David Copperfield forcé par une action en justice de révéler un tour
Rechercher

David Copperfield forcé par une action en justice de révéler un tour

Un membre du public affirme qu'il a subi des blessures au cerveau et au corps alors qu'il participait au spectacle

David Copperfield à New York, le 7 novembre 2016. (Dimitrios Kambouris / Getty Images)
David Copperfield à New York, le 7 novembre 2016. (Dimitrios Kambouris / Getty Images)

Le magicien David Copperfield a été forcé de révéler le secret de l’un de ses tours les plus célèbres au tribunal.

L’illusionniste de New Jersey, âgé de 61 ans, est poursuivi pour négligence par un Britannique qui prétend avoir été blessé alors qu’il participait à l’un de ses spectacles au MGM Grand Hotel en 2013 à Las Vegas, a rapporté le New York Post jeudi.

Son producteur exécutif, Chris Kenner, a pris position mardi à Las Vegas et a révélé que le tour en question – surnommé « Lucky #13 » – n’aura plus lieu.

Révélant le tour du début à la fin, il a décrit comment Copperfield choisit au hasard 13 spectateurs, les ferme dans une pièce puis utilise des assistants et un ensemble de passages secrets pour les ramener à leurs sièges.

L’homme qui a été blessé, Gavin Cox, prétend qu’il est tombé alors qu’il était guidé à travers les passages et qu’il avait subi des blessures au cerveau et au corps. Il allègue que les couloirs étaient remplis de poussière de construction et d’autres débris, ce qui rendait la navigation difficile.

Cox, un ancien chef de la famille royale britannique, affirme que ses frais médicaux ont coûté en tout plus de 400 000 dollars – et que ses blessures resteront probablement le reste de sa vie.

« Les accusés étaient tenus de fournir un environnement sûr aux participants », a déclaré son avocat, Benedict Morelli, dans des déclarations liminaires la semaine dernière. Copperfield a déclaré à la barre des témoins que l’environnement fourni par son personnel était sûr et propre.

Copperfield devrait prendre la barre la semaine prochaine alors que son procès au civil se poursuit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...