Rechercher

COVID : des responsables d’hôpitaux confrontés à une pénurie de machines ECMO

Face à la hausse du nombre de cas graves, un haut responsable du ministère de la Santé évoque également l'existence de problèmes de personnel

Photo d'illustration : Un infirmier surveille une machine ECMO (oxygénation par membrane extracorporelle) reliée à un malade à l'hôpital Harborview de Seattle, le 8 mai 2020. (Crédit : Elaine Thompson/AP)
Photo d'illustration : Un infirmier surveille une machine ECMO (oxygénation par membrane extracorporelle) reliée à un malade à l'hôpital Harborview de Seattle, le 8 mai 2020. (Crédit : Elaine Thompson/AP)

Les chefs d’hôpitaux ont prévenu dimanche qu’ils étaient confrontés à une pénurie de machines ECMO (oxygénation par membrane extracorporelle) pour traiter certains patients critiques atteints de coronavirus, et que le système de santé israélien pourrait être « sur la voie de l’échec total » si des fonds supplémentaires n’étaient pas alloués immédiatement.

Selon les médias hébraïques, les directeurs des principaux hôpitaux israéliens ont fait ces commentaires lors d’une réunion avec des hauts fonctionnaires du ministère de la Santé afin d’évaluer les pressions auxquelles ils sont confrontés en raison de la quatrième vague de coronavirus en cours.

Les appareils d’oxygénation par membrane extracorporelle (ECMO) font le travail du cœur et des poumons d’une personne afin de lui permettre de se remettre d’une maladie respiratoire grave. Contrairement aux respirateurs qui ne font qu’aider à la respiration, ils fournissent une assistance cardiaque et respiratoire en oxygénant le sang du patient à l’extérieur du corps et ne sont utilisés que pour les personnes les plus gravement atteintes.

S’adressant à la Douzième chaîne dimanche soir, le ministre de la Santé Nitzan Horowitz a déclaré qu’il y avait actuellement 37 patients sur des machines ECMO dans tout le pays, soit le nombre le plus élevé de cette vague, mais encore loin des chiffres de la cinquantaine vus plus tôt cette année.

M. Horowitz a ajouté que sur ces 37 patients, 31 n’étaient pas vaccinés et la plupart avaient moins de 60 ans. Il a ajouté que le pourcentage élevé de patients non vaccinés sous respirateur ou sous machine ECMO était un signe clair de l’efficacité du vaccin.

Les hôpitaux ont cependant de leur côté signalé un total de 51 patients actuellement sous ECMO, a noté la Douzième chaîne.

Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz s’exprime lors d’une conférence de presse, à Jérusalem, le 29 août 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Ynet a rapporté que le directeur général de l’hôpital Galilée à Nahariya, le professeur Masad Barhum, a déclaré aux responsables du ministère de la Santé lors de la réunion de dimanche que, compte tenu de la situation actuelle de pénurie, les médecins pourraient avoir besoin d’évaluer quels patients recevraient les machines.

« L’État d’Israël doit prendre une décision sur l’opportunité d’acheter davantage de machines ECMO – parce qu’il y aura certainement un besoin de triage ici », a-t-il déclaré.

En plus d’une pénurie imminente d’ECMO, les machines ne sont pas réparties uniformément dans tout le pays, les grands hôpitaux ayant tendance à en avoir plus et certains petits établissements médicaux n’en ayant aucune.

Des employés de l’hôpital Hadassah Ein Kerem, portant une combinaison de sécurité, dans l’unité de prise en charge des malades COVID-19 à Jérusalem, le 25 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les chefs de l’hôpital ont également déclaré qu’ils manquaient de lits pour les soins intensifs, a rapporté la Douzième chaîne.

« Il y a un problème de main-d’œuvre », a déclaré Nachman Ash, directeur du ministère, cité par la radio de l’armée.

Le directeur général de l’hôpital Rambam de Haïfa, le Dr Mickey Halbertl, a déclaré que l’établissement était débordé et sur le point de ne plus pouvoir accueillir de patients supplémentaires, selon Ynet.

« S’il n’y avait pas le taux de mortalité, nous serions complets… C’est de la négligence », aurait-il déclaré.

Les avertissements ont été lancés alors que les cas graves de COVID-19 ont recommencé à augmenter, après avoir semblé se stabiliser au début du mois.

Selon les statistiques du ministère de la Santé publiées dimanche soir, le nombre d’Israéliens hospitalisés dans un état grave à cause du COVID a atteint son niveau le plus élevé depuis près de trois semaines.

Des membres de l’équipe de Hadassah Ein Kerem portant des équipements de sécurité alors qu’ils travaillent dans le service de coronavirus de l’hôpital, le 25 août 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Les derniers chiffres font état de 719 Israéliens dans un état grave, contre 650 jeudi. Au total, le pays compte 79 971 cas actifs du virus, dont 1 165 sont hospitalisés, y compris 247 dans un état critique et 195 sous respirateur.

Plus de 66 % des personnes dans un état grave ne sont pas vaccinées, et moins de 8 % d’entre elles ont reçu trois doses de vaccin. Parmi les personnes de moins de 60 ans dans un état grave, 80 % ne sont pas vaccinées et moins de 4 % ont reçu une injection de rappel.

Dimanche soir, 3 055 366 personnes en Israël – 33 % de la population totale – ont reçu une troisième dose de rappel du vaccin.

Au cours du week-end, Israël a dépassé les 7 500 morts du COVID-19 depuis le début de la pandémie. Selon les derniers chiffres, 7 531 Israéliens atteints du COVID sont décédés depuis mars 2020, et plus de 1 000 sont morts au cours des six dernières semaines seulement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...