Des élus de droite menacent la coalition en raison de l’évacuation à Hébron
Rechercher

Des élus de droite menacent la coalition en raison de l’évacuation à Hébron

Trois députés ont annoncé qu'ils boycotteraient les votes à moins que les Juifs soient autorisés à revenir dans les maisons évacuées

Bezalel Smotrich, député de HaBayit HaYehudi, lors d'une réunion d'une commission de la Knesset, le 11 janvier 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Bezalel Smotrich, député de HaBayit HaYehudi, lors d'une réunion d'une commission de la Knesset, le 11 janvier 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Trois membres de la Knesset ont menacé vendredi de boycotter les votes de la coalition à la session plénière après que le ministère de la Défense a ordonné l’évacuation des résidents juifs de Hébron de deux maisons qu’ils occupaient dans des circonstances contestées.

Les députés Oren Hazan et Ayoub Kara du Likud, ainsi que le député Bezalel Smotrich de HaBayit HaYehudi, ont déclaré qu’ils ne participeraient pas aux votes de la Knesset jusqu’à ce que les résidents ne soient autorisés à revenir dans les bâtiments.

L’ultimatum posé par les trois députés pourrait constituer une menace grave pour la coalition fragile du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui détient seulement une majorité de 61 sièges sur 120 au Parlement.

Les forces de la police des frontières ont évacué plusieurs dizaines de résidents juifs de deux maisons à Hébron, vendredi matin, un jour après que les résidents soient entrés dans les bâtiments, affirmant qu’ils les avaient achetées à des Palestiniens. Les forces de l’ordre ont affirmé que la décision de les expulser a été prise par le ministère de la Défense.

Ayoub Kara (Crédit : Flash90)
Ayoub Kara (Crédit : Flash90)

Le parti HaBayit HaYehudi, dans une déclaration officielle, a dénoncé la décision de Yaalon de « jeter les Juifs hors de leurs maisons… en pleine vague de terreur ».

Le parti de Naftali Bennett a qualifié cette décision d’ « irresponsable, entêtée et inflammatoire sans raison claire ». Il a conseillé au ministre de la Défense Moshe Yaalon d’éviter de telle action décisive « pour lutter contre la terreur arabe et les constructions manifestement illicites dans les communautés terroristes ».

Le député Oren Hazan assiste à une réunion de la commission des Finances de la Knesset, le 8 juin 2015. (Crédit photo: Miriam Alster / FLASH90)
Le député Oren Hazan assiste à une réunion de la commission des Finances de la Knesset, le 8 juin 2015. (Crédit photo: Miriam Alster / FLASH90)

Le ministre de l’Immigration et de l’Intégration, Zeev Elkin, du Likud a également critiqué l’évacuation, en disant que « le moment est venu de combattre le terrorisme et de soutenir et renforcer les implantations et de ne pas lutter contre les résidents ». Il a exhorté le ministre de la Défense Moshe Yaalon à permettre aux résidents de réintégrer les bâtiments.

Pendant ce temps, Yuli Edelstein, le président de la Knesset, également issu du Likud, a exhorté les autorités « à déterminer rapidement la légalité de l’achat et à ne pas envenimer la situation en évacuant les résidents ».

Incoming Knesset Speaker Yuli Edelstein addresses the Knesset plenum Monday (photo credit: Knesset Channel)
Incoming Knesset Speaker Yuli Edelstein addresses the Knesset plenum Monday (photo credit: Knesset Channel)

Il a dit que « dans les moments où nos ennemis essaient de nous nuire non seulement physiquement mais aussi à nos droits à la terre », il aurait été préférable « d’attendre pour l’évacuation et d’examiner les options juridiques pour renforcer les résidents, tout en maintenant la règle de loi ».

Yaalon a repoussé les critiques, affirmant que les habitants avaient agi en violant la loi de manière « éhontée » et en exhortant les législateurs à calmer leur rhétorique enflammée sur la question.

« L’Etat d’Israël est une nation de droit et je n’ai pas l’intention de la compromettre quand la loi est violée », s’est-il défendu dans un communiqué.

« Je demande aux ministres, aux membres de la Knesset et aux responsables élus d’agir de manière responsable, à se restreindre dans leurs remarques et à soutenir la primauté du droit, et à ne pas encourager (les individus) à prendre la loi entre leurs propres mains et de la violer », a déclaré Yaalon, ajoutant que « le comportement et les déclarations de plusieurs politiciens sur cette question sont limite un abandon sauvage et endommagent notre force nationale ».

L’armée a interdit l’entrée dans les bâtiments et des gardes ont été postés à l’extérieur pour empêcher quiconque d’entrer.

Les résidents sont entrés dans les maisons près du Tombeau des Patriarches, jeudi, forçant l’entrée à l’aide de barres et en hissant le drapeau israélien sur le toit. Ils ont affirmé que les maisons avaient été secrètement achetées auprès des propriétaires palestiniens.

Les Palestiniens ont déclaré que les bâtiments avaient été pris illégalement et il y a eu une confrontation entre les Palestiniens et les résidents. Les émeutes ont été dispersées par les forces de l’ordre.

La seule ville partagée en Cisjordanie, Hébron a connu depuis des décennies des tensions presque tous les jours entre sa communauté, composée de plusieurs centaines de résidents juifs (environ 500), et sa population palestinienne beaucoup plus importante.

Le Tombeau des Patriarches, qui est vénéré aussi bien par les Musulmans et par les Juifs comme le lieu du dernier repos d’Abraham et de sa famille, est une source particulière de tension dans la ville.

Judah Ari Gross et Lee Gancman ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...