Décès de l’ancien diplomate et conseiller américain Richard Schifter à 97 ans
Rechercher

Décès de l’ancien diplomate et conseiller américain Richard Schifter à 97 ans

Salué comme un défenseur d'Israël, le conseiller d'origine autrichienne de trois présidents américains a été le seul membre de sa famille à échapper à la Shoah

Le président américain Ronald Reagan accueille Richard Schifter, le représentant américain à la Commission des droits de l'homme de l'ONU, à la Maison Blanche, le 2 février 1984. (AP Photo/White House Photo/Mary Anne Fackelman)
Le président américain Ronald Reagan accueille Richard Schifter, le représentant américain à la Commission des droits de l'homme de l'ONU, à la Maison Blanche, le 2 février 1984. (AP Photo/White House Photo/Mary Anne Fackelman)

L’ancien diplomate américain Richard Schifter est mort à l’âge de 97 ans, ont rapporté des organisations juives américaines et le directeur général du ministère israélien des Affaires étrangères.

Richard Schifter avait fui son Autriche natale pour les États-Unis à l’âge de 15 ans, juste après l’annexion du pays par les nazis. Le reste de sa famille n’est pas parvenu à obtenir de visa et s’est fait assassiner par les nazis.

Il a servi pendant la Seconde Guerre mondiale en tant qu’officier de renseignement américain, appartenant à l’unité germanophone des « Ritchie Boys » de l’armée américaine.

Il a ensuite fréquenté la faculté de droit de Yale, avant de devenir avocat et de représenter les tribus amérindiennes dans des litiges avec le gouvernement américain.

Il a obtenu son premier poste diplomatique en 1981. Il a passé plus de 20 ans dans le service diplomatique américain en tant que secrétaire d’État adjoint aux affaires humanitaires sous les gouvernements Reagan et Bush, envoyé américain à la Commission des droits de l’homme des Nations unies et au Comité des conventions et recommandations de l’UNESCO. Il a également été représentant adjoint des États-Unis au Conseil de sécurité des Nations unies.

En 1993, l’ancien président américain Bill Clinton l’avait nommé conseiller spécial auprès du président et du Conseil national de sécurité. Depuis qu’il avait quitté ce poste en 2001, M. Schifter dirigeait l’American Jewish International Relations Institute, pour lequel il a souvent parlé publiquement de l’ONU et d’Israël.

Il a été salué dimanche comme un défenseur d’Israël.

« L’ambassadeur Richard Schifter était un symbole de persévérance et de force qui a beaucoup accompli au cours de sa vie et a travaillé sans relâche à l’amélioration de la position d’Israël aux Nations unies », a tweeté dimanche le directeur général du ministère israélien des Affaires étrangères, Alon Ushpiz. « Mes condoléances à sa famille et à ses amis. Que sa mémoire soit une bénédiction. »

Le B’nai B’rith pleure « un leader inspiré, un diplomate accompli, un fonctionnaire, un défenseur acharné des droits humains, un défenseur résolu d’Israël, un fervent partisan des relations transatlantiques et de la place de l’Amérique dans le monde ».

« Malgré ses immenses réalisations, la personnalité de l’ambassadeur Schifter était empreinte d’humilité et de civilité », a déclaré l’organisation.

L’American Jewish Committee a salué sa « vie incroyable ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...