Déclaration frauduleuse à l’assurance de la part d’un député du Likud – média
Rechercher

Déclaration frauduleuse à l’assurance de la part d’un député du Likud – média

Après avoir perdu son siège à la Knesset en 2006, Ayoub Kara a tenté d'être indemnisé à hauteur de plusieurs millions de shekels, déclarant une incapacité de travail

Ayoub Kara, député du Likud, avant une réunion avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Jérusalem, le 30 décembre 2015. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)
Ayoub Kara, député du Likud, avant une réunion avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Jérusalem, le 30 décembre 2015. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)

Il y a 12 ans, un ministre du gouvernement aurait fait une déclaration frauduleuse à l’assurance, qu’il a ensuite retirée quand il a été pris en flagrant délit.

Le ministre des Communications Ayoub Kara a déclaré à sa compagnie d’assurance privée en 2006, indiquant qu’en raison d’un problème psychologique, il n’était plus en mesure de travailler, selon la Deuxième chaîne.

Cela s’est produit quelques semaines après avoir perdu son siège à la Knesset, comme nombre de ses collègues députés, après l’effondrement de son parti, le Likud, qui a été réduit à 12 sièges après l’élection générale de cette année.

Kara a réclamé des millions de shekels, prétendant qu’il ne pouvait plus travailler en raison de son état mental.

Il avait déclaré que « son état psychologique était terrible, il se battait avec sa femme, avait perdu sa confiance en lui, et n’était plus opérationnel ni en mesure de travailler », selon l’article.

« J’ai du mal à tenir le coup a quotidien, je suis frustré et je reste cloîtré chez moi, je ne peux plus assumer », avait-il écrit dans sa déclaration pour percevoir des indemnités.

La compagnie d’assurance a été sceptique quant à cette déclaration et avait fait appel avec des détectives privés pour enquêter sur ce sujet. Les détectives, de l’agence Wizman Yaar, ont envoyé un agent qui s’est présenté comme une représentante d’une société qui gérait des intervenants publics, et avait proposé à Kara de travailler comme orateur en Israël et à l’étranger, lui promettant une rémunération conséquente.

Elle avait enregistré la conversation, dans laquelle Kara, intéressé par la mission, lui a affirmé être en bonne santé mentale et physique. Il a également signé des documents pour le prouver.

Une semaine plus tard, la compagnie d’assurance l’a appelé et a confronté devant lui sa déclaration à l’assurance et ce qu’il avait déclaré au détective. Kara a compris le message et a retiré sa demande, selon le reportage.

En réponse à la Deuxième chaîne, Kara a déclaré qu’il « rejetait cette diffamation ignoble. C’est une campagne de persécution obsessive par des parties biaisées ». Il a souligné qu’il est reconnu comme invalide de guerre par l’armée et qu’il continue à subir des traitements ».

Kara a ajouté que « comme il l’a dit à la compagnie d’assurance, un incident traumatique aggrave son état ».

La Deuxième chaîne a précisé qu’il ne semblait avoir aucun lien entre la pension d’invalidité que perçoit Kara de l’armée et la déclaration faite à sa compagnie d’assurance.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...