Des accords « historiques » pour les Juifs des Emirats
Rechercher

Des accords « historiques » pour les Juifs des Emirats

Les représentants juifs de Dubaï ont célébré le "grand élan vers la paix dans le monde" ; un responsable juif du Bahreïn a été accueilli par le conseiller principal du roi Hamad

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

De gauche à droite : Les leaders de la communauté juive, le rabbin Bruce Lustig, le rabbin Yehuda Sarna, Eric Fingerhut et Ross Kriel, lors de la cérémonie de paix de la Maison Blanche, le 15 septembre 2020 (Autorisation)
De gauche à droite : Les leaders de la communauté juive, le rabbin Bruce Lustig, le rabbin Yehuda Sarna, Eric Fingerhut et Ross Kriel, lors de la cérémonie de paix de la Maison Blanche, le 15 septembre 2020 (Autorisation)

Le chef de la communauté juive des Émirats arabes unis a salué la signature du traité entre Jérusalem et Abou Dhabi comme un événement qui allait transformer la vie dans la région.

Ross Kriel, président du Conseil juif des Émirats, était l’un des nombreux représentants de la communauté à s’être rendus à Washington pour assister à la signature historique d’accords établissant des liens entre Israël et les Émirats arabes unis, ainsi qu’avec le Bahreïn.

« Nous prions pour ce jour depuis des années, et aujourd’hui, ces prières ont été exaucées. Ce moment redéfinira à jamais la vie au Moyen-Orient », a déclaré Kriel. « C’est un événement qui fera date et qui annonce un temps de paix. »

La signature mardi des traités de paix, ainsi que d’un accord séparé connu sous le nom d’accords d’Abraham, « peut avoir un effet transformateur sur la compréhension et la coopération entre les musulmans et les Juifs au Moyen-Orient », a ajouté Kriel.

Le fait que le Bahreïn ait suivi l’exemple des EAU et ait annoncé la semaine dernière qu’il normaliserait également ses liens avec Israël « nous donne encore plus d’espoir pour l’avenir d’un Moyen-Orient pacifique, accueillant et inspiré – un Moyen-Orient dans lequel ce type d’harmonie interconfessionnelle n’est pas l’exception, mais la norme », a déclaré Kriel.

Les EAU ont « démontré en paroles et en actes un profond engagement à protéger les espaces sacrés, à encourager la pratique religieuse de tous les peuples et à favoriser la diversité religieuse ». Depuis nos débuts aux EAU, il y a plus d’une décennie, nous sommes les bénéficiaires de cet engagement », a ajouté Kriel.

Un membre de la synagogue de Dubaï tient un rouleau de Torah offert par l’homme d’affaires new-yorkais Eli Epstein, avec une dédicace inscrite à son ami, l’homme d’affaires de Dubaï Mohamed Alabbar, en novembre 2018. (Photo : Israel Calera)

Kriel a représenté sa congrégation de Dubaï lors de la cérémonie de signature, qui s’est tenue sur la pelouse de la Maison Blanche, avec son grand-rabbin, Yehuda Sarna, basé à New York.

Les estimations du nombre de Juifs vivant actuellement dans les EAU vont de quelques centaines à 1 500. La communauté, principalement composée d’hommes d’affaires originaires d’Israël ou des États-Unis qui vivent aujourd’hui dans le centre économique de Dubaï, a prospéré pendant des années dans l’ombre.

« Ce qui distingue Abraham – dans la Torah, la Bible et le Coran – n’est pas qu’il ait été le premier à conclure une alliance avec Dieu, mais qu’il ait été le premier à établir des accords de paix avec d’autres », a déclaré Sarna. « Portant son nom, les accords d’Abraham honorent cet héritage de paix en ouvrant un nouveau chapitre de coexistence. »

Des représentants d’une autre communauté juive de Dubaï – qui s’est séparée de la congrégation de Kriel il y a plusieurs mois – ont également assisté à la cérémonie.

« Un grand moment historique et un grand élan vers la paix dans le monde », a déclaré Solly Wolf, le président du Centre de la communauté juive de Dubaï. Il représentait les congrégations avec son chef spirituel, le rabbin Levi Duchman, qui est actuellement le seul rabbin résidant en permanence aux EAU.

Le rabbin Levi Duchman, à gauche, et Solly Wolf, à droite, en compagnie d’un éminent représentant Loubavitch lors de la cérémonie de paix de la Maison Blanche, le 15 septembre 2020. (Autorisation)

Lundi, Wolf et Duchman se sont rendus sur la tombe du Rabbi Menachem Mendel Schneerson, pour « prier et lui demander une bénédiction pour notre grande et courageuse communauté à Dubaï et pour le peuple juif en Israël et dans le monde entier ».

En revanche, le chef de la petite communauté juive de Bahreïn, Ebrahim Dahood Nonoo, ne s’est pas rendu à Washington pour la cérémonie. Il a cependant été accueilli pour une réunion par le conseiller diplomatique du roi Hamad de Bahreïn, Khalid bin Ahmed Al Khalifa.

Khalid bin Ahmed Al Khalifa à Manama, Bahreïn, le 26 juin 2019. (Autorisation)

Al Khalifa, l’ancien ministre des Affaires étrangères de la monarchie du Golfe, a loué les « remarquables positions patriotiques » de Nonoo et son soutien aux politiques du roi Hamad, selon un rapport de l’Agence de presse du Bahreïn.

Al Khalifa a en outre exprimé “sa fierté devant les contributions de la communauté juive dans divers domaines, qui définissent la société bahreïnie comme un modèle civilisé de coexistence et d’ouverture”, selon l’agence.

Nonoo a affirmé apprécier « la volonté d’Al Khalifa de communiquer avec toutes les communautés de la société, d’une manière qui contribue à renforcer le développement et la prospérité du Royaume ».

Après que Manama ait annoncé vendredi dernier qu’elle établissait des relations diplomatiques complètes avec Israël, Nonoo a évoqué « un moment historique que nous n’avons jamais espéré voir de notre vivant ».

Le Bahreïn abrite la seule communauté juive indigène du Golfe. Il ne reste aujourd’hui qu’une cinquantaine d’individus juifs dans le pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...