Rechercher

Dans ce café de Tel Aviv, on vous sert des espressos – et on vous parle de Jésus

Le café branché HaOgen, situé sur la place Dizengoff, est de prime abord sans prétention, - amenant certains à se demander pourquoi il cache sa mission évangélique

Le café HaOgen, dans le centre de Tel Aviv, est un avant-poste d'une organisation juive messianique. (Abby Seitz/ JTA)
Le café HaOgen, dans le centre de Tel Aviv, est un avant-poste d'une organisation juive messianique. (Abby Seitz/ JTA)

TEL AVIV (JTA) – De l’extérieur, le HaOgen Cafe ressemble beaucoup aux nombreux autres cafés qui jalonnent les rues de Tel Aviv.

Situé juste au nord de la place centrale Dizengoff, il est doté de larges baies vitrées et d’un tableau coloré sur le trottoir qui annonce les sandwichs du jour et autres concerts acoustiques à venir. À l’intérieur, une foule de jeunes âgés d’une vingtaine à une trentaine d’années sont assis à des tables et pianotent sur leurs ordinateurs portables. L’endroit est décoré de guirlandes lumineuses et de plantes au sol, avec des citations optimistes et des dessins griffonnés au marqueur sur les fenêtres opaques à l’arrière.

Mais HaOgen offre également quelque chose que ses concurrents du quartier n’offrent pas : l’évangile de Jésus-Christ.

Selon le site web de Dugit, une organisation juive messianique basée à Tel Aviv dont le nom signifie « petit bateau », HaOgen est un « café de proximité » qui est « doté d’évangélistes prêts à partager la bonne nouvelle avec chaque client qui entre ».

« Grâce à cet endroit branché, le ministère a eu accès à un tout nouveau groupe de personnes dans leur ville qui ont grand besoin d’un Sauveur », peut-on lire dans un billet de blog de 2019 sur le site Web de la Fellowship of Israel Related Ministries, une organisation messianique qui décrit HaOgen comme un membre de la fraternité.

Les liens profonds du café avec Dugit et le judaïsme messianique, un mouvement qui croit en la divinité de Jésus tout en prétendant pratiquer le judaïsme, ne sont pas immédiatement détectables par les clients. Une étagère à l’arrière du café est remplie de copies hébraïques du Nouveau Testament et de piles de brochures sur « le Messie », et le logo du café est une ancre, un symbole historique du christianisme.

Pourtant, aucun signe à l’intérieur ou à l’extérieur n’indique un quelconque lien entre HaOgen et une organisation ou un mouvement religieux. Le site web du café ne mentionne pas non plus son affiliation avec Dugit ou une quelconque mission religieuse.

« Je ne savais pas qu’il appartenait à des missionnaires », a déclaré Jessica Arnovitz, une immigrée juive américaine en Israël qui vit près du café. « J’y suis déjà allée, et c’est un endroit agréable ».

Le judaïsme messianique, dont certains adeptes étaient connus dans le passé sous le nom de « Juifs pour Jésus », semble se développer en Israël. Les juifs messianiques se réfèrent à Jésus comme « Yeshua » et utilisent les livres saints chrétiens, tels que le Nouveau Testament, qui ont été traduits en hébreu. Les groupes juifs messianiques ont souvent des liens avec des organisations explicitement chrétiennes, et aucun des principaux mouvements juifs ne les considère comme juifs. Comme pour de nombreuses dénominations chrétiennes, le travail missionnaire fait partie de la pratique messianique.

HaOgen propose des Nouveaux Testaments en hébreu ainsi que des brochures sur le judaïsme messianique. (Abby Seitz/ JTA)

Le directeur exécutif de Dugit a déclaré à la Jewish Telegraphic Agency que le café ne pratique pas le prosélytisme auprès des Juifs. En fait, a-t-il dit, Dugit ne gère pas directement HaOgen – bien qu’il ait dit qu’il possède l’espace et paie le salaire du gérant du café, un homme nommé Argo qui est également le pasteur principal d’une congrégation messianique éthiopienne. Argo a refusé une demande d’interview de la Jewish Telegraphic Agency.

« Nous n’essayons pas de missionner qui que ce soit, de soudoyer qui que ce soit ou de faire quoi que ce soit aux gens », a déclaré Avi Mizrachi, qui est né en Israël et est lui-même pasteur dans une congrégation messianique à Tel Aviv. « Nous sommes des Juifs qui aimons notre pays, servent dans l’armée et paient des impôts. Et nous célébrons les fêtes juives, et nous croyons au Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Et oui, nous croyons que Yeshua est le messie ».

Il ajoute : « Maintenant, si [les clients] nous demandent ce que nous croyons, nous le leur disons, mais nous n’allons pas missionner les gens ou convertir les gens. »

Seuls le prosélytisme auprès des mineurs sans le consentement de leurs parents et l’offre de conversions religieuses en échange d’un cadeau matériel sont interdits par la loi israélienne. Mais il existe une idée fausse, largement répandue, selon laquelle les activités missionnaires dans le pays sont illégales, et le gouvernement a parfois semblé ouvert à la promotion de cette réputation. Dans son rapport 2010 sur la liberté religieuse dans le monde, le département d’État américain a écrit qu’Israël a « pris un certain nombre de mesures qui ont encouragé l’idée que le prosélytisme est contraire à la politique du gouvernement », notamment en détenant des missionnaires et en invoquant « le prosélytisme comme raison pour refuser la prolongation des visas d’étudiant, de travail et de religion ».

