Des soldats jugés en cour martiale pour avoir simulé une maladie de peau
Rechercher

Des soldats jugés en cour martiale pour avoir simulé une maladie de peau

Presque 50 soldats sont sanctionnés pour avoir prétendu avoir attrapé un impétigo durant une épidémie qui a éclaté sur leur base au début du mois

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats de réserve israéliens participent à un exercice d'entraînement sur la base de Baf Lachish dans le sud d'Israël, le 22 décembre 2016 (Crédit :  Maor Kinsbursky/Flash90)
Des soldats de réserve israéliens participent à un exercice d'entraînement sur la base de Baf Lachish dans le sud d'Israël, le 22 décembre 2016 (Crédit : Maor Kinsbursky/Flash90)

L’armée a infligé des sanctions à 48 soldats mardi qui ont prétendu avoir attrapé une maladie de peau au cours d’une épidémie qui avait éclaté sur leur base au début du mois, ont fait savoir les militaires.

Les sanctions les plus dures ont été données à deux soldats qui avaient été démis de leurs positions de combat durant l’incident. Les 45 autres ont reçu l’ordre de rester sur la base sans la quitter durant une période s’étendant entre 14 et 28 jours, a annoncé l’armée.

La semaine dernière, plus de 200 soldats avaient indiqué aux médecins de l’armée avoir attrapé une maladie cutanée sur la base de Shizafon, au coeur du désert du Negev, amenant l’armée israélienne à envoyer une équipe médicale spéciale sur les lieux pour établir un diagnostic et les soigner.

Aucun des soldats ayant déclaré souffrir d’éruptions et de lésions cutanées ne s’est avéré grièvement atteint mais un grand nombre d’entre eux ont été renvoyés chez eux pour se rétablir, tandis que l’équipe médicale a transmis des échantillons à l’hôpital Tel Hashomer pour être testés.

Il a été découvert que des douzaines de soldats souffraient d’impétigo, une infection bactérienne qui cause des plaies et se propage typiquement par le biais de conditions de vie insalubres. Les soldats infectés ont été traités aux antibiotiques, a fait savoir l’armée.

Les militaires restants semblent toutefois avoir simulé leurs symptômes.

« La conduite des soldats est incompatible avec ce qui est attendu de la part des combattants de l’armée israélienne », a fait savoir l’armée dans un communiqué. « Elle a également entraîné l’activation particulière de systèmes médicaux non nécessaires au prix de la préparation opérationnelle ».

Au moins trois soldats de plus pourraient passer en cour martiale lors des prochaines jours.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...