Des « cerveaux juifs » ont trouvé la solution pour éliminer les tunnels du Hamas
Rechercher

Des « cerveaux juifs » ont trouvé la solution pour éliminer les tunnels du Hamas

Le général de division Yoav Mordechai a déclaré qu'un "génie israélien" a trouvé le moyen d'empêcher les menaces souterraines en Israël

Le coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires du gouvernement, le général de division  Yoav Mordechai. (Capture d'écran)
Le coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires du gouvernement, le général de division Yoav Mordechai. (Capture d'écran)

Un général de l’armée israélienne a indiqué dimanche que les militaires israéliens, aidés par un « cerveau juif », ont trouvé une solution qui permettrait la destruction de tous les tunnels transfrontaliers creusés par le groupe terroriste du Hamas qui pénètrent sur le territoire.

S’exprimant en arabe auprès de la chaîne satellite Alhurra basée aux Etats-Unis, le général de division Yoav Mordechai a expliqué que le « génie israélien aux côtés d’un cerveau juif a trouvé une solution à tous les tunnels des terroristes ».

Le général de division Yoav Mordechai dans une interview acordée à la chaîne de télévision satellitaire Alhurra le 14 janvier 2018 (Capture d’écran)

« Tout comme il y a le ‘Dôme de fer’ pour l’espace aérien, il existe un parapluie technologique d’acier souterrain », a-t-il dit. « Je veux envoyer un message à tous ceux qui creusent ou qui s’approchent trop d’un tunnel : comme vous l’avez constaté au cours des deux derniers mois, ces tunnels n’amènent que la mort », a-t-il ajouté selon une traduction de l’entretien.

Dimanche, l’armée israélienne a annoncé avoir détruit un tunnel d’attaque transfrontalier du Hamas, le troisième ces derniers mois, qui entrait sur des centaines de mètres dans les territoires israélien et égyptien depuis la bande de Gaza, lors d’une frappe aérienne survenue samedi soir.

Au cours d’une visite qui a eu lieu dans la journée, le général de division Eyal Zamir a juré que l’armée israélienne continuerait à détruire davantage de tunnels dans les prochains mois alors que le ministère de la Défense termine la construction d’une barrière autour de la bande de Gaza destinée à empêcher la pénétration souterraine dans le territoire israélien.

Le tunnel d’attaque bombardé par des avions israéliens le 13 janvier 2018. (Forces de défense israéliennes)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au cours d’une visite en Inde, a également indiqué qu’Israël travaillait de manière systémique à la destruction des tunnels de Gaza pour que les groupes terroristes palestiniens « ne puissent pas jouer avec nous ».

C’est le troisième tunnel pénétrant sur le territoire israélien qui a été détruit par l’armée israélienne au cours des trois derniers mois. Le 30 octobre, l’armée a fait exploser un tunnel d’attaque qui appartenait au groupe terroriste du Jihad islamique appuyé par l’Iran, tuant 12 membres de l’organisation ainsi que deux opérateurs du Hamas. Le 10 décembre, les militaires avaient démoli un second tunnel, cette fois-ci contrôlé par le Hamas.

Le porte-parole de l’armée, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, a expliqué aux journalistes dimanche que le tunnel appartient au groupe terroriste du Hamas qui dirige la bande.

Il a ajouté que les militaires pensaient que le groupe considérait ce dernier comme un « atout significatif » parce que ce souterrain courait sous le carrefour de Kerem Shalom, sous les gazoduc et l’oléoduc entrant dans la bande et qu’il passait aussi sous un poste militaire israélien proche.

Les propos de Conricus marquent la toute première fois où un responsable de l’armée reconnaît publiquement que cette dernière a la capacité de frapper avec succès des tunnels par voie aérienne même si des allusions avaient déjà été faites par ailleurs à ce sujet.

Le porte-parole de l’armée a attribué le mérite de la découverte et de la destruction du souterrain à une combinaison de technologie et de renseignements « de pointe ».

Un gardien de la sécurité palestinien ferme la porte du carrefour de Kerem Shalom qui a été le principal passage pour les biens qui pénètrent dans Gaza après sa fermeture par Israël suite à la découverte de tunnels d’attaque sous ce poste frontalier à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 14 janvier 2018 (Crédit : AFP PHOTO / SAID KHATIB)

Peu après la frappe nocturne de samedi sur le tunnel, les militaires ont annoncé qu’ils n’ouvriraient pas le poste-frontière de Kerem Shalom qui, à l’ordinaire, accueille des centaines de camions qui transfèrent des biens quotidiennement dans les bande de Gaza et qui est un lieu de passage majeur d’aide humanitaire au sein de l’enclave côtière soumise à un blocus de la part d’Israël et de l’Egypte.

Selon des chiffres de l’armée israélienne, en 2017, plus d’un demi-million de tonnes de produits alimentaires sont entrés dans la bande via Kerem Shalom, ainsi que 3,3 millions de tonnes de construction d’équipement et 12 000 tonnes d’équipements agricoles.

C’est la deuxième fois que Kerem Shalom est fermé en un mois.

Israël a fait fermer le poste-frontière le 14 décembre suite à des attaques multiples au mortier et à la roquette émanant de Gaza, ainsi que le carrefour d’Erez, à travers lequel les personnes circulent et entrent ou sortent de Gaza. Erez avait rouvert 24 heures plus tard et Kerem Shalom le 17 décembre.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...