L’idée que le travail missionnaire est illégal – et l’idée associée que les croyants en Jésus sont confrontés à la persécution en raison de leur foi – conduit de nombreux messianiques en Israël à masquer leurs activités, selon Sarah Posner, journaliste et auteure qui écrit beaucoup sur le christianisme évangélique.

« [Les messianiques] ont vraiment joué sur l’idée que le prosélytisme auprès des Juifs est illégal en Israël », a déclaré Posner. « Ce n’est pas aussi grave qu’ils le prétendent, mais ils en font la preuve qu’ils ne sont pas traités équitablement. Ailleurs dans le monde, et notamment aux États-Unis, ces contraintes n’existent pas du tout, et ils n’ont donc aucune raison d’avoir un café qui semble sans lien avec la religion et qui n’est qu’un endroit où l’on peut aller prendre un café ».

[Les messianiques] ont vraiment joué sur l’idée que le prosélytisme auprès des juifs est illégal en Israël. Ce n’est pas aussi grave qu’ils le prétendent, mais ils en font la preuve qu’ils ne sont pas traités équitablement ».

La plupart des Israéliens qui s’identifient comme messianiques ont une ascendance juive directe, « alors qu’aux États-Unis, il est plus probable de rencontrer des gens qui s’identifient comme juifs messianiques mais qui sont en fait des chrétiens évangéliques », a déclaré Posner, ajoutant que de nombreuses églises chrétiennes évangéliques américaines collectent des fonds pour les congrégations messianiques et les efforts missionnaires en Israël.

Le nombre de Juifs messianiques en Israël s’est multiplié au cours des dernières décennies, selon les représentants de la communauté. Aujourd’hui, les messianiques en Israël sont entre 10 000 et 20 000, selon Yonatan Allon, rédacteur en chef de Kehila, un site d’information et une plate-forme médiatique pour les messianiques en Israël. Les représentants de la communauté attribuent cette croissance en partie aux efforts de mission et en partie à l’immigration. Il existe des congrégations messianiques qui s’adressent spécifiquement aux Israéliens russophones et éthiopiens.

« En 1999, le nombre total de croyants était d’environ 5 000 », a déclaré Alec Goldberg, directeur pour l’Israël du Caspari Center, une organisation évangélique en Israël, dans une question-réponse de 2019 sur le site Web du centre. « Aujourd’hui, 5 000 est simplement le nombre de croyants dans les congrégations russophones en Israël. Et bien sûr, comme le savent les observateurs de la scène messianique en Israël, le nombre de ministères locaux s’est également multiplié, avec de nouvelles initiatives constamment en cours. »

En 1999, le nombre total de croyants était d’environ 5 000. Aujourd’hui, 5 000 est simplement le nombre de croyants dans les congrégations russophones en Israël.

Ces initiatives comprennent plus de 70 congrégations messianiques dans tout Israël, selon Kehila, dont une, Adonai Roi, dirigée par Dugit et par Mizrachi, qui se trouve à sept minutes à pied de HaOgen.

Outre le café et la congrégation messianique, le site Internet de Dugit indique qu’il gère une salle de prière à Tel Aviv, une association caritative pour les pauvres et une conférence annuelle pour les femmes. Le site Web indique également que Dugit était impliqué dans une chaîne de télévision évangélique que l’autorité de diffusion israélienne a fermée l’année dernière.

« Le message de ces groupes messianiques est très évangélique », a déclaré Posner. « Pour beaucoup de Juifs israéliens, c’est un message peu familier, à moins qu’ils n’aient beaucoup de liens politiques avec les chrétiens évangéliques qui, comme nous le savons, sont très intéressés à soutenir Israël et à soutenir les implantations. »

Il est peu probable que cela décrive le client type d’un café de Tel Aviv, c’est pourquoi certains en Israël s’efforcent d’alerter les visiteurs potentiels de HaOgen sur ce que leur patronage soutient.

Récemment, deux ans après son ouverture, HaOgen a attiré l’attention de Beyneynu, une organisation israélienne qui surveille les activités missionnaires dans le pays. Fondé l’année dernière par Shannon Nuszen, une immigrée américaine en Israël et ancienne missionnaire évangélique convertie au judaïsme orthodoxe, ce groupe de surveillance a fait les gros titres au début de l’année après avoir démasqué une famille activement impliquée dans une communauté orthodoxe haredi de Jérusalem depuis plusieurs années, mais qui était en fait des missionnaires chrétiens.

Nuszen a décliné une demande d’interview, mais l’association à but non lucratif a écrit sur Facebook le mois dernier qu’elle avait reçu des informations concernant la mission messianique du HaOgen Cafe. Le message indiquait que Beyneynu n’avait « aucune objection à ce que des personnes de différentes confessions exploitent des commerces à Tel Aviv », mais qu’elle souhaitait alerter les clients potentiels sur les liens du café.

« Les gens doivent savoir, cependant, que ce restaurant n’est pas un simple café bohème de plus. Il fait plutôt partie d’un effort bien financé et organisé par des donateurs évangéliques pour convertir de jeunes Juifs vulnérables au christianisme », indique le post Facebook. « Nous demandons simplement de la transparence et du respect ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...