« Dernières lettres de la Shoah », une exposition en ligne par Yad Vashem
Rechercher
"Nous serons alors de nouveau réunis et heureux"

« Dernières lettres de la Shoah », une exposition en ligne par Yad Vashem

Cette exposition propose une sélection des messages reçus par les proches des victimes de la Shoah, qui ont couché sur papier leurs espoirs de retrouvailles et désir de survie

Hall des noms, Yad Vashem (Crédit : autorisation)
Hall des noms, Yad Vashem (Crédit : autorisation)

Yad Vashem va marquer la Journée internationale de commémoration de la Shoah en mettant en ligne une exposition intitulée « Nous serons alors de nouveau réunis et heureux » « Dernières lettres de la Shoah : 1941-1942 ».

Cette exposition propose une sélection des derniers messages reçus par les proches des victimes de la Shoah, dans l’enfer de l’Europe de la Seconde guerre mondiale. Aux premiers jours de la montée du nazisme en Allemagne, les Juifs ont commencé à subir les persécutions. Ce qui a commencé par la déchéance des droits, la confiscation des biens, la maltraitance, l’humiliation et la faim, est devenu en juin 1941, une extermination calculée, systématique et totale du peuple juif, qui a conduit à l’extermination de 6 millions de vies juives à la fin de la guerre.

Les lettres exposées proviennent de France, d’Allemagne, d’Autriche, de Biélorussie, de Latvia, des Pays-Bas, de Pologne, d’Ukraine et de Yougoslavie. Elles sont rédigées en plusieurs langues, notamment en français, en allemand, en yiddish, en polonais, en russe et en hébreu.

Certaines de ces lettres ont été envoyées hors Europe, et ont donc survécu à la guerre. Des mères, des pères, et même des enfants ont couché sur papier leurs espoirs de retrouvailles avec leurs proches, leur désir de survie. L’exposition propose également des histoires sur les victimes, des photos et d’autres documents officiels.

Chaque lettre et chaque carte postale, un échantillon des milliers de lettres qui composent les archives de Yad Vashem, révèlent le dernier fragment physique, personnel et unique des victimes : leur écriture manuscrite. Les proches ont fait don de ces précieux souvenirs à Yad Vashem pour la postérité, avec des photos de leurs proches.

L’exposition est proposée également en espagnol et en allemand.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...