COVID: les Israéliens interdits d’entrée au Portugal et en Suède
Rechercher

COVID: les Israéliens interdits d’entrée au Portugal et en Suède

Ces restrictions, qui concernent aussi les Israéliens vaccinés, surviennent alors même que l'État juif allège les obligations imposées aux voyageurs qui pénètrent sur son sol

Voyageurs dans le hall des départs de l'aéroport international Ben Gourion, le 5 août 2021 (Crédit : Avshalom Sassoni/FLASH90).
Voyageurs dans le hall des départs de l'aéroport international Ben Gourion, le 5 août 2021 (Crédit : Avshalom Sassoni/FLASH90).

Le Portugal et la Suède ont décidé d’interdire l’entrée des ressortissants israéliens dans un contexte de recrudescence du nombre de cas de coronavirus au sein de l’État juif – une initiative que certaines autres nations européennes devraient prendre elles aussi.

Les Israéliens qui devaient partir jeudi au Portugal n’ont pas pu s’enregistrer à l’aéroport Ben-Gurion. L’interdiction d’entrée en Suède sera mise en vigueur lundi, a annoncé un représentant de l’ambassade suédoise à Tel Aviv au Times of Israel.

Même si le taux de vaccination israélien reste l’un des plus élevés du monde, le Portugal et la Suède se sont intéressés au nombre élevé de cas de COVID-19, ne faisant pas d’exception pour les Israéliens vaccinés ou en rémission du coronavirus. Les deux pays n’acceptent que les certificats de vaccination européens.

Ces décisions ont été prises par les deux pays après que l’Union européenne a enlevé l’État juif d’une liste de nations « épidémiologiquement sûres ».

Les États-membres ne sont pas obligés de suivre les recommandations de l’UE et l’Italie, pour sa part, a adopté une approche très différente de celle du Portugal et de la Suède, décidant d’interdire l’entrée des Israéliens non-vaccinés mais accueillant ceux qui sont en mesure de fournir un certificat de vaccination.

Les Pays-Bas, de leur côté, ont annoncé jeudi que dès vendredi, seuls les Israéliens vaccinés pourraient entrer dans le pays et qu’ils devraient se mettre en quarantaine à leur arrivée. Et à partir de lundi, les voyageurs en provenance de l’État juif devront montrer un résultat de test négatif au coronavirus.

Nadav Davidovitch, spécialiste en épidémiologie et professeur à l’université Ben-Gurion, a indiqué qu’Israël était « un cas étrange » à catégoriser pour les autres gouvernements. « Nous avons les taux parmi les plus élevés en nombre d’infections et en nombre de vaccinations », note Davidovitch, qui ajoute que c’est cela qui amène les pays à varier leurs évaluations du risque posé par les Israéliens.

Une employée du Magen David Adom fait un test antigénique rapide à un enfant israélien dans un centre de dépistage de la COVID-19 à Jérusalem, le 18 août 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

De manière frustrante pour de nombreux Israéliens, les interdictions d’entrée sur le territoire du Portugal et de la Suède surviennent très précisément alors qu’ils prévoient de repartir à l’étranger suite à l’allègement des règles de quarantaine pour les voyageurs qui reviennent au sein de l’État juif si ces derniers n’arrivent pas des pays « rouges », qui se caractérisent par un taux élevé d’infection.

Vendredi, de nouvelles directives de quatorzaine ont été mises en vigueur pour les Israéliens revenant dans le pays. Ainsi, les personnes considérées comme immunisées par le ministère de la Santé n’ont plus l’obligation, de manière générale, de se placer à l’isolement pendant une semaine.

Cet allègement des règles devait être une aubaine pour les déplacements touristiques au Portugal et l’organisation Over the Rainbow, qui fait la promotion des voyages entre Israël et le Portugal, a écrit aux ministres, à Lisbonne, pour faire appel de cette décision.

Un panneau à l’entrée des urgences COVID-19 à l’hôpital Santa Maria de Lisbonne, le 2 juillet 2021. (Crédit : PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP)

Itay Mor, le président de l’organisation, a déclaré qu’il était « incompréhensible » que les citoyens des États-Unis et du Brésil, deux autres pays qui ont été rayés de la liste des pays « sûrs » de l’UE, puissent être les bienvenus au Portugal et que ce ne soit pas le cas des Israéliens.

« Il est absurde que l’un des pays les plus vaccinés commence dorénavant à être bloqué dans certaines parties de l’Europe », a confié Mor au Times of Israël, affirmant que c’était particulièrement injuste dans la mesure où le nombre de cas graves, en Israël, avait montré une tendance à la baisse.

Mor a écrit aux ministres portugais que « nous vous appelons à garantir que les mesures actuellement en vigueur au Portugal seront révisées dans les meilleurs délais de manière à ce que les innombrables Israéliens qui souhaitent venir dans notre pays puissent le faire aussi rapidement que possible ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...