Rechercher

Des extrémistes juifs accusés d’actes de vandalisme dans une localité palestinienne

Quatre véhicules ont été endommagés à Marda, une ville proche de l'implantation d'Ariel, en Cisjordanie ; un graffiti en hébreu dit : "Juifs, réveillez-vous. Les Arabes, dehors !"

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un graffiti disant : "Juifs, réveillez-vous. Les Arabes dehors !" sur un mur de la ville de Marda, en Cisjordanie, le 24 août 2022. (Autorisation)
Un graffiti disant : "Juifs, réveillez-vous. Les Arabes dehors !" sur un mur de la ville de Marda, en Cisjordanie, le 24 août 2022. (Autorisation)

Des éléments témoignant d’un crime de haine ont été découverts mercredi matin dans la ville palestinienne de Marda, en Cisjordanie, avec un certain nombre de voitures qui ont été vandalisées et des graffitis en hébreu qui ont été écrits à la bombe sur un mur.

Un slogan, sur le mur, dit « Juifs, réveillez-vous. Les Arabes, dehors ! ». À côté du graffiti, une étoile de David a été dessinée, selon des images qui ont été publiées par les médias palestiniens.

Les pneus d’au-moins quatre voitures ont été crevés, ont ajouté les médias.

Marda est une localité située au nord de l’implantation d’Ariel.

Sollicitée, la police n’a pas répondu à notre demande de réaction sur l’incident.

Les actes de vandalisme anti-arabe de la part des extrémistes juifs sont fréquents en Cisjordanie.

Le groupe des droits de l’homme Yesh Din a accusé l’armée israélienne « de ne rien faire » pour mettre un terme à de tels incidents.

« Après des dizaines d’incidents enregistrés faisant état de partisans du mouvement pro-implantations s’en prenant à des Palestiniens juste à côté des soldats, ce qui s’est passé ce matin ne devrait surprendre personne. Nous demandons au ministre de la Défense d’intervenir très rapidement et de renforcer les sanctions contre les violences des partisans du mouvement pro-implantations », a fait savoir Yesh Din.

Des incidents de vandalisme anti-palestinien et contre les forces de sécurité israéliennes sont désignés sous le nom d’attaques de type « prix à payer », leurs auteurs affirmant qu’ils viennent répondre à des violences palestiniennes ou à des politiques gouvernementales considérées comme hostiles au mouvement pro-implantations.

Les arrestations des coupables sont excessivement rares et les groupes de défense des droits de l’homme déplorent un nombre de condamnations encore moins important, avec l’abandon des charges dans la majorité des dossiers.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...