Démantèlement d’un réseau majeur de trafic de cannabis : 42 arrestations
Rechercher

Démantèlement d’un réseau majeur de trafic de cannabis : 42 arrestations

Les autorités ont démasqué les responsables du réseau anonyme en ligne Telegrass ; cette opération survient alors que Netanyahu a indiqué réfléchir à légaliser la marijuana

Photo illustrative de stupéfiants (Orel Cohen /Flash90)
Photo illustrative de stupéfiants (Orel Cohen /Flash90)

La police israélienne a annoncé mardi matin une opération de répression majeure d’un réseau massif de trafic de cannabis, après avoir arrêté la totalité de ses membres présumés – soit 42 personnes – en Israël, aux Etats-Unis, en Ukraine et en Allemagne.

L’opération aura mis un terme aux activités de Telegrass, l’un des plus importants réseaux de vente de marijuana, qui fonctionnait via l’application de messagerie instantanée Telegram.

Cette annonce a été faite au lendemain d’une déclaration de Netanyahu qui a fait savoir qu’il examinerait la possibilité de légaliser le cannabis, une réaction apparente à l’ascension dans les sondages de l’un de ses rivaux de droite qui a fait de cette question un pilier de sa campagne.

Le réseau était formé de milliers de vendeurs et de dizaines de milliers d’usagers – notamment des mineurs – qui pouvaient commander des stupéfiants en conservant l’anonymat. Il était largement spécialisé dans le cannabis, mais proposait aussi de plus fortes substances comme la cocaïne et l’ecstasy, accessibles en quelques touches sur un smartphone, a fait savoir la police. Les employés étaient payés en liquide, en Bitcoins ou en drogues.

Le site de messagerie instantanée Telegram sur l’écran d’un ordinateur à Moscou, en Russie, le 20 mars 2018 (Crédit : AP Photo/Alexander Zemlianichenko, File)

Selon la police, parmi les personnes arrêtées figuraient le responsable de Telegrass, ses trois adjoints et d’autres membres de haut-rang. Les individus appréhendés en Israël devraient être présentés à une audience de mise en détention mardi, à la cour des magistrats de Rishon Lezion ou à celle de Nazareth.

Le n°1 du réseau, qui habite aux Etats-Unis, a été arrêté en Ukraine. Israël demandera son extradition.

Tous les employés de Telegrass menaient leurs opérations anonymement et la plateforme promettait le même anonymat aux clients, utilisant la politique de confidentialité stricte de Telegram et le cryptage des messages. La police a indiqué avoir été capable d’identifier tous les responsables du réseau suite à une enquête sous couverture qui a duré plusieurs mois.

La police a pu de surcroît réunir des preuves, a noté la Treizième chaîne.

Au mois de février 2018, la liste entière des 3 500 revendeurs environ de Telegrass avait fuité sur internet, accompagnée de leurs noms, de détails personnels et de vidéos incriminantes.

Dans un communiqué, la police a expliqué estimer que des dizaines de tonnes de drogues valant des centaines de millions de shekels ont été vendues via Telegrass, qu’elle a qualifié de « syndicat du crime à tous égards ».

Elle a ajouté que les 42 personnes appréhendées ont été interrogées après lecture de leurs droits, soupçonnées d’avoir géré et financé une organisation criminelle, fait le commerce de stupéfiants dangereux, assuré leur approvisionnement et organisé la revente de drogues. Elles sont également suspectées de blanchiment d’argent, d’obstruction à la justice, de conspiration en vue de commettre un crime, de délits fiscaux et autres.

Le communiqué a qualifié le dossier « d’affaire internationale », ajoutant que les autorités ukrainiennes, américaines et allemandes avaient été également impliquées.

La police a mené des opérations dans des dizaines d’habitations et de bureaux. Elle a procédé à des saisies d’argent et de stupéfiants, s’emparant également des « moyens technologiques utilisés par l’organisation ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Moshe Feiglin à la Knesset le 2 juillet 2013 (Crédit : Flash90)

Lundi soir, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il examinerait la possibilité de légaliser le cannabis et ajouté : « Je me penche sur le sujet et j’aurai rapidement une réponse ».

L’Etat juif a entrepris ces dernières années des démarches en faveur du développement du cannabis médical et le pays devrait en devenir un exportateur majeur dans le futur. L’usage récréatif du stupéfiant reste illégal, même si des responsables politiques ont récemment indiqué qu’ils réfléchiraient à un assouplissement de la législation.

Les propos de Netanyahu surviennent après une ascension récente dans les sondages du parti pro-cannabis et libertaire Zehut, qui compte à sa tête l’ancien député du Likud Moshe Feiglin, une personnalité volontiers provocatrice.

Cet idéologue de droite s’est opposé à Netanyahu pendant des années au sein-même du Likud avant de quitter la formation en 2015.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...