Rechercher

COVID/Ash : les cas graves diminuent, mais la vague Omicron n’est pas terminée

Le directeur du ministère de la Santé affirme que si le système de santé a été durement touché par la perte de vies humaines, les hôpitaux ne se sont pas effondrés

Le directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash, s'exprime lors d'une réunion à l'hôpital Sheba à Ramat Gan, le 24 octobre 2021. (Avshalom Sassoni/Flash90)
Le directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash, s'exprime lors d'une réunion à l'hôpital Sheba à Ramat Gan, le 24 octobre 2021. (Avshalom Sassoni/Flash90)

Le directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash, a averti mardi que bien que le nombre de cas de COVID-19 soit en baisse, la vague d’infections due au variant Omicron n’est toujours pas terminée.

M. Ash s’est adressé aux législateurs lors d’une réunion d’urgence de la commission de la santé de la Knesset, convoquée par les législateurs de l’opposition pour évaluer le système de santé du pays et déterminer s’il s’est effondré sous le poids de la pandémie.

« La vague n’est pas passée et le nombre de cas confirmés est encore élevé », a déclaré M. Ash, reconnaissant que « le système de santé a été mis à rude épreuve pendant cette vague ».

« Cette pression a eu un coût en vies humaines, mais les hôpitaux ne se sont pas effondrés », a déclaré M. Ash, notant qu’au plus fort de la vague, l’état de 200 patients par jour s’aggravait.

Il a averti que le nombre de porteurs actifs du virus est toujours plus élevé que lors des quatre précédentes vagues de virus qu’a connues le pays,et que le système de santé est toujours sous pression.

Lundi, 12 930 nouveaux cas de virus ont été confirmés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...