Israël en guerre - Jour 257

Rechercher

Des familles d’otages Franco-israéliens supplient Macron « d’intervenir »

Dans une conférence de presse organisée à Tel-Aviv, des familles françaises d'otages ont témoigné de leur détresse

Des proches de Français-Israéliens détenus par le Hamas à Gaza tiennent une conférence de presse le 12 octobre 2023. (Capture d'écran)
Des proches de Français-Israéliens détenus par le Hamas à Gaza tiennent une conférence de presse le 12 octobre 2023. (Capture d'écran)

Des familles Français enlevés par le Hamas ont « supplié » jeudi Emmanuel Macron d’intervenir, juste avant l’allocution télévisée du chef de l’Etat qui a reçu des partis politiques « confiants » sur la capacité de la France à œuvrer à la libération de ses ressortissants, mais divisés sur l’aide aux Palestiniens.

Au moins 12 Français sont morts et 17 sont portés disparus, d’après un dernier bilan officiel.

Le président français, qui doit s’exprimer lors d’une allocution télévisée solennelle à 20H00, a précisé que quatre enfants faisaient partie des personnes dont on est sans nouvelles, selon des participants à la réunion avec les partis.

Dans une conférence de presse organisée à Tel-Aviv, des familles françaises d’otages ont témoigné de leur détresse.

« Je supplie Emmanuel Macron de nous aider, c’est entre vos mains. Je veux récupérer ma sœur (…) nous voulons des preuves que nos proches sont en vie », a déclaré Meitav Journo, sœur de Karin Journo probablement enlevée, dont la dernière preuve de vie est une vidéo d’elle dans une ambulance.

« Je demande l’intervention de la France et de tout le monde, pour avoir des informations sur mes enfants, mais aussi tous ceux qui ont disparu », a déclaré en hébreu Batsheva Yahalomi, mère d’un garçon de 12 ans, Eitan, disparu depuis samedi dans le sud d’Israël après l’attaque sans précédent lancée par les hommes du groupe terroriste islamiste palestinien au pouvoir à Gaza.

« Unité »

Un premier vol spécial d’Air France pour rapatrier d’Israël des Français, les plus « vulnérables », a décollé de Tel Aviv pour une arrivée prévue à 20H35 à Paris, où ils seront accueillis par la ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna. Selon la diplomatie française, plusieurs autres « vols spéciaux » sont prévus vendredi et samedi.

Un manifestant brandit une pancarte « Libérez les otages » lors d’un rassemblement en soutien au peuple israélien dans la ville française de Nice, sur la Côte d’Azur, le 9 octobre 2023. (Crédit : Valery HACHE / AFP)

A l’heure du déjeuner, Emmanuel Macron a reçu à l’Elysée partis opposants et alliés pendant plus de deux heures pour un échange à huis clos sur la situation au Proche-Orient.

Les chefs des onze formations représentées au Parlement ont tous exprimé, dans des termes parfois différents, leur condamnation de l’attaque du Hamas.

« Je fais confiance naturellement (…) aux autorités françaises pour mettre tout en œuvre pour que tous les otages soient libérés », et particulièrement les Français, a dit le président des Républicains Eric Ciotti à sa sortie. « Je suis convaincue que la France fera tout ce qui est possible pour libérer les otages français et les autres », a fait écho la cheffe des écologiste Marine Tondelier, dans un rare esprit d’union nationale.

Le président du Rassemblement national, interrogé sur CNews, a appelé à « tout tenter, tout mettre en œuvre », « y compris avec l’Egypte et le Qatar », pour « récupérer les ressortissants français » et les rapatrier en France.

Le conflit fera l’objet d’un débat au Parlement, a appris l’AFP auprès de l’entourage de la Première ministre. Elisabeth Borne en a accepté le principe lors de la réunion mais sa date n’a pas encore été fixée.

Selon son entourage, Emmanuel Macron voulait par ce rendez-vous favoriser « l’unité de la Nation » au moment où l’exécutif prend au sérieux le risque de tensions en France.

Manifestations pro-Hamas interdites

Le président du MoDem François Bayrou a souligné auprès de l’AFP « l’importance » du rendez-vous qui « sert l’unité du pays, dans un moment de très grande inquiétude » d’importation du conflit en France, crainte par 68 % des Français selon l’institut Elabe.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé jeudi avoir recensé « plus d’une centaine d’actes antisémites » depuis samedi touchant la communauté juive, la plus importante d’Europe.

Il a ordonné jeudi soir l’interdiction des « manifestations pro-palestiniennes parce qu’elles sont susceptibles de générer des troubles à l’ordre public », et promis l’interpellation de leurs « organisateurs » et des « fauteurs de trouble ».

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté pourtant jeudi soir place de la République à Paris en scandant « terroriste Israël » et « libérez la Palestine », selon des journalistes de l’AFP sur place.

Le coordinateur de La France insoumise Manuel Bompard s’est dit pour sa part « dégoûté » par les « petites batailles politiciennes » alors que son mouvement est accusé de toutes parts, y compris par ses alliés, de ne pas qualifier clairement le Hamas d’organisation « terroriste ».

Il est arrivé et reparti seul sans les autres chefs de la Nupes, contrairement à la précédente réunion avec le président de la République fin août.

S’affichant avec Marine Tondelier, le patron des socialistes, Olivier Faure, a insisté sur la « voix singulière » que devrait porter la France pour « continuer à promouvoir » une « parole de paix ».

Eric Ciotti s’est in fine déclaré « déçu par le maintien » de l’aide au développement en faveur des Palestiniens, dont la droite réclame la suspension.

Le bilan des morts de l’attaque du groupe terroriste islamiste dépasse les 1 300 et a riposte israélienne dans la bande de Gaza, qui cible des positions du Hamas, a tué plus de 1 300 personnes, selon les autorités du Hamas.

La famille d’un Français décédé en Israël a porté plainte jeudi à Paris contre le Hamas, demandant à ce que le groupe terroriste islamiste palestinien soit poursuivi pour crimes contre l’humanité.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.