COVID : Malgré les bons chiffres d’Israël, le pays inclus sur la liste noire US
Rechercher

COVID : Malgré les bons chiffres d’Israël, le pays inclus sur la liste noire US

La décision d'inclure Israël à la liste de "Niveau quatre : Ne pas voyager" semble être liée à la politique américaine consistant à assimiler Israël à la Cisjordanie et à Gaza

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Des habitants de Jérusalem au marché Mahane Yehuda, le 10 mars 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des habitants de Jérusalem au marché Mahane Yehuda, le 10 mars 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le département d’État américain a ajouté plus de 116 pays, dont Israël, à sa liste de recommandations « Niveau quatre : Ne pas voyager », invoquant un risque « sans précédent » dû à un « niveau très élevé de COVID-19 ».

La décision d’inclure Israël aux côtés du Royaume-Uni, du Canada, de la France, du Mexique et de l’Allemagne, malgré des chiffres qui ne représentent qu’une fraction de ceux des autres pays, semble être liée à la politique américaine consistant à assimiler Israël à la Cisjordanie et à Gaza.

Les chiffres relatifs au coronavirus en Israël sont, dans les faits, très différents de ceux de la Cisjordanie ou de Gaza, et le nombre de nouveaux cas quotidiens a chuté. Israël a mis les vaccins à la disposition de tous ses citoyens de plus de 16 ans et a vacciné plus de la moitié de la population, mais rejette la responsabilité de la vaccination des Palestiniens.

Le pays a administré un nombre limité de doses de vaccin aux Palestiniens, notamment en vaccinant de nombreux Palestiniens titulaires de permis de travail en Israël. Mais les campagnes de vaccination en Cisjordanie et à Gaza sont beaucoup plus lentes que celle d’Israël.

Le département d’État américain a déclaré lundi que ses conseils aux voyageurs actualisés s’aligneraient davantage sur les directives publiées au début du mois par les Centres américains de contrôle des maladies, et qu’en conséquence, environ 80 % des pays du monde entier seraient répertoriés.

Au début de la semaine, 34 pays figuraient sur la liste des pays de « niveau quatre : Ne pas voyager ». Mardi, ce nombre était passé à 150.

Ces recommandations ne sont pas contraignantes et n’empêchent pas légalement les Américains de voyager à l’étranger.

« Cela n’implique pas une réévaluation de la situation sanitaire actuelle dans un pays donné, mais reflète plutôt un ajustement du système de conseils aux voyageurs du département d’État, qui s’appuie davantage sur les évaluations épidémiologiques existantes du CDC », a déclaré le département d’État dans un communiqué.

« À la lumière de ces risques, le Département d’État recommande fortement aux citoyens américains de reconsidérer tout voyage à l’étranger », a-t-il ajouté.

Au début du mois, le CDC a affirmé qu’il existait un « niveau très élevé » d’infection par le coronavirus en Israël, si l’on considère ce pays comme une seule entité unifiée avec la Cisjordanie et Gaza, et a exhorté les Américains à éviter de se rendre dans ces trois régions.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...