son programme nucléaire. Ces sanctions compliquent toute activité avec l’Iran. Elles pénalisent notamment les acteurs commerçant avec l’Iran et ayant des intérêts économiques et commerciaux aux Etats-Unis.

L’Iran, dont l’économie est lourdement affectée par ces sanctions, a commencé à se désengager en 2019 de l’accord conclu à Vienne, reprochant aux trois pays européens signataires du texte de ne pas compenser les pertes induites par les sanctions américaines.

La Russie et la Chine sont également cosignataires de l’accord.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...