Un éminent rabbin demande l’ouverture des écoles haredim ; Netanyahu s’oppose
Rechercher

Un éminent rabbin demande l’ouverture des écoles haredim ; Netanyahu s’oppose

Le Premier ministre explique qu'il faut respecter les règles et encourage les ultra-orthodoxes à le faire après l'appel de Kanievsky en faveur de la reprise des cours

Le rabbin Chaïm Kanievsky dans la ville de Safed, au nord d'Israël, le 26 février 2020. (David Cohen/Flash90)
Le rabbin Chaïm Kanievsky dans la ville de Safed, au nord d'Israël, le 26 février 2020. (David Cohen/Flash90)

L’éminent rabbin ultra-orthodoxe Chaim Kanievsky a ordonné aux écoles haredim pour garçons de rouvrir leurs portes, dimanche, même si une telle initiative reste interdite par les mesures de confinement visant à entraver la propagation de la COVID-19.

En réponse, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a appelé la communauté ultra-orthodoxe à ne pas ouvrir ses institutions d’enseignement et à respecter les directives qui ont été mises en place, même si certaines restrictions devraient être levées, dimanche, avec le retour dans les garderies et dans les écoles maternelles des enfants âgés de zéro à six ans.

S’exprimant lors d’une conférence de presse télévisée dans la soirée de samedi, Netanyahu a déclaré : « je demande à la communauté haredi de ne pas faire cela. Je demande aux responsables de ne pas faire cela. De ne pas violer les directives. La Torah sanctifie la vie et [ouvrir les écoles] met la vie en péril. »

Netanyahu a ajouté que les autorités israéliennes feraient appliquer les directives en utilisant toutes leurs prérogatives. « Nous emploierons tous les moyens juridiques qui nous sont conférés », a dit la Premier ministre, disant qu’il y avait toutefois un nombre limité d’agents et d’inspecteurs et que ces derniers « ne peuvent pas être déployés dans toutes les rues ».

Le rabbin Kanievsky, 92 ans, qui est lui-même malade du coronavirus, a donné pour instruction d’ouvrir les écoles, samedi, en l’absence d’un accord définissant une date de reprise des cours dans les établissements pour les élèves, a fait savoir le site internet ultra-orthodoxe Behadrei Haredim. Il a appelé ces derniers à respecter les mesures de distanciation sociale et à limiter le nombre d’enfants dans les classes, a ajouté le site Ynet.

Les restrictions, au sein de l’Etat juif, commenceront à être partiellement levées dimanche. Les garderies et jardins d’enfants devraient rouvrir pleinement leurs portes, notamment dans les zones très touchées par l’épidémie qui se trouvent majoritairement dans des secteurs ultra-orthodoxes.

Toutes les autres écoles restent fermées pour le moment.

Le Rav Chaim Kanievsky accueilli par des fidèles à son domicile dans la ville centrale de Bnei Brak le 22 septembre 2020, derrière une vitre de protection contre le coronavirus. (Aharon Krohn/Flash90)

Kanievsky, l’un des responsables d’une branche lituanienne non-hassidique du judaïsme orthodoxe, avait ordonné aux établissements d’enseignement de son groupe de rouvrir au début de la semaine dernière avant de faire volte-face.

Le rabbin Gershon Edelstein, un autre membre éminent de la communauté, a pour sa part indiqué que les élèves devaient continuer l’enseignement à distance, a noté Ynet.

Edelstein, ces derniers jours, aurait adopté le rôle « d’adulte responsable » au sein de la communauté et il insiste avec fermeté sur la nécessité, pour toutes les institutions, de se conformer aux limitations induites par la pandémie de coronavirus.

Cela fait presque un mois que les écoles israéliennes sont fermées, depuis le début d’un deuxième confinement, le 18 septembre, visant à tenter de maîtriser des taux d’infection au coronavirus qui grimpaient en flèche et qui se sont montrés tout particulièrement élevés au sein de la communauté ultra-orthodoxe.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a également appelé le public ultra-orthodoxe à se conformer aux directives sans mentionner directement le rabbin Kanievsky.

« Il ne peut pas y avoir deux Etats ici. Aucun groupe, aucun individu en Israël n’est au-dessus de la loi – personne », a-t-il écrit sur Twitter.

Gantz a appelé les leaders Haredim à demander à leurs fidèles d’adhérer aux mesures prises, citant le pikuach nefesh, l’impératif religieux consistant à sauver des vies.

Il a souligné que la plus grande partie des Israéliens – et la majorité des ultra-orthodoxes – avaient respecté les limitations qui ont été imposées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...