Décès de Lord Jonathan Sacks, l’ancien Grand Rabbin de Grande-Bretagne
Rechercher

Décès de Lord Jonathan Sacks, l’ancien Grand Rabbin de Grande-Bretagne

Le rabbin orthodoxe avait officié de 1991 à 2013 et était l'auteur de dizaines de livres sur la religion et la politique

Le rabbin Lord Jonathan Sacks remet le Prix humanitaire à Meira Aboulafia d'IsraAid lors du Gala du TOI au Waldorf Astoria Grand Ballroom à New York, en janvier 2015. Photo illustrative (Blake Ezra/Autorisation)
Le rabbin Lord Jonathan Sacks remet le Prix humanitaire à Meira Aboulafia d'IsraAid lors du Gala du TOI au Waldorf Astoria Grand Ballroom à New York, en janvier 2015. Photo illustrative (Blake Ezra/Autorisation)

L’ancien grand rabbin britannique Lord Jonathan Sacks est décédé ce samedi matin, lit-on sur son compte Twitter officiel.

Sacks, 72 ans, avait révélé le mois dernier qu’il était atteint d’un cancer.

Sacks avait le titre de rabbin des Congrégations hébraïques unies du Commonwealth.

Le bureau de Sacks n’avait pas précisé de quel type de cancer il souffrait, déclarant en octobre qu ’« il restait positif et optimiste et passera désormais un certain temps à se concentrer sur le traitement qu’il reçoit de la part de son excellente équipe médicale », indiquait le communiqué.

Sacks avait déjà été traité deux fois pour un cancer, dans sa trentaine et à nouveau dans sa cinquantaine, un fait qui n’était pas largement connu jusqu’à ce qu’il soit divulgué dans un livre de 2012.

Sacks a enseigné à la Yeshiva University et à l’Université de New York ainsi qu’au King’s College de Londres et dans plusieurs autres grandes écoles. Il était chercheur principal au Centre canadien des droits de la personne Raoul Wallenberg.

L’ancien grand rabbin du Royaume Uni, Lord Jonathan Sacks (Crédit : autorisation Core18)

Il a passé des décennies à revitaliser la communauté juive de Grande-Bretagne au cours de son mandat en tant que grand rabbin entre 1991 et 2013.

Sacks, récipiendaire en 2015 du prix Templeton, a toujours été un ardent défenseur de la tolérance religieuse et sociale tout au long de sa carrière.

Sacks, qui a été fait chevalier par la reine Elizabeth II en 2005 et qui a reçu une pairie à vie à la Chambre des Lords britannique en 2009, était aussi un ardent défenseur de la compatibilité de la science et de la religion, que certains considèrent comme étant mutuellement exclusifs, rejoignant Isaac Newton.

« La science dissèque les choses pour voir comment elles fonctionnent. La religion met les choses ensemble pour voir ce qu’ils signifient », avait-il décrit dans son livre « The Great Partnership : Science, Religion, and the Search of Meaning » [« Le grand partenariat : la science, la religion et la recherche d’un sens »].

Sacks avait à de multiples reprises qualifié l’ancien dirigeant du Labour, Jeremy Corbyn, de dangereux antisémite, l’accusant d’apporter « son soutien aux racistes, aux terroristes et aux dealers de haine qui veulent assassiner des Juifs et supprimer Israël de la carte ». « Maintenant, avec une mémoire vivante de la Shoah, et alors que les Juifs sont tués ailleurs en Europe parce qu’ils sont Juifs, nous avons un antisémite à la tête du parti travailliste et à la tête de l’opposition de Sa majesté. C’est pourquoi les Juifs se sentent tellement menacés par M. Corbyn et par ceux qui le soutiennent. »

« Pendant plus de trois siècles et demi, les Juifs britanniques ont contribué à chaque aspect de la vie du pays », avait souligné Sacks.

« J’ai été profondément attristé d’apprendre la perte du rabbin Lord Jonathan Sacks ז »ל, un homme de pensée et un homme de mots, un enseignant original et créatif, un homme de vérité, dont la générosité et la compassion ont construit des ponts entre les gens. Le rabbin Sacks a bravement affronté des questions difficiles et a toujours trouvé les bons mots pour éclairer la Torah et expliquer ses chemins. Nous nous souviendrons toujours de ses avertissements contre la violence au nom de Dieu, et de sa conviction que nous avons le pouvoir de guérir un monde fracturé. Mes condoléances vont à sa famille, à la communauté juive britannique et à ses nombreux étudiants. Puisse sa mémoire être une bénédiction, » a écrit le président israélien Reuven Rivlin.

A LIRE / Israël, politique et changement de paradigme: Le rabbin Jonathan Sacks se confie

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...