Des années pour achever « le plus long et le plus important » tunnel du Hezbollah
Rechercher

Des années pour achever « le plus long et le plus important » tunnel du Hezbollah

L'armée israélienne a déclaré que le tunnel, découvert en janvier, était équipé d'une infrastructure avancée de systèmes électriques, de ventilation et de communications

Tsahal dévoile ce qu'il affirme être le plus long tunnel d'attaque transfrontalier creusé par le Hezbollah depuis le Liban vers Israël, le 29 mai 2019. (Tsahal)
Tsahal dévoile ce qu'il affirme être le plus long tunnel d'attaque transfrontalier creusé par le Hezbollah depuis le Liban vers Israël, le 29 mai 2019. (Tsahal)

Mercredi, l’armée israélienne a dévoilé un tunnel d’attaque transfrontalier du Hezbollah qui a été découvert dans le territoire israélien depuis le Liban lors de l’Opération Bouclier du nord, en affirmant qu’il s’agissait du passage souterrain « le plus long et le plus important » retrouvé lors de l’opération.

L’armée a publié des détails supplémentaires sur ce tunnel – l’un des six que Tsahal a dit avoir découvert pendant l’opération – avant sa destruction prévue.

L’armée a dit que le tunnel était creusé à une profondeur de 80 mètres, qu’il faisait un kilomètre de long et qu’il entrait de 77 mètres dans le territoire israélien. Il commençait à proximité du village libanais de Ramiya, a déclaré Tsahal, avec une sortie proche des villages israéliens de Shtula et Zarit.

Il s’agissait d’une petite réévaluation des estimations initiales du tunnel par l’armée. Quand il a été découvert en janvier, Tsahal a dit qu’il était creusé à une profondeur de 55 mètres, et qu’il faisait 800 mètres de long.

Tsahal a déclaré que le tunnel était équipé avec une infrastructure sophistiquée pourvue de systèmes électriques, de ventilation et de communications, et qu’il avait fallu des années pour achever le tunnel.

Tsahal dévoile ce qu’il affirme être le plus long tunnel d’attaque transfrontalier creusé par le Hezbollah depuis le Liban vers Israël, le 29 mai 2019. (Tsahal)

Le passage sera condamné dans les prochains jours, le rendant inutilisable par le Hezbollah. Il est sous constante surveillance et a été piégé avec des explosifs après sa découverte le 13 janvier. Une petite partie du tunnel dans le territoire israélien restera ouverte pour autoriser les gens à visiter le site et à voir l’intérieur, a déclaré un officiel de l’armée.

« Nous neutralisons le principal tunnel du groupe terroriste du Hezbollah. C’est un tunnel d’attaque », a déclaré le colonel Roi Levi, commandant de la brigade régionale Baram, où le passage a été retrouvé.

Tsahal pense que ce tunnel – et les cinq autres qui ont été découverts cet hiver – ont été construits avec l’objectif spécifique de permettre à des milliers de terroristes du Hezbollah de perpétrer une attaque d’infiltration et de cibler des civils dans le nord d’Israël dans une manoeuvre surprise lors d’un prochain conflit.

Il y a environ huit ans, le Hezbollah a créé une unité de forces spéciales – connue sous le nom d’unité Radwan – avec la mission spécifique de traverser vers Israël et de causer autant de chaos et de dégâts que possible à la fois pour la destruction en elle-même que pour le « symbole » d’avoir des combattants qui perpétuent des attaques à l’intérieur d’Israël.

« Tsahal a des équipements [de surveillance] visibles et cachés. Nous connaissons l’ennemi, nous le pistons et nous l’étudions », a déclaré Levi.

Tsahal dévoile ce qu’il affirme être le plus long tunnel d’attaque transfrontalier creusé par le Hezbollah depuis le Liban vers Israël, le 29 mai 2019. (Tsahal)

Israël a lancé l’Opération Bouclier du nord le 4 décembre pour trouver et détruire des tunnels d’attaque transfrontaliers du Hezbollah, et le 13 janvier, l’armée a annoncé avoir trouvé tous les passages et qu’elle cherchait à les détruire.

« En outre, Tsahal surveille et connaît un certain nombre de sites où le Hezbollah creuse des tunnels souterrains qui ne sont pas encore entrés dans le territoire israélien », avait déclaré l’armée à l’époque.

Tsahal a souligné que le tunnel dévoilé mercredi a été découvert dans le cadre d’une opération mobilisant des technologies de pointe de l’armée israélienne plutôt que par les plaintes des résidents qui entendaient des bruits de creusage souterrain dans la zone.

Dès 2014, des résidents des villes du nord ont sonné l’alarme concernant la possibilité que le Hezbollah creuserait des tunnels sous la frontière pour perpétrer des attaques, après que plusieurs passages souterrains creusés par le groupe terroriste du Hamas ont été découverts sous la frontière de Gaza dans le sud.

Selon Tsahal, le Hezbollah avait prévu d’utiliser les tunnels pour enlever ou tuer des civils ou des soldats, et pour capturer une partie du territoire israélien en cas de conflit.

Tsahal dévoile ce qu’il affirme être le plus long tunnel d’attaque transfrontalier creusé par le Hezbollah depuis le Liban vers Israël, le 29 mai 2019. (Tsahal)

Lundi, des médias libanais ont annoncé qu’un avion israélien avait frappé et détruit un appareil d’espionnage dans le territoire libanais. Plus tôt dans la journée, l’armée israélienne s’est opposée à environ 15 Libanais le long de la frontière, lançant du gaz lacrymogène et des grenades assourdissantes, après que deux hommes ont escaladé la barrière de sécurité et tenté de l’endommager, a déclaré l’armée.

Israël a combattu deux guerres au Liban, l’une en 1982 contre des groupes terroristes palestiniens, et une autre en 2006 contre le Hezbollah, mais aussi quelques opérations plus réduites.

Même si elle est perçue comme à risque, la frontière n’a pas vu d’affrontements majeurs depuis la fin de la guerre en 2006.

Deux combattants du Hezbollah près de roquettes Katyusha dans le village d’Ein Qana, dans le sud du Liban, au mois d’avril 2016 (Crédit : AP Photo/Mohammed Zaatari, file)

Le mois dernier, l’ancien chef de l’armée de Terre de Tsahal a déclaré que le Hezbollah prévoyait encore de perpétrer une invasion surprise du nord d’Israël malgré la récente opération anti-tunnel.

Le général Yoel Strick, qui a été chargé de diriger l’armée de Terre en février en pleines critiques que l’armée israélienne n’était pas préparée à la guerre, a dit au site d’information Ynet que Tsahal « ne permettra pas bien sûr que cela se produise ».

Strick a aussi soutenu l’idée de déclarer la guerre au Liban. « Dans la prochaine guerre, cela serait une erreur pour nous de faire la différence entre l’Etat du Liban et le Hezbollah, puisque le Hezbollah est un acteur politique et fait partie du gouvernement », a-t-il déclaré.

Dans un tel conflit, « si cela dépendait de moi, je recommanderais de déclarer la guerre au Liban et au Hezbollah, a-t-il dit. Je n’ai aucun doute de l’issue du conflit… ce sera une victoire décisive ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...