Des centaines d’ultra-orthodoxes affrontent la police pour empêcher une autopsie
Rechercher

Des centaines d’ultra-orthodoxes affrontent la police pour empêcher une autopsie

Les forces de sécurité ont jeté des grenades incapacitantes pour disperser les émeutiers, et laisser passer le véhicule transportant un cadavre découvert à Jérusalem

Des centaines de manifestants ultra-orthodoxes s'opposent à la police en tentant de bloquer un véhicule transportant un cadavre à une possible autopsie aux premières heures de la journée, le 21 janvier 2018 (Capture d'écran/Twitter)
Des centaines de manifestants ultra-orthodoxes s'opposent à la police en tentant de bloquer un véhicule transportant un cadavre à une possible autopsie aux premières heures de la journée, le 21 janvier 2018 (Capture d'écran/Twitter)

Des centaines de résidents ultra-orthodoxes de Jérusalem ont affronté et se sont opposés aux forces de police aux premières heures de la matinée de dimanche alors qu’ils tentaient d’empêcher le passage d’un cadavre qui devait être transporté pour une éventuelle autopsie, ont fait savoir les médias israéliens.

Ce sont des grenades incapacitantes qui ont permis la dispersion des émeutiers à l’issue d’heures entières de confrontation.

Le corps sans vie d’un Juif religieux avait été découvert aux environs de minuit dans un hôtel local, et, dans les minutes qui ont suivi, un appel d’urgence a été envoyé à travers les quartiers ultra-orthodoxes de Mea Shearim et de Beit Israel. Une foule s’est rapidement constituée à l’entrée de l’hôtel pour bloquer le véhicule qui transportait le corps, craignant qu’il ne se dirige vers l’institut médico-légal d’Abu Kabir.

Pour des raisons religieuses, de nombreux membres de la communauté orthodoxe estiment qu’il ne faut pas toucher au corps d’un défunt et ils s’opposent généralement aux autopsies, sauf dans des cas extrêmes. Des mouvements de protestation similaires ont déjà eu lieu dans le passé en raison de la même problématique.

La scène a tourné à la violence après que des dizaines de policiers ont été dépêchés pour ouvrir la voie à l’ambulance, qui s’était retrouvée bloquée au milieu d’une foule de manifestants et qui se trouvait dans l’incapacité de se frayer un chemin jusqu’à l’hôtel.

Aux environ d’une heure et demie du matin, la police a commencé à avoir recours à la force pour disperser les manifestants et le véhicule a pu atteindre sa destination.

La foule a néanmoins refusé d’accepter un compromis proposé par la police qui aurait été de transporter le corps sans vie au centre médical de Shaare Zedek. Des centaines de personnes se sont allongées sur la route, bloquant toutes les sorties, et la police s’est trouvée dans l’obligation d’utiliser des dispositifs anti-émeute, notamment des grenades incapacitantes, pour faire sortir le véhicule.

Des séquences filmées de l’incident ont montré des jets de grandes incapacitantes vers les manifestants et des centaines d’ultra-orthodoxes en train de prendre la fuite pour trouver un refuge. L’ambulance a alors pu partir.

Un véhicule de police aurait été endommagé, son pare-brise et un rétroviseur brisés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...