Décès de Yitzhak Arad, ancien partisan soviétique et président de Yad Vashem
Rechercher

Décès de Yitzhak Arad, ancien partisan soviétique et président de Yad Vashem

Yitzhak Arad a dirigé le mémorial de la Shoah de Jérusalem pendant plus de deux décennies ; il a été vice-président jusqu'à sa mort

Yitzhak Arad, ancien président du mémorial de la Shoah de Yad Vashem. (Autorisation Yad Vashem)
Yitzhak Arad, ancien président du mémorial de la Shoah de Yad Vashem. (Autorisation Yad Vashem)

Yitzhak Arad, survivant de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah et ancien président du mémorial de Yad Vashem pendant plus de deux décennies, est décédé, a annoncé jeudi l’institution israélienne. Il était âgé de 94 ans.

L’homme a été président de Yad Vashem de 1972 à 1993 et ​​est resté impliqué dans sa direction jusqu’à sa mort, en tant que vice-président du conseil.

Il est né Yitzhak Rudnicki en 1926 dans une localité polonaise aujourd’hui lituanienne.

Ses parents ont été tués par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Lui a réussi à s’échapper et a rejoint les partisans soviétiques en 1943, alors qu’il avait 16 ans. Il a combattu les nazis en Biélorussie et en Lituanie.

Le jeune homme a émigré en Israël en 1945 et a servi dans l’armée israélienne. Devenu historien chercheur renommé sur la Seconde Guerre mondiale et la Shoah, il a donné des conférences à l’Université de Tel Aviv et en tant que professeur invité à la Yeshiva University de New York.

Il a reçu en 2004 le prix commémoratif annuel Buchman de Yad Vashem pour son livre L’histoire de l’Holocauste : l’Union soviétique et les territoires annexés. Son livre L’Holocauste en Union soviétique, publié en 2009, a remporté le Prix national du livre juif.

Arad « appartient à une génération en voie de disparition, une génération de survivants, de partisans, de combattants de Tsahal, de combattants commémoratifs », a déclaré Ronen Plot, président par intérim de Yad Vashem.

« Chaque adieu à un survivant de la Shoah nous rappelle que, désormais, le travail de mémoire repose encore davantage sur nos épaules », a-t-il ajouté.

Arad laisse derrière lui plusieurs enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...