Rechercher

Covid en Israël : Les sérologies peuvent être utilisées pour prouver la guérison

Les anciens patients pourront désormais recevoir un pass vert sur présentation d'un test sanguin prouvant qu'ils ont suffisamment d'anticorps et d'une seule dose de vaccin

Un laborantin israélien tient un échantillon de sang lors de tests sérologiques au laboratoire Leumit Health Care Services à Or Yehuda, près de Tel Aviv, le 29 juin 2020. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)
Un laborantin israélien tient un échantillon de sang lors de tests sérologiques au laboratoire Leumit Health Care Services à Or Yehuda, près de Tel Aviv, le 29 juin 2020. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)

Le ministère de la Santé a annoncé lundi que les patients guéris de la COVID-19 pourront désormais bénéficier d’un pass vert avec un test sérologique prouvant qu’ils ont des anticorps contre le coronavirus et une seule dose de vaccin.

Selon la nouvelle procédure, « un résultat positif à un test sérologique anti-N, qui a été effectué en Israël selon le protocole approuvé par le ministère de la Santé, ne sera considéré comme valide qu’après l’administration d’au moins une dose de vaccin – indépendamment de l’ordre du test et du vaccin », a déclaré le ministère dans un communiqué.

Selon les règles du laissez-passer vert, l’accès à certaines entreprises et à certains événements est limité aux personnes présentant une preuve de vaccination, un résultat de test négatif ou une preuve de guérison du COVID-19.

Depuis le 3 octobre, date à laquelle un certain nombre de nouvelles restrictions ont été introduites, les patients guéris de la COVID-19 devaient également recevoir une seule dose de vaccin contre le coronavirus pour pouvoir bénéficier du laissez-passer vert.

Les nouvelles règles, qui seront mises en œuvre immédiatement, permettent aux personnes rétablies d’obtenir un laissez-passer vert sans avoir à recevoir une deuxième et une troisième dose de vaccin, pour autant qu’elles aient encore des anticorps dans leur système.

Un système similaire a déjà été mis en place pour les enfants âgés de 3 à 11 ans, qui ne sont pas éligibles pour recevoir le vaccin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...