Rechercher

Des femmes haredi portent plainte contre Delta et KLM après expulsion d’un vol

Des femmes juives affirment avoir été empêchées de voyager d'Amsterdam à New York en raison de violations présumées du port du masque

Illustration : Des avions Delta assis sur le tarmac de l'aéroport LaGuardia de New York, le 22 novembre 2017. (Crédit : Spencer Platt/Getty Images via JTA)
Illustration : Des avions Delta assis sur le tarmac de l'aéroport LaGuardia de New York, le 22 novembre 2017. (Crédit : Spencer Platt/Getty Images via JTA)

New York Jewish Week – Dix-neuf femmes juives orthodoxes bloquées l’été dernier sur la deuxième étape d’un vol entre l’Ukraine et New York ont intenté des poursuite contre les compagnies aériennes pour discrimination religieuse.

Le groupe de jeunes femmes et leurs accompagnateurs ont été empêchés d’embarquer sur un vol reliant Amsterdam à New York, prétendument pour avoir mangé en dehors des heures de repas désignées – en violation des protocoles COVID-19 des compagnies aériennes.

Cependant, dans une plainte pour discrimination déposée mardi contre Delta Airlines et KLM Royal Dutch Airlines, les plaignantes ont déclaré qu’elles n’avaient retiré leurs masques que pour manger la nourriture casher qu’ils avaient apportée eux-mêmes, et que le personnel de la compagnie aérienne ne les avait jamais informés qu’ils ne respectaient pas les exigences du port du masque.

La plainte allègue qu’aucun autre passager n’a été puni pour avoir retiré son masque ou mangé sa propre nourriture, et les femmes ont été pointées du doigt « uniquement dans le but de harceler illégalement les plaignants en raison de leur race, de leur appartenance ethnique et/ou de leur religion juives ».

Les 19 plaignantes, toutes de New York, faisaient partie d’un groupe de 54 jeunes femmes juives hassidiques et leurs accompagnateurs. Ils avaient passé deux semaines à visiter des sites du patrimoine juif en Ukraine, en Hongrie et en Pologne.

Le jeudi 5 août, les femmes devaient rentrer à New York depuis Kiev via Amsterdam. Selon la plainte, une hôtesse de l’air a informé l’un des organisateurs que certaines des femmes de son groupe avaient retiré leur masque, tout en le rassurant qu’il ne s’agissait que d’un avertissement.

Lorsque le groupe a tenté d’embarquer sur son second vol à Amsterdam, 19 d’entre elles n’ont pas été autorisés à embarquer. Deux des passagères interdites de vol n’avaient même pas pris le premier vol de Kiev à Amsterdam, selon la plainte. Les plaignantes ont passé la nuit à l’aéroport.

La poursuite allègue également que les accompagnateurs ont été informés qu’ils perdraient leurs billets s’ils ne montaient pas à bord du deuxième vol.

Les 19 voyageurs ont également été exclues d’un vol le lendemain après avoir tenté de changer de siège avec d’autres passagers afin de s’asseoir ensemble. Pourtant, d’autres passagers qui ont également changé de siège n’ont pas été débarqués de l’avion, rapporte la plainte.

Finalement, le groupe a pris un train pour Anvers, en Belgique – qui abrite une importante communauté juive orthodoxe – où ils ont passé le Shabbat. Ils ont ensuite pris un vol de Bruxelles au New Jersey le dimanche 8 août.

Dans une déclaration à Business Insider, Delta n’a pas commenté le litige en cours, mais a déclaré que « le respect des instructions des membres d’équipage de conduite pour la sécurité et le bien-être de chacun est primordial . Delta a également une tolérance zéro pour la discrimination sous quelque forme que ce soit dans tous les aspects de notre activité. »

KLM Royal Dutch Airlines n’a fait aucun commentaire.

En 2018, quatre employés de Delta basés à New York ont intenté une action en justice contre la compagnie aérienne, affirmant que sa direction avait une « attitude anti-juive, anti hébraïque et contre l’ethnique israélienne ». La poursuite a été rejetée par un juge en 2020.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...