Des audioguides sur l’histoire de la Shoah créés par des lycéens français
Rechercher

Des audioguides sur l’histoire de la Shoah créés par des lycéens français

Le but du projet est de "narrer la destinée des habitants d'un lieu" et de "poser la question de l'émotion pour ’s’éprouver semblables-dissemblables’, égaux"

Le site du projet "Par les vivants".
Le site du projet "Par les vivants".

Depuis le début d’année, quatre classes des académies de Lille, Créteil, Versailles et Caen œuvrent à la création d’audioguides retraçant l’histoire de la Shoah dans leur région, a rapporté le journal Ouest-France.

Intitulé « Par les vivants », le projet bénéficie du soutien du ministère de l’Éducation nationale. Il vise ainsi à s’intéresser au destin de Juifs qui vivaient à proximité des lycéens.

Parmi eux, la famille « Milhaud, par exemple, a vécu à Domfront. Ils avaient deux fils. Jean a été arrêté le jour où il allait passer son bac. Il est mort à Auschwitz. Georges, son frère, qui a été caché dans notre lycée, a survécu », explique à Ouest-France Marie-Édith André, professeur au lycée Saint-François dans l’Orne, qui a interviewé le rescapé.

« Les élèves sont bien souvent exclusivement confrontés au Juif fantasmagorique, c’est-à-dire le Juif vu/défini par le discours antisémite, et aux lieux d’exécution, rapporte le site Internet du projet. Une entrée par les vivants permet de présenter les trajectoires des individus et leurs interactions. »

Le but est ainsi de « narrer la destinée des habitants d’une rue, d’un quartier, d’une ville » et de « poser la question de l’émotion pour ’s’éprouver semblables-dissemblables’, égaux ».

La démarche est ainsi « semblable au ‘Convoi 77’ et à ‘Ça s’est passé ici, les Parisiens racontent la Shoah’ à savoir : la participation active des élèves, l’utilisation des archives et la création d’un parcours sonore géolocalisé », est-il ajouté.

Les quatre pilotes réalisés par les différentes écoles doivent être présentés le mois prochain, à l’occasion du 75e anniversaire de la libération des camps nazis. Les lycéens participant au projet doivent également visiter le camp d’extermination d’Auschwitz en janvier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...