Des centaines d’écoles Haredim ouvrent leurs portes, transgressant les règles
Rechercher

Des centaines d’écoles Haredim ouvrent leurs portes, transgressant les règles

Un rabbin avait ordonné la reprise de l'enseignement ; des ministres veulent stopper le financement public des établissements concernés, les ultra-orthodoxes fustigent Netanyahu

Des garçons jouent dans une école de Beitar Illit qui a ouvert ses portes en violation des règles du coronavirus, le 18 octobre 2020. (Capture d'écran : Twitter)
Des garçons jouent dans une école de Beitar Illit qui a ouvert ses portes en violation des règles du coronavirus, le 18 octobre 2020. (Capture d'écran : Twitter)

Des centaines d’écoles élémentaires ultra-orthodoxes, représentant des dizaines de milliers d’élèves, ont ouvert leurs portes dimanche matin en violation des restrictions imposées par le gouvernement dans le cadre de la crise du coronavirus.

Ces institutions d’enseignement – dont la majorité sont situées dans des zones « rouges », marquées par des taux élevés d’infection à la maladie – ont accueilli dimanche les élèves des classes des écoles élémentaires et des collèges dans un acte de rébellion d’ampleur contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Certains résidents de Bnei Brak ont fait part de leur fureur à l’égard du Premier ministre, affirmant qu’ils rejoindraient les mouvements de protestation importants qui demandent actuellement sa démission.

Plusieurs politiciens, et notamment deux ministres, ont appelé à ce que les établissements ayant contrevenu aux règles perdent leur financement public.

Israël a commencé, dimanche, à alléger un confinement d’un mois qui est parvenu à réduire fortement les taux d’infection au coronavirus – fermant une grande partie de l’économie et paralysant un grand nombre d’aspects du quotidien des citoyens du pays.

Les responsables ont exprimé la crainte que les pressions exercées en vue de la réouverture rapide des écoles et des entreprises n’entraîne la répétition du chaos qui avait marqué la sortie du premier confinement, au mois de mai – un chaos largement considéré comme étant à l’origine de la recrudescence des nouveaux cas de COVID-19 au mois d’août et au mois de septembre.

Tandis que les jardins d’enfants et les crèches ont rouvert leurs portes dans toutes les villes et dans toutes les communautés, dimanche, les écoles avaient reçu l’ordre de rester fermées pour le moment.

Le rabbin Chaim Kanievsky, éminent chef spirituel de la communauté ultra-orthodoxe lituanienne non-hassidique en Israël, avait pour sa part prôné le retour des garçons dans les classes du système Talmud Torah haredi dès dimanche, malgré l’interdiction faite aux élèves de CP et plus de rejoindre les établissements scolaires. Kanievsky, lui-même atteint par le coronavirus, avait appelé au respect de la distanciation sociale et à un nombre limité d’élèves dans les classes, a noté le site d’information Ynet.

Un grand nombre des écoles ultra-orthodoxes qui ont rouvert dimanche se trouvaient dans des zones très touchées par l’épidémie, et notamment à Bnei Brak, au sud de la rue Jabotinsky, Beitar Ilit, Modiin Ilit, Elad, Rechasim, une ville du nord du pays, et les quartiers de Ramat Shlomo, Ramat Eshkol, Maalot Dafna et de Kiryat Mattersdorf à Jérusalem.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait, samedi soir, imploré les ultra-orthodoxes de ne pas rouvrir les écoles.

« La Torah sanctifie la vie et [l’ouverture des écoles] met la vie en péril », avait-il affirmé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...