Des explosifs accrochés à des ballons retrouvés dans le sud d’Israël
Rechercher

Des explosifs accrochés à des ballons retrouvés dans le sud d’Israël

Ces découvertes surviennent au lendemain d'informations selon lesquelles les factions terroristes de Gaza allaient cesser ce type d'attaques sur les communautés israéliennes

Des ballons attachés à un dispositif incendiaire sur le point d'être lancés vers Israël, à proximité du camp de réfugiés d'Al-Bureij, dans le centre de la bande de Gaza, le 22 janvier 2019 (Crédit : Ail Ahmed/Flash90)
Des ballons attachés à un dispositif incendiaire sur le point d'être lancés vers Israël, à proximité du camp de réfugiés d'Al-Bureij, dans le centre de la bande de Gaza, le 22 janvier 2019 (Crédit : Ail Ahmed/Flash90)

Deux dispositifs explosifs raccrochés à des ballons et lancés depuis la bande de Gaza ont atterri du côté israélien de la frontière, mercredi matin, malgré des informations données la veille qui affirmaient que les cellules chargées de lancer les ballons, au sein de l’enclave côtière, allaient cesser de mener cette activité.

Ces ballons transportant des bombes ont été localisés dans un champ situé au sein du conseil régional d’Eshkol, tandis qu’un bouquet de ballons qui aurait transporté, lui aussi, un explosif a été trouvé aux abords du kibboutz Gvaram, sur le territoire du conseil régional de Hof Ashkelon, ont fait savoir des médias en hébreu. Une inscription en hébreu sur l’un des ballons disait « Le terroriste est en route ».

Pour sa part, l’armée israélienne a fait savoir mardi soir qu’une roquette avait été tirée vers les communautés frontalières de Gaza et qu’elle était retombée dans un champ, n’entraînant ni dégâts, ni blessés.

Le quotidien al-Quds avait fait savoir, mardi, citant des sources « sur le terrain », que les factions terroristes de Gaza avaient décidé de mettre un terme au lancement de dispositifs explosifs rattachés à des ballons à l’hélium vers Israël.

Cette information était survenue moins de vingt-quatre heures après la fin de la visite d’une délégation sécuritaire égyptienne à Gaza, où elle avait rencontré le groupe terroriste palestinien du Hamas et parcouru la région frontalière entre l’enclave côtière et l’Égypte.

La décision de stopper l’envoi de ballons incendiaires vers Israël avait été prise lundi soir et transmise à toutes les unités responsables des lancements dans la matinée de mardi, avait confié la source au journal.

L’article ajoutait que c’était les leaders des unités de lancement – qui seraient affiliés à des factions diverses et variées – qui avaient pris cette décision.

Les dernières semaines ont été marquées par une recrudescence de l’envoi de bombes transportées par des ballons depuis Gaza vers Israël. Un dispositif de ce type a notamment été retrouvé aux abords d’une crèche dans une communauté frontalière, dans la journée de mardi. La police israélienne a fait savoir que des équipes de déminage avaient été appelées en renfort pour neutraliser l’explosif retrouvé au Kibboutz Saad et qu’il n’y avait pas eu de blessés, ni de dégâts.

Le journal libanais pro-Hezbollah Al-Akhbar avait fait savoir, dans la matinée de lundi – citant des sources non-identifiées au sein des groupes terroristes palestiniens – que la délégation égyptienne avait transmis au Hamas un message du Premier ministre Benjamin Netanyahu dans lequel il demandait « le retour au calme ».

Les sources avaient expliqué au journal que le message de Netanyahu, que la délégation égyptienne avait récupéré auprès de responsables de la sécurité israéliens dimanche à Tel Aviv disait, sur le ton de la menace, que l’État juif « portera un coup majeur au Hamas sous couvert de la communauté internationale et des Américains » si le calme ne revenait pas.

Adam Rasgon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...