Deri a oublié de signaler un conflit d’intérêts au contrôleur de l’état
Rechercher

Deri a oublié de signaler un conflit d’intérêts au contrôleur de l’état

Le ministre de l'Intérieur aurait reçu un prêt de 200 000 shekels de la part d'un homme d'affaires, qu'il a remboursé après le début des enquêtes

Aryeh Deri, ministre de l'Intérieur, pendant une cérémonie de commémoration du rabbin Ovadia Yossef, à Jérusalem, le 22 octobre 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Aryeh Deri, ministre de l'Intérieur, pendant une cérémonie de commémoration du rabbin Ovadia Yossef, à Jérusalem, le 22 octobre 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Selon le quotidien israélien Haaretz, le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a reçu 200 000 shekels sur son compte bancaire privé, de la part d’un homme d’affaires israélien.

Deri aurait manqué de déclarer l’argent envoyé par Ilan Sharabi, qu’il a touché peu après avoir annoncé son retour en politique, mais avant de reprendre la direction du parti Shas.

Au début de l’année 2016, Deri a été nommé ministre de l’Intérieur.

Le 23 février, Sharabi, proche de Deri depuis de nombreuses années, l’a rencontré, et lui a demandé son aide pour un problème juridique impliquant la municipalité de Ramat HaSharon, qui affectait également sa société, selon l’article. Deri aurait également demandé à son ministère de se pencher sur cette affaire.

Sarabi a indiqué avoir donné cet argent à Deri sous forme de prêt, et avoir récupéré la totalité de la somme. Deri aurait dit aux enquêteurs qu’il avait oublié cette rentrée d’argent.

Le journal précise qu’il y a plusieurs mois, Deri a rencontré le rabbin Chaim Kanievsky, l’un des chefs de file de la communauté ultra-orthodoxe, pour lui dire qu’il souhaitait rendre l’argent, et lui demander conseil. Le rabbin Kanievsky lui a dit de rendre l’argent, mais la police lui aurait fait comprendre que cette démarche porterait atteinte à l’enquête.

Haaretz a indiqué que malgré les avertissements de la police, Deri a rendu l’argent cinq ans après l’avoir perçu. Sharabi a accordé d’autres prêts à Deri par le passé, et ils ont tous été remboursés.

Tous les ministres sont dans l’obligation d’informer le contrôleur d’État de potentiels conflits d’intérêts, notamment les prêts et cadeaux qu’ils reçoivent. L’article de Haaretz indique que Deri ne l’a pas fait.

L’enquête a été menée par la police israélienne, le département des enquêtes sur l’impôt sur le revenu de l’Autorité fiscale, et la branche du ministère de la Justice chargée du blanchiment d’argent et du financement du terrorisme, sous la supervision du procureur général.

En plus de ce manquement, Deri, qui a été interrogé à cinq reprises, est soupçonné d’avoir détourné des centaines de milliers de shekels des fonds publics vers des ONGS dirigées par des membres de sa famille, ainsi que d’avoir commis une fraude fiscale durant la vente de ses appartements à son frère.

Deri a nié toute malversation dans cette affaire et a nié l’implication de sa femme. Il a assuré qu’ils « répondraient à toutes les questions », et coopéreraient pleinement avec l’enquête.

Deri a purgé une peine de 22 mois de prison, entre 2000 et 2002, après avoir été inculpé de faits de corruption dans les années 1990.

Il a repris la direction de son parti peu avant les élections de 2015, remplaçant Eli Yishai. Il a également repris son poste au ministère de l’Intérieur, après que le parquet a statué que sa condamnation ne l’empêchait nullement de reprendre ses fonctions.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